AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 if I ain't got you (DREW & THEO)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 20/02/2015 Mon avatar est signé : wildworld (ava.) & endlesslove (signa.) et j'ai posté un total de : 1239 Sinon, on m'appelle : QUIET RIOT pour vous servir.

Age : 29
flowers

Feuille de personnage
Répertoire:
Dans ma bulle:
Veux tu que le destin intervienne dans tes liens ?: Oui



MessageSujet: if I ain't got you (DREW & THEO)   Dim 26 Avr - 16:19




IF I AIN'T GOT YOU
with Drew
Vingt-deux heures. Theo se glisse hors de la voiture, prêtant peu d’attention à la blague que vient de faire son ami. Julian. Ou plutôt Julian la lourdeur. C’est ce mec qui a l’art de faire des blagues lorsqu’il ne faut pas. Lorsque personne n’a la tête à ça. Ce mec qui te fait manquer ta proie de la soirée parce que « je suis crevé. on devrait rentrer maintenant. ». Bref, ce genre de pote avec qui Theo ne passe pas tout son temps. Ce n’est pas qu’il ne l’aime pas ; c’est juste que Theo est vite agacé. Ils sont rejoints par Nate. Cheveux en bataille. La chemise de travers. Cette éternelle clope entre les lèvres. Sourire dragueur. Un peu comme Theo mais tout de même différent. Lui c’est le rêveur. Rêveur et à la fois le tombeur de toutes ces dames. Ils ont souvent l’habitude de sortir ensemble, tous les trois. Un feu de camp sur la plage. C’est plutôt original. Julian lui souffle à l’oreille qu’il revient. Nate lance un regard aguicheur à une jolie créature sans doute un peu trop jeune pour être là. Mais mars ne rentrerait certainement pas sans vénus ce soir. Theo le sait déjà parce que Theo connait bien son ami. Il connait bien Nate. Pourtant Theo lui, ce soir, a plutôt la tête à se changer les idées. A être au calme. Il se faufile donc en solitaire au milieu de ce beau monde. Des jeunes filles un peu trop éméchées riant des mains baladeuses de garçons remerciant certainement leur bonne étoile pour cela. D’autres qui fument une clope. D’autres qui rient. D’autres qui main dans la main s’éclipsent petit à petit pour s’accorder un moment loin des regards. A la fois une odeur de légèreté, d’excitation et de déchéance qui flotte dans l’air. Theo trouve finalement son petit havre de paix. Un petit bar installé sur le sable. Il prend une bière ; la bouteille de Jack ne serait malheureusement pas de la partie de ce soir. Des rires forts s’élèvent de l’autre côté de la plage. Mais Theo ne les entend plus trop. Il s’éloigne déjà. A peine arrivé qu’il s’éclipse dans son coin. Il marche seul sur la plage sa bouteille à la main. Il entend au loin, derrière lui, les fêtards ; mais ça n’est plus qu’un bruit de fond. Il porte son regard sur l’eau. A cette heure de la nuit, elle est sombre. Sombre comme les idées de Theo à cet instant. Cette pensée l’amuse. Il sourit et s’installe sur le sable. Il boit une gorgée de sa bouteille et la pose à côté de lui. Il a toujours le regard rivé, là, vers l’horizon Ou du moins, ce qu’on peut en distinguer. Et Theo il pense. Il pense à sa mère. A son dernier job. A Volt. A ses amis. Au sachet de cocaïne qu’il a dans sa poche. Theo, il pense à sa vie qui il faut l’avouer, est une grosse merde. Il le sait Theo. Et la poudre blanche l’aide un peu à oublier. A s’oublier. Un court instant. Et pourtant, chaque matin quand il se réveille, il se sent un peu plu seul et un peu plus triste. Mais Theo il recommence. Il recommence toujours car pour lui ce cercle vicieux n’a pas de fin. Il sort une clope de sa poche. Il l’allume et la porte à ses lèvres. Il a besoin de se relaxer Theo. Il a besoin d’oublier. De s’oublier.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 13/04/2015 Mon avatar est signé : merenwen (avatar) ; candywanepoels (gif) et j'ai posté un total de : 470 Sinon, on m'appelle : m.

Age : 28
flowers

Feuille de personnage
Répertoire:
Dans ma bulle:
Veux tu que le destin intervienne dans tes liens ?:



MessageSujet: Re: if I ain't got you (DREW & THEO)   Dim 26 Avr - 18:38

if i ain't got you

Don't look back in anger.

Drew étouffe. Drew suffoque, blottie contre lui. Drew ne devrait pas être là. Ce n'est pas sa place. Ce n'est pas son rôle. Drew n'est pas faite pour ces soirées dans le canapé à regarder des films toute la soirée. Drew n'est pas faite pour cette vie rangée, posée. Drew n'est pas faite pour aimer. Drew n'est pas faite pour cette vie. Pourtant, Dieu sait qu'elle aimerait y croire. Je sors prendre l'air. Et Drew vient de rompre le calme de la soirée. Elle s'empare de sa veste, de ses clefs et referme la porte. La tornade blonde laisse sur son passage ce gars désemparé, seul dans cette chambre d'hôtel beaucoup trop vide. Elle lui échappe, Drew. Depuis qu'ils sont arrivés ici, a-t-il l'impression. Il est bien trop aveugle que pour se rendre compte qu'il en a toujours été ainsi. I wanna love you, but I'm just too cynical. Les paroles l'assaillent. Chanson de circonstance. Drew monte le son, baisse les fenêtres et met le cap vers elle ne sait où. Elle roule, accélère, ses cheveux fouettant son visage. Et Drew roule, encore un peu plus loin. Encore un peu plus vite. Mais elle finit par s'arrêter. Et s'extirpe de la voiture. L'air iodé lui chatouille les narines. C'est avec un sourire rêveur que la belle descend sur la plage et s'approche de la mer. Elle retire ses chaussures et les abandonne pour laisser l'eau lui caresser les pieds. Elle ferme les yeux, penche la tête en arrière et respire. Elle reste un instant ainsi, faisant le vide. Et ça ferait presque du bien, comme si le va-et-vient des vagues la lavait un peu plus de ses tracas pour les emmener loin dans les bas-fonds. Ca la fait sourire, Drew. Parce que c'est tellement stupide. Tellement naïf. Elle ramasse ses chaussures et se met à marcher, au bord de l'eau, les vagues  éclaboussant ses jambes nues. De loin, elle peut apercevoir un feu. Des rires, la musique lui parviennent à mesure qu'elle s'approche. Mais Drew ne va pas se mêler à la fête. Drew va se contenter de les regarder tout en continuant à tracer sa route. D'ailleurs, elle en croise sur sa route. Des un peu éméchés, des un peu trop collés l'un à l'autre. Des un peu trop seul. Âme en peine perdue au milieu de cette fête. Drew, elle sait. Peut-être dès l'instant où son regard s'est attardé sur lui qu'il ne pouvait s'agir que de Théo. Pourquoi continues-tu à marche dans sa direction alors? Pourquoi ne fais-tu pas demi-tour pour l'éviter? Après ce qu'il s'est passé, peut-être est-ce la solution la plus sage. Mais Drew quitte le bord de l'eau. Ses pieds s'enfoncent dans le sable qui lui colle à la peau. Et elle avance vers lui. L'a-t-il seulement vue arriver? Dans tous les cas, il n'esquisse aucun mouvement. Il se contente de rester là, et de fumer sa clope. Drew se laisse aller à ses côtés. Elle replie ses genoux et les encercle de ses bras. Et elle regarde l'horizon. Des lumières brillent au loin, et Drew imagine ces marins sur le pont. Drew se demande s'ils peuvent les voir, ces deux cons qu'ils sont. Drew ne parle pas. Peut-être parce que ce n'est pas le moment. Peut-être parce que l'écho de la conversation passée est encore bien trop distinct. Peut-être parce que le déferlement des vagues rappellent beaucoup trop le son de ce verre brisé. Peut-être est-ce pour ces mêmes raisons que la belle sort de son mutisme. « Je suis désolée, pour tout. » Elle baisse les yeux sur ses pieds. Drew, elle n'a pas l'impression de s'écraser en présentant ses excuses. Drew, elle n'a pas l'impression d'être faible. Non, Drew, elle a juste besoin de se soulager de ce poids que la mer n'a pas pu lui arracher : la culpabilité.
© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 20/02/2015 Mon avatar est signé : wildworld (ava.) & endlesslove (signa.) et j'ai posté un total de : 1239 Sinon, on m'appelle : QUIET RIOT pour vous servir.

Age : 29
flowers

Feuille de personnage
Répertoire:
Dans ma bulle:
Veux tu que le destin intervienne dans tes liens ?: Oui



MessageSujet: Re: if I ain't got you (DREW & THEO)   Dim 26 Avr - 23:12




IF I AIN'T GOT YOU
with Drew
Il fait nuit. Le ciel est sombre. Parsemé de quelques étoiles. Quelques-unes uniquement, mais pas beaucoup. Il va certainement pleuvoir le lendemain. Theo s’improvise météorologue pendant quelques instants. Cette pensée le fait sourire. Son regard est toujours rivé vers l’horizon. L’eau est sombre. Le ciel est sombre. Et pourtant, Theo, il s’accorde parfaitement à ce décor. A ce sombre tableau. Ce genre de tableau que l’on exposerait dans une galerie d’art et sur lequel on s’arrêterait. Ce tableau qui inspire la mélancolie mais aussi la pitié. Un tableau qui s’appellerait Theo. Il ne sait pas Theo. Il ne sais pas pourquoi il change autant. Pourquoi, un jour, il peut se trouver dans la lumière, et le lendemain dans l’ombre. Il ne sait pas pourquoi il est comme ça. D’humeur aussi changeante. Theo le lunatique. Au loin, il les entend. Il les entend faire la fête, rire, s’engueuler. Mais ce soir, il n’a pas envie de se mêler à ça. Ce soir, Theo a sa bouteille à côté de lui, sa clope au bec et sa poudre dans la poche. Il est bien comme ça Theo. C’est déjà ça.
Pendant quelques minutes, il est dans ses pensées. Et à un moment, Theo sent une présence. Aucun bruit de pas sur le sable, mais il sait qu’il n’est pas seul. C’est seulement quand quelqu’un s’installe à ses côtés que Theo lève enfin la tête. Drew. Elle s’assoie là, pieds nus, à côté de lui. Theo est surpris. Il ne s’attendait pas à la voir. Pas aussi tôt. Pas après ce qui s’est passé la dernière fois qu’ils se sont vus. Et pourtant, le hasard semble tout faire pour que ces deux là se retrouvent toujours au final. Elle ne dit rien. Theo la regarde toujours. Peut-être un peut trop longtemps. Il détourne finalement le regard et le porte à nouveau vers l’horizon. Il fume une latte de sa clope. Pourtant Theo se rappelle encore de ses mots. A Drew. De ce qu’elle lui a craché au visage. Et là, au fond, ça lui fait encore un peu mal. Elle est encore plus près de lui qu’elle ne l’était la dernière fois. C’est étrange. Pourquoi est-ce si étrange ? Cette fille qui pourtant s’est retrouvée à mainte reprise dans ses bras. Peau contre peau. Mais avec le temps, cela a fini par ne devenir qu’un souvenir. Un mauvais souvenir ? Entre eux, il n’ya rien. Sauf peut-être la bouteille de Theo et ce silence. Un long silence. Mais pas un regard. Finalement, Drew brise ce silence. « Je suis désolée, pour tout. » Theo ne bouge pas. Il regarde toujours l’horizon. Elle s’excuse. Pour Tout. Theo est une fois de plus surpris. Il ne s’y attendait pas. Il ne s’attendait pas non plus à ce qu’ils reprennent leur "dispute" là où ils l’avaient arrêté. Mais des excuses ? Non. Il ne laisse rien paraitre. Comme toujours. « Tu dis ça parce que je fais pitié ou tu le penses vraiment ? » Il tourne enfin le regard vers elle. Une fois de plus, il tente de déceler une quelconque réaction. Un froncement de sourcil peut-être ? Theo ne sourit pas. Pourtant, il n’est pas sérieux. Du moins pas totalement. Il se paye un peu sa tête. Mais avec Theo on ne sait jamais. Il boit une gorgée de sa bouteille avant de fumer une autre latte de sa clope. Il se donne du courage Theo. Du courage pour ce qui va suivre. « Je ne vais pas te mentir Drew. Ce que tu m’as dit l’autre jour, c’était … » Il s’arrête un court instant. Il a peur de ce qu’il va dire Theo. Il ne veut pas vraiment l’avouer. « ça m’a vraiment fait mal. » Theo ne la regarde plus. Il ne veut pas la regarder. La fierté. Une fois de plus, Theo est trop faible pour oser avouer sa propre faiblesse. Il passe une main dans ses cheveux avant de soupirer. De toute façon Drew, elle ne restera pas. Elle a des choses à régler et puis elle s’en va. Définitivement. Pour toujours. Donc autant parler. Autant être honnête. Mais ça n’est pas facile pour Theo. « Et en réalité t’as pas tort… Je mène une vie de raté, oui. Je n’ai pas la fortune des Hammond. J’ai grandi dans un milieu modeste. Je fume ses saletés de clope. » Theo, il procède un peu à son propre jugement. Une introspection. Il la regarde enfin. « Mais je suis sûr… Je ne pense pas être un mauvais gars Drew. Je ne le suis pas et je suis désolé pour… Pour tout. » Pour lz gifle. Pour les mensonges. Pour les disputes. C’est sorti difficilement mais c’est quand même sorti. Intérieurement Theo souffle. Un poids en moins. S’il y a une chose qu’il ne veut pas. Une chose qu’il n’accepterait pas. C’est qu’elle garde cette image de lui. L’image d’un pauv’type. D’un égoïste.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 13/04/2015 Mon avatar est signé : merenwen (avatar) ; candywanepoels (gif) et j'ai posté un total de : 470 Sinon, on m'appelle : m.

Age : 28
flowers

Feuille de personnage
Répertoire:
Dans ma bulle:
Veux tu que le destin intervienne dans tes liens ?:



MessageSujet: Re: if I ain't got you (DREW & THEO)   Mer 29 Avr - 19:23

if i ain't got you

Don't look back in anger.

« Tu dis ça parce que je fais pitié ou tu le penses vraiment ? » Drew, elle lève les yeux au ciel à l'entente d'une telle stupidité. Drew, elle le regarde en coin, essayant de percevoir un sourire taquin, une lueur moqueuse dans le blanc de ses yeux. En vain. Comme toujours. Théo est passé maître dans l'art de cacher ses sentiments, ça en deviendrait même exaspérant. Alors qu'elle, ses traits la trahissent si facilement, la vendant auprès de son adversaire comme un fourbe. Tantôt faiblesse, tantôt atout. Drew n'a jamais vraiment su. « J'avais pitié, je l'avoue. » Qu'elle répond d'un ton détaché. Mais Théo n'a pas besoin d'être un fin perspicace que sentir cette once d'ironie qui ponctue chacun de ses mots. Parce que ses excuses étaient d'une sincérité telle qu'elle se demande comment n'a-t-il pas pu le percevoir. Parce que Drew, elle a vécu ses derniers jours au rythme de ces mots. Toi je ne t’ai jamais jeté. T’es partie. Je ne t’ai pas jeté. Comme un murmure. Comme un cri. Comme un glas. Drew, elle les entendait encore. Et quand la voix de Théo s'éteignait dans son esprit, elle revenait en arrière. Les repassait en boucle. Se faisant un peu plus de mal à chaque écoute. Parce que Drew, elle n'y a jamais songé un seul instant qu'elle aussi, avait toutes les cartes en main que pour pouvoir lui faire du mal, lui qu'elle pensait intouchable. « Biensûr que je le pense. » Elle l'ajoute. Juste au cas où. Et Drew, elle garde son regard rivé sur la mer. Elle observe les vagues rouler sur le sable, l'écume recouvrant les grains. Drew pourrait rester ainsi, à ses côtés, silencieux. Hors du temps. Mais à son tour, Théo décide de le rompre, ce silence. Peut-être est-ce l'atmosphère de ce lieu qui les pousse aux confidences. Quoiqu'il en soit, Théo avoue. Que ça lui a fait mal. Et Drew, elle s'obstine à garder les yeux sur la mer. Drew, elle n'a même pas envie de scruter le moindre de ses traits que pour savoir s'il est sincère. Elle n'en a pas besoin. Elle sait. Théo fait partie de ces gars qui n'avoueront jamais. Dont la fierté prime. Qui se cacheront derrière un sourire cynique, des paroles acerbes plutôt de reconnaître qu'il a été touché. Faire mal pour se protéger. Pour se préserver. Drew, elle resserre ses bras autour de ses jambes et pose son menton sur ses genoux. Et la belle prend conscience. Qu'ils ont peut-être été trop loin. Qu'elle a peut-être trop loin. Que Théo a un coeur lui aussi, là caché derrière sa carapace de gars invincible. « On était sous le choc, sous le coup de la colère. On pensait pas ce qu'on a dit. » Qu'elle argue d'une voix faible. Même elle, elle a du mal à y croire.  

« Et en réalité t’as pas tort… Je mène une vie de raté, oui. Je n’ai pas la fortune des Hammond. J’ai grandi dans un milieu modeste. Je fume ses saletés de clope. » Mais Théo, que se passe-t-il? Drew fronce les sourcils tant pour le franc-parler dont Théo fait preuve que pour ce qu'il vient de lui confier. Drew, elle a le coeur qui se serre. Cette culpabilité dont elle pensait s'être défaite le tenant entre ses mains. « La fortune des Hammond. » Ses lèvres s'étirent en un sourire mauvais. « Ca fait pas tout, tu sais. Quand tu vois ce que ça peut forger, la fortune... Des gosses qui s'entre-tuent pour avoir la plus grosse part de l'héritage comme de pauvres gamins, ne leur laissant pas le temps de pleurer la mort de leur mère. Parfois, tu te dis que tu serais mieux sans. » Drew prend une poignée de sable dans sa main pour les laisser s'échapper les grains un à un à quelques centimètres du sol. Drew n'a pas envie de se plaindre, loin de là. Non, Drew veut simplement lui faire prendre conscience que les Hammond sont loin d'être une instance de référence. Que les Hammond, on les juge bien trop vite sur ce qu'ils ont, et non pas ce qu'ils sont. « Et puis, même chez les Hammond, on fume. » Comme pour ajouter une teinte de légèreté à la conversation. L'ombre d'un sourire vient éclairer son visage alors qu'elle est toujours concentrée sur le sable dont elle recouvre maintenant ses pieds. « Mais je suis sûr… Je ne pense pas être un mauvais gars Drew. Je ne le suis pas et je suis désolé pour… Pour tout. » La main de Drew reste en suspend quelques secondes. Et elle le regarde enfin. Elle ne cache pas sa surprise. Elle reste ainsi quelques instants, les sourcils froncés, en proie à de nombreuses questions. Est-il sérieux? Se joue-t-il encore d'elle? Où est passé le Théo d'autrefois, celui qui lui aurait ri au nez? Et puis enfin, elle lui sourit. Parce que Drew, c'est tout ce qu'elle attendait. Ce désolé, trop jalousement gardé. « Peut-être que tu t'évertues trop à vouloir le cacher, à te donner un genre. » Elle hausse les épaules et poursuit avant qu'il ne puisse l'interrompre. « Il faut croire que tu avais raison aussi. Je t'ai jugé bien trop vite. Tu as changé. » Conclut-elle d'une voix posée. Parce que son Théo, celui qu'elle a quitté, jamais il ne se serait excusé. Jamais il ne se serait qualifié de raté devant elle, Drew. Jamais il ne lui aurait parlé si ouvertement. Jamais Théo n'aurait été aussi sincère. Drew, elle ne peut dire pourquoi il agit ainsi. Pourquoi il s'est enfin décidé à faire tomber le masque. Mais Drew, elle apprécie. Drew, elle se dit qu'ils pourront peut-être tourner la page ainsi, comme des adultes. Cela rendra les choses plus faciles, peut-être. Dans un soupir, Drew s'allonge. Et les mains posées sur son ventre, elle lui demande : « Tu crois qu'un jour on arrêtera? De toujours se chercher, se faire du mal? » Son regard glisse sur Théo, remonte la courbe de son dos pour venir se poser sur son profil. Elle le contemple, un court instant, avant de fermer les yeux.
© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 20/02/2015 Mon avatar est signé : wildworld (ava.) & endlesslove (signa.) et j'ai posté un total de : 1239 Sinon, on m'appelle : QUIET RIOT pour vous servir.

Age : 29
flowers

Feuille de personnage
Répertoire:
Dans ma bulle:
Veux tu que le destin intervienne dans tes liens ?: Oui



MessageSujet: Re: if I ain't got you (DREW & THEO)   Mer 6 Mai - 19:54




IF I AIN'T GOT YOU
with Drew
Je ne sais pas pourquoi. Pourquoi je suis en train de dire tout ça. Pourquoi je lui parle ainsi. Je ne sais pas pourquoi je suis honnête. Non je ne suis pas un menteur. Je n’aime simplement pas en dévoiler beaucoup. Me dévoiler. Se dévoiler c’est être faible. Montrer sa faiblesse, c’est donner le pouvoir à l’autre de nous blesser. Et c’est ce que je viens de faire. Je lui ai donné, à Drew, le pouvoir de me faire du mal. Je ne sais pas pourquoi.
Elle pense ce qu’elle a dit. Elle est vraiment désolée. Theo ne s’attendait pas à ça mais au fond, ça lui fait plaisir de l’entendre. Il en est presque … rassuré. Mais comme toujours, il ne veut rien montrer. Il veut tout garder pour lui. Drew, elle semble le faire si facilement. Se dévoiler. Se dévoiler à lui. Theo, il m’est tant de vigueur à tout cacher, à se replier sur lui-même. Et même avec ça, elle a quand même trouvé le moyen de l’atteindre. De lui faire mal. Tout ce qui compte, c'est toi. Ta putain de personne et ton putain d'ego. Theo fronce légèrement les sourcils en se rappelant de ces mots. Ça lui fait encore mal, là. Et cela lui fait d’autant plus mal que Drew n’avait pas totalement tort. Et il a préféré fuir. Partir plutôt que de la voir dresser ce portrait dur mais on ne peut plus vrai de l’homme qu’il était. De l’homme qu’il est encore aujourd’hui. Pourtant, elle dit qu’elle est désolée… Il a envie de la croire. Cet aveu, Theo le prend comme un premier pas. Le premier pas de Drew vers lui. Le premier pas pour enterrer la hache de guerre, même s’il sait pertinemment qu’entre eux, ça ne sera jamais vraiment tout rose. Jamais.
Theo finit par avouer à son tour. Par se dévoiler. Il est désolé. Il l’est depuis longtemps, seulement sa fierté l’a toujours empêché de le reconnaître réellement. Il ne regarde pas Drew. Il ne veut pas la regarder. Il ne veut pas qu’elle le voit flancher. Qu’elle le voit plier. Car Theo, il ne plie jamais. Mais ce soir, c’est différent. Quelque chose a changé. Il en a pris conscience Theo. Finalement. Il les voit Theo. Les gens autour de lui, ses amis, Drew. Tous ceux-là. Il les voit avancer, trouver leur voie, faire quelque chose de leur vie. Et puis il y a lui, au milieu de tous, toujours avec cette même haine, cette même fierté, cette fichue colère. Toujours au point de départ. Toujours un raté. Ça lui fait mal de le reconnaitre. « Il faut croire que tu avais raison aussi. Je t'ai jugé bien trop vite. Tu as changé. »  Theo la regarde sans rien ajouter. Il a changé ? Pas assez à son goût. Mais il ne dit rien. Car il sait. Il sait que demain, il se réveillera et sera certainement différent. Il se demandera certainement pourquoi il a dit tout ceci. Peut-être même qu’il regrettera. Mais il ne dit rien. Il ne veut pas gâcher ce moment car au final, il se sent un peu mieux. Toujours sa clope entre les lèvres, Theo joue avec sa bouteille devant lui.  « Tu crois qu'un jour on arrêtera? De toujours se chercher, se faire du mal? » Theo a un moment d’arrêt. Il fixe le sable pendant un long moment. En réalité, il ne s’est jamais réellement poser la question. Ou peut-être l’a-t-il seulement toujours évitée ? Se faire du mal… c’est eux. Elle et lui. Drew et Theo. C’est peut-être ce qu’ils font de mieux. Se faire du mal. Se déchirer. Pour ensuite mieux se retrouver. Parce que ça aussi, ils le font bien. Du mois, ils le faisaient bien. Theo porte lentement son regard sur elle. Elle est la, allongée sur le sable, les yeux fermés. Elle semble paisible. Theo prend sa clope entre les doigts avant de soupirer. « Honnêtement, je ne sais pas. Non pas que je n’en ai pas envie, mais je ne sais pas si on est capable. »  Tranquillement, il boit une gorgée de sa bière. « Mais ça ne coûte rien d’essayer. » Ajoute-t-il simplement. Il en a envie Theo. Il a envie que les choses changent entre lui et Drew. Revenir en arrière ? Non. Il ne sait pas si c’est possible. Ils ont quelque peu changé tous les deux. Surtout elle. Elle est passée à autre chose. Et lui aussi. Enfin, presque. Il a envie que les choses soient différentes. Qu’elles soient meilleures entre eux. Mais il ne sait pas s’ils en sont capables. Theo se demande même si ça ne serait pas l’alcool qui le rend ainsi.
Il écrase sa cigarette dans le sable avant de se lever. A quelques mètres d’eux, il entend toujours le bruit de la fête sur la plage. Sans un mot, Theo retire ses chaussures. Ses chaussures puis sa chemise. Il croise le regard interrogateur de Drew. Cela l’amuse. Elle doit certainement se demander ce qu’il fiche. Ou même ce qu’il a en tête. « Tu habites à Londres. Tu devrais profiter du temps ici avant de retourner sous la pluie. » Il est lunatique Theo. Trop lunatique. Trop versatile. Ces idées, qui lui viennent comme ça, sans prévenir. Mais il essaye Theo. Ne pas se faire de mal. Que les choses soient meilleures. Il vide ses poches, et laisse tomber ses affaires sur le sable. Le vent n’est pas froid. Il est plutôt agréable. C’est ça Savannah. La côte est. Finalement vêtu de son seul pantalon, il se tourne vers Drew et lui tend la main. « Fais pas ta prude. Allez viens. Ne m’oblige pas à te trainer dans l’eau. »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 13/04/2015 Mon avatar est signé : merenwen (avatar) ; candywanepoels (gif) et j'ai posté un total de : 470 Sinon, on m'appelle : m.

Age : 28
flowers

Feuille de personnage
Répertoire:
Dans ma bulle:
Veux tu que le destin intervienne dans tes liens ?:



MessageSujet: Re: if I ain't got you (DREW & THEO)   Ven 8 Mai - 23:06

if i ain't got you

Don't look back in anger.

Paraît-il que les défunts ne nous quittent jamais. Que de là-haut, ils nous observent et nous protègent, surtout. Paraît-il que lorsque l'âme s'éteint, une nouvelle étoile se greffe sur cette toile obscure, qui à la nuit tombée, les recouvre de son voile. Paraît-il qu'il suffit de la fixer, cette étoile, et peut-être nous entendra-t-il. Alors Drew, elle ouvre les yeux et contemple le ciel qui s'étend à perte de vue. Ses yeux scrutent cette immensité. Et son regard est attiré par cette source lumineuse. Si lointaine, si insignifiante. Si intrigante, si éclatante. Elle imagine sa mère, assise sur le rebord de cette étoile, les jambes battant l'air dans le vide. Et elle peut sentir son regard. Accusateur. A jamais insatisfait. Que fais-tu encore avec ce moins que rien ? N'as-tu pas trouvé ton bonheur avec ton Londonien ? Lui, au moins, c'est quelqu'un de convenable. Quelqu'un de qui a de l'avenir. Retourne donc auprès de lui. Drew, elle peut l'entendre aussi distinctement que celle de Théo, la voix sèche de sa mère. S'est-elle mêlée à la brise pour parvenir jusqu'à elle ou sont-ce les vagues qui se sont faites messagères des morts ? Sa voix d'outre-tombe s'insinue dans son esprit, un peu plus. Et Drew, elle ferme les yeux si fort que ses sourcils s'en froncent. Comme si le simple fait de se couper de la vue de cette étoile parviendrait à la faire taire. Drew ne sait si c'est sa tactique qui lui garantit ce succès ou si l'intervention de Théo y est plus pour quelque chose. « Honnêtement, je ne sais pas. Non pas que je n’en ai pas envie, mais je ne sais pas si on est capable. Mais ça ne coûte rien d’essayer. » Essayer. Ca sonne un peu faux parce que trop invraisemblable que pour pouvoir y croire. Pourtant, ce n'est pas la volonté qui lui manque, à Drew. Elle aimerait tant pouvoir passer à autre chose. Fermer définitivement le livre de cette vie. Pour en commencer une autre, avec quelqu'un de plus convenable. Quelqu'un qu'elle pourrait aimer, si elle ne s'obstinait pas tant à regarder en arrière, dans sa direction. Elle aimerait tant. Mais Théo a mis des mots sur sa plus grande crainte : en sont-il seulement capable? Seul l'avenir leur dira.

Jusqu'alors immobile, Drew le sent s'activer à ses côtés. Intriguée, elle ouvre à nouveau les yeux. Qu'est-ce qu'il fout à enlever sa chemise? Théo lui jette un coup d'oeil furtif. Et Drew se doute que l'étonnement doit être marqué sur son visage parce que ses lèvres s'étirent en un sourire malicieux. Ce qui n'annonce rien qui vaille, d'ailleurs. La belle se redresse légèrement et prend appui sur ses coudes. Elle est d'autant plus dubitative qu'il lui parle de Londres, de la pluie et de Savannah. A sa quantième bière est-il, vient-elle à se demander. « Fais pas ta prude. Allez viens. Ne m’oblige pas à te trainer dans l’eau. » Le regard de la belle glisse de son visage à sa main qu'il lui présente mais qu'elle hésite encore à prendre. Et enfin, il termine sa course sur la mer. Elle ne lui donne guère envie, cette mer sombre. Pourtant elle se relève. Seule, sans son aide. « Faire ma prude? C'est mal me connaître. » Elle lui assène un regard brillant de malice. Et avec nonchalance, elle s'empare de la bière qu'il tient entre ses doigts. Elle la porte à sa lèvre, en boit une gorgée, sans le quitter des yeux. Un sourire en coin sur le bout des lèvres. Elle se dirige vers la mer, Théo la talonnant. Sur le chemin, elle retire son haut. La brise vient lui lécher la peau, délicieusement. Les vagues lui caressent les pieds. Et Drew, elle s'arrête. Parce que Drew, elle ne sait pas jusqu'où elle doit aller. Parce que Drew, elle n'est plus celle d'autrefois. Cette fille qui aurait accouru vers la mer, éparpillant ses vêtements ça et là sur le sable pour sauter dans la mer vêtue de sa tenue d'Eve. Mais Drew n'est plus aussi effrontée. Plus aussi insouciante. D'autant plus, qu'il y a Noam et que ce n'est pas convenable. Et puis, ils doivent essayer. Théo est à ses côtés, semblant attendre qu'elle entre la première. Une mise au défi, une de plus. Drew lui rend sa bouteille. Et dans un soupir, déboutonne son short. Il glisse le long de ses jambes et d'un geste adroit, elle l'envoie valser un peu plus loin. Et maintenant? Maintenant, Drew s'empare de l’agrafe de son soutien. Avec cette dextérité qui vient par habitude, elle le détache. Le pauvre habit retrouve ses autres congénères sur le sol. Dévoiler une paire de seins, ça n'engage à rien, pas vrai? Plus aurait été trop. Moins aurait été trop prude. Et Drew s'avance un peu plus dans l'eau. Ses muscles se contractent. Elle resserre ses bras contre son corps. « Bordel, c'est froid! » Mais elle continue d'avancer. L'eau lui arrive jusqu'à la taille lorsqu'elle prend son courage à deux mains et plonge. Elle refait surface, quelques brasses plus loin. La belle n'y a déjà plus pied. Elle se tourne vers la plage. Vers Théo qui ne tardera pas à la rejoindre. Drew, elle ne peut s'empêcher de sourire. Parce que Théo avait vu juste. « Je dois avouer que rien ne vaut un bain de minuit à Savannah. » Rien ne vaut Savannah, à dire vrai. Rien.
© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 20/02/2015 Mon avatar est signé : wildworld (ava.) & endlesslove (signa.) et j'ai posté un total de : 1239 Sinon, on m'appelle : QUIET RIOT pour vous servir.

Age : 29
flowers

Feuille de personnage
Répertoire:
Dans ma bulle:
Veux tu que le destin intervienne dans tes liens ?: Oui



MessageSujet: Re: if I ain't got you (DREW & THEO)   Dim 10 Mai - 4:56




IF I AIN'T GOT YOU
with Drew
Essayer. Ce mot semble étrange pour Theo. Il sonne bizarre. Pourtant, il est sorti de sa bouche, à lui. Essayer. Essayer d’être adultes. De ne pas se faire de mal.  De ne pas se déchirer. De ne plus se chercher. Essayer de changer. Essayer d’être des gens normaux. Il en a envie Theo. L’idée ne lui déplaît pas. Mais il doute. Il doute d’en être capable. En sont-ils tous les deux capables ? Theo n’en est pas certain. Il s’en rappelle. Il se rappelle qu’ils ont déjà essayé. Essayer d’arrêter cette folie quotidienne qui était la leur. Mais sans succès. Theo se rappelle encore de leurs disputes. De tous ces moments où il avait juste envie de lui arracher la tête, à Drew. Ces moments où la colère l’emportait sur tout le reste. Essayer… une perte de temps finalement. Peut-être que rester loin l’un de l’autre serait la meilleure solution. Elle là-bas, lui ici. Il n’y aurait pas de risque. Ils n’auraient même pas besoin d’essayer au final.
Mais pour l’instant, Theo n’a pas la tête à cogiter. Peut-être est-ce le litre d’alcool qu’il vient de consommer qui lui monte à la tête. Il s’est levé tout d’un coup. Il s’est levé parce qu’il a envie de nager dans cette mer. Tout est calme autour d’eux, mis à part le bruit provenant de la fête un peu plus loin sur la plage. Theo, ça n’est pas le genre de mec que l’on trouverait le jour sur une plage pleine de monde. Non. Lui, il préfère la nuit, le calme, le bruit des vagues et, la douce brise du soir. Et puis ça n’est plus un secret pour personne : Theo, il vit la nuit.
Le bras tendu vers Drew, il la regarde. Il l’observe. Il tente une fois de plus de déceler une quelconque réaction, d’anticiper une quelconque réponse. Un an plus tôt, elle n’aurait pas refusé, elle n’aurait même pas hésité. Mais aujourd’hui Theo n’est est plus aussi certain. Drew semble avoir énormément changé depuis. Et c’est à contrecœur, que Theo reconnaît au fond qu’il ne la connaît peut-être plus aussi bien qu’avant. « Faire ma prude? C'est mal me connaître. » Il sourit. Cette fois, c’est une vision du passé qui le frappe. Ce regard qu’elle lui lance. Il a l’impression de se retrouver quelques moi plus tôt. Avant que cette nuit n’arrive. Avant que celle gifle n’arrive. Avant que Drew ne parte. Finalement, il la reconnait un peu pour le coup. Cette Drew amusante. Surprenante. Elle lui prend sa bière avant de se diriger vers la mer. Theo la suit sans un mot. Très vite, son haut se retrouve sur le sable. Theo la regarde toujours quand elle s’arrête. Il se demande ce qui peut bien se passer dans la tête de la jeune femme. Mais il imagine. Il imagine déjà ce que ce doit être. Est-ce raisonnable ou pas ? Est-ce raisonnable d’aller plus loin ? Elle doit certainement se demander s’il est raisonnable de suivre Theo. Une fois de plus. Si cela ne serait pas la fois de trop. Et Theo la regarde toujours, se demandant ce qu’elle va bien décider. Si elle compte fuir une fois. Elle lui rend sa bouteille. Mais Theo attend toujours. Il attend de savoir si ce moment, leur moment, prend fin ici, maintenant ou s’il continue encore quelques minutes. Quelques heures. Il n’en sait rien. Son regard est toujours posé sur Drew lorsqu’elle jette son short sur le sable. Quelques minutes plus tard, son soutien se retrouve également sur le sol. Et Theo, il le sent. Là, au fond. Ça se réjouit. Il réalise enfin. Il réalise que peut-être Drew ne lui a pas encore totalement échappé. Non pas, qu’elle va lui retomber dans les bras, une fois de plus. Loin de là. Leur histoire, elle est passée. Il le sait, bien qu’elle leur ait encore laissé quelques cicatrices. Mais ce qu’il réalise, c’est qu’elle n’a pas changé tant que ça. Qu’au fond, elle reste encore SA Drew. Très vite, Theo retire son pantalon se retrouvant avec son seul boxer, puis il rejoint Drew. Il ne peut retenir une grimace au contact de l’eau froide. Il nage vers Drew et petit à petit, l’eau lui arrive au niveau du cou. Il la voit sourire. « Je dois avouer que rien ne vaut un bain de minuit à Savannah. » Theo sourit à son tour. Sont-ils en train d’essayer ? Il ne sait pas trop. Mais quelque chose semble fonctionner. Quoi ? Il n’en sait rien non plus. « Tu dois surtout avouer que j’ai raison une fois de plus. » Il lui lance un regard faussement présomptueux. Malgré tout, tout ceci parait bien étrange pour Theo. Ou plutôt irréel quand il se rappelle leurs retrouvailles quelques jours plus tôt. Des mots durs qu’ils avaient eu l’un envers l’autre. Des paroles blessantes. « Tu sais, rien ne vaut vraiment Savannah. Pas même New-York ; du moins, pour moi. Donc, Londres à côté… ça ne fait pas vraiment le poids. » Theo s’arrête un moment et la regarde. Elle doit certainement se demander où il veut en venir. Le jeune homme la provoque un peu. Comme toujours. Rien de bien méchant mais il ne peut pas s’en empêcher Theo. De la titiller un peu pour la faire réagir. « Honnêtement, ça va peut-être te paraitre prétentieux ce que je vais dire mais…  Je pense que tu n’es pas faite pour Londres. La vie européenne, est beaucoup trop rangée, pas suffisamment fun pour une fille comme toi. Et je constate qu’elle a même un peu déteint sur toi…  » Cette fois-ci, il la regardait d’un air malicieux. Un regard de défi. Il fait allusion à cette nouvelle Drew. Celle qui ne se jette pas dans l’eau vêtue de rien d’autre que sa nudité. Cette Drew là. Mais ça n’est pas un reproche. C’est surtout de la provocation. Du Theo, tout simplement. Le jeune homme finit par plonger. Il reste quelques minutes la tête sous l’eau avant de refaire surface près de la jeune femme. Doucement, mais surtout sans prévenir, il passe sa main autour de la taille de la jeune femme. Elle se retrouve contre lui, son dos contre le torse de Theo. Theo sent le corps de Drew se crisper à son contact. Pourtant, il garde ses mains autour sa taille. « Relaxe. Je ne vais pas te manger. » Il dit sur un ton amusé. Il lui fait en quelque sorte comprendre qu’il ne compte pas en faire trop. Qu’il ne compte pas franchir cette ligne qu’ils se sont implicitement fixés. Theo n’est pas dupe. Il sait. Il sait que là, quelque part dans Savannah, un jeune homme doit certainement se demander où se trouve sa petite amie. Où se trouve Drew. Et Theo, ça le désole plus qu’autre chose. Il ne va pas la franchir cette ligne. Du moins, il essaierait.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 13/04/2015 Mon avatar est signé : merenwen (avatar) ; candywanepoels (gif) et j'ai posté un total de : 470 Sinon, on m'appelle : m.

Age : 28
flowers

Feuille de personnage
Répertoire:
Dans ma bulle:
Veux tu que le destin intervienne dans tes liens ?:



MessageSujet: Re: if I ain't got you (DREW & THEO)   Mer 13 Mai - 0:06

if i ain't got you

Don't look back in anger.

Et Drew en prend de plus en plus conscience. Ou peut-être l'évidence a-t-elle toujours été là, refoulée au plus profond d'elle-même. Parce que Drew, elle a su dès les premiers pas posés sur le tarmac de l'aéroport que cette terre étrangère ne l'adopterait jamais. Que son coeur était resté quelque part là-bas, sur la côte est. Elle a essayé pourtant. Essayé de s'y faire à ces gens, ces habitudes et ces coutumes. Essayé de s'accommoder à ce temps si maussade qu'il en déteignait presque sur son moral, sur son visage. Elle a cru qu'à force de faire semblant, elle finirait par l'aimer, cette ville. Elle finirait par oublier les doux rayons de soleil de Savannah lui caresser la peau. Elle finirait par oublier ces sourires et cette sympathie si chère aux sudistes. Parce qu'elle en est une, de sudiste. Dans son coeur, dans ses tripes. L'évidence la frappe, là, maintenant. Comme un sentiment de plénitude, celui d'avoir l'impression d'être enfin à la maison. Là où elle doit être. Welcome home, darling. Elle le savait. Et il le sait aussi. Il ne s'en prive pas, de lui rappeler qu'il a raison. Qu'elle fait partie de Savannah, pas d'une quelconque autre ville. Il arbore ce sourire fier. Insupportable. Drew lève les yeux au ciel. Elle balaie la surface de l'eau de sa main et lui envoie un jet d'eau. Geste qu'elle accompagne d'un « T'es con. » quelque peu amusé. Pourtant, intérieurement, ça la tue un peu Drew, de reconnaître qu'il n'a pas eu tort. Ca la tue un peu qu'il la connaisse encore si bien, aussi. Et il surenchérit. Comparant leur chère ville à d'autres mastodontes telles que New-York ou encore Londres. Rien n'égale Savannah qu'il place soigneusement sur un pied d'estale. Drew garde le silence. Parce qu'il n'a que trop raison. Et ça la tue encore un peu plus. « Honnêtement, ça va peut-être te paraitre prétentieux ce que je vais dire mais…  Je pense que tu n’es pas faite pour Londres. La vie européenne, est beaucoup trop rangée, pas suffisamment fun pour une fille comme toi. Et je constate qu’elle a même un peu déteint sur toi…  » Un rire lui échappe, bien malgré elle. Un peu jaune. Arrête d'avoir raison Théo. Arrête de tout savoir. Arrête de me connaître. Parce que oui, c'est une vie rangée qui l'attendait là-bas. Une vie d'adulte. Une vie qui ne lui correspondait pas mais qu'elle s'est obligée à s'approprier. Et au final, elle s'ennuie dans cette vie. Bien trop stable, bien trop prévisible. « Oserais-tu me dire que je suis devenue chiante? » Elle arque un sourcil, faussement menaçante. L'est-elle devenue, chiante? Drew devrait s'en réjouir de ne plus être celle d'autrefois. Alors pourquoi cette constatation l'a-t-elle piquée au vif. « Moi qui pensais que ça me réussissait plutôt bien... Peut-être que je devrais songer à partir un peu plus loin la prochaine fois. » qu'elle lâche d'un ton détaché, un sourire narquois naissant sur ses lèvres alors qu'elle pose son regard sur Théo. L'a-t-elle touché en évoquant son futur départ, elle qui n'a plus aucune attache sur sa terre natale? Elle l'espère.

Et Théo plonge sous l'eau. Drew, elle essaie de le suivre du regard mais à cette heure-ci, elle ne peut rien y voir. Ce n'est que quelques instants plus tard qu'elle sent ses bras enlacer sa taille. Son coeur rate un battement. Pour reprendre sa course à une telle cadence que la belle en a peur qu'il explose. Parce que Drew, elle s'attendait à tout sauf à cette proximité. Elle lâche un faible « Qu'est-ce...  » Mais il la coupe. « Relaxe. Je ne vais pas te manger. » Ah bon? Pourquoi s'être rapproché de la sorte dans ce cas? Pourquoi tes bras enserrent-ils sa taille la tenant contre toi, comme pour l'empêcher de s'en aller? Comme pour t'assurer qu'elle reste auprès de toi. Pourquoi es-tu toujours obligé de tout compliquer? Drew, sa main glisse le long de l'avant-bras de Théo. « Tu m'en vois ravie. » Elle le souffle d'une voix faible. Un peu tremblante, encore sous la surprise de cette proximité qu'elle aurait bien voulu éviter. Ses doigts se resserrent autour des poignets de Théo. Et dans un geste ferme, elle se libère de son emprise. Elle se retourne, pour lui face, ses mains toujours dans les siennes. « Vu que je suis devenue chiante... » Drew se rapproche sensiblement. Elle aurait voulu l'éviter leur rapprochement, oui. Parce que c'est ce qui aurait le plus raisonnable. L'envoyer paître, sortir de l'eau et le laisser en plan. Mais l'est-elle raisonnable? Cette Drew-là, l'ancienne, qui sommeillait au fond d'elle, n'a-t-elle pas été réveillée à ce simple contact? « peut-être que toi, tu saurais me dire ce que ferait la Drew un peu plus fun. » Elle hausse les épaules comme s'il s'agissait de la requête la plus innocente au monde. Comme si elle ne laissait rien sous-entendre. Mais la malice dansant dans ses yeux, illuminant ses traits, trahit la belle. Parce qu'il est dans la nature de Drew de jouer avec le feu. De chercher à s'en approcher, hypnotisée. S'avancer toujours plus, la main tendue. Tester ses limites. Leurs limites. Voir jusqu'où ils seraient capables d'aller. Où est la limite, celle à ne pas dépasser. Et la repousser, toujours un peu plus. Toujours un peu loin. Mais à force de jouer avec le feu, on finit par se brûler. Tu devrais le savoir pourtant, Drew.
© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 20/02/2015 Mon avatar est signé : wildworld (ava.) & endlesslove (signa.) et j'ai posté un total de : 1239 Sinon, on m'appelle : QUIET RIOT pour vous servir.

Age : 29
flowers

Feuille de personnage
Répertoire:
Dans ma bulle:
Veux tu que le destin intervienne dans tes liens ?: Oui



MessageSujet: Re: if I ain't got you (DREW & THEO)   Sam 16 Mai - 23:43




IF I AIN'T GOT YOU
with Drew
« Oserais-tu me dire que je suis devenue chiante? » Non Drew, tu n’es pas devenue chiante. Tu es simplement devenue une autre toi. Cette autre toi si différente et qui paradoxalement ressemble encore à la Drew d’avant. Celle qui, comme avant, aime s’amuser. Celle qui court vers la mer sans se poser de questions. Mais aussi, celle qui réfléchit trop. Celle qui calcule beaucoup trop maintenant et qui dresse des barrières. Non, tu n’es pas devenue chiante Drew. Tu es juste une Drew différente.
Ces barrières, elles gênent Theo. Il aimerait les faire tomber d’un seul coup. Mais ça n’est pas facile. Drew ne se laisse pas faire. Pas comme avant. Avant, c’était lui qui les dressait les barrières. C’était Theo qui menait la danse. Maintenant, c’est différent. L’entendre plaisanter sur son éventuel départ, fait sourire Theo. Un sourire qui n’atteint pas ses yeux. Il ne trouve pas ça amusant. Il se rappelle. Il ne se rappelle que trop bien de son départ. Il se rappelle des soirées qu’il a passé en compagnie de sa vieille amie la bouteille, et cette saleté de poudre blanche. Donc, naturellement, ça ne l’amuse pas. Cependant, il ne dit rien, n’ayant pas tellement envie de plomber cette ambiance étrangement zen pour une fois. Cette quiétude qui ne leur est pas familière.

Drew ne s’y attendait pas. De se retrouver ainsi contre lui. Theo l’a senti. Il le sent encore. Au fond, ça l’amuse un peu. Ça l’amuse de se dire que ce simple contact la rend aussi tendue. Cette simple proximité. Ils ont connu plus. Ils ont même partagé plus. Il a déjà senti le corps nu de Drew contre le sien. Sa peau contre la sienne. Donc ça l’amuse, Theo. Elle il la sent finalement, le long de son avant-bras. Cette main qui vient rompre le lien. Cette main qui vient dire stop. Cette autre Drew. Elle se libère de son emprise, ses mains toujours dans les siennes. « Vu que je suis devenue chiante... »  Theo lève les yeux au ciel non sans rire. Oui, pour le coup elle est clairement chiante. Mais le jeune homme se retient de lui dire cela. « Oh mais t’es vraiment pas amusante. Je n’ai jamais dit que t’étais chiante. Ne le prend pas comme ça.» Il la regarde avec un air faussement désolé. Au fond, Theo aime cette atmosphère. Ce semblant de quiétude si rare. Si rare parce que ces deux là passent le plus clair de leur temps à se déchirer. A se détester. A se faire du mal. Et le plus souvent, à se quitter pour mieux se retrouver. Une fois de plus, ils se retrouvent. Et certainement. Certainement que cette fois-ci également, ça ne durera pas éternellement.  « peut-être que toi, tu saurais me dire ce que ferait la Drew un peu plus fun. » Il la regarde, intrigué. Intrigué parce qu’il ne sait pas ce qui se passe dans la tête de la demoiselle. Elle veut vraiment jouer à ce jeu là ? Elle veut vraiment aller sur ce terrain là ? Pourtant elle doit le savoir Drew, qu’il n’est pas toujours bon de repousser ses limites. Encore moins avec Theo. Avec ce Theo qui ne demande que cela. Le jeune homme n’aime pas perdre. Et cette mise au défi, Theo la prend comme une invitation. Comme une première barrière qui tombe. Elle aurait pu aller ramasser ses vêtements, puis s’en aller, Drew. Mais non, elle préfère jouer. Finalement, Theo se rapproche un peu plus, les mains de Drew dans les siennes. « Tu veux vraiment savoir ? … Tu veux que je te le dise ou plutôt que je te le montre. » Une lueur de malice traverse son regard. Il joue. Même avec les mots.   « La Drew plus fun, elle réfléchirait moins. Elle arrêterait de se prendre la tête, de se demander si c’est bien ou mal. Elle se laisserait aller, tout simplement… » Il la regarde un long moment sans un mot. Un silence. Un long silence. C’est ce qu’il veut Theo. Qu’elle arrête de penser tout simplement. Le temps de quelques minutes. Il réduit une fois de plus l’espace entre eux jusqu’à sentir son souffle sur son visage. Ses mains toujours dans les siennes, il tire doucement dessus. Elle se retrouve contre lui une fois de plus. Il sent sa poitrine contre son torse. Son front contre le sien. « Tu me pardonneras mais, je tiens juste à m’assurer que tu n’es pas totalement chiante » Il joue avec le feu, surtout. Theo ne connait pas ses limites. Il brûle toutes les barrières. Que ça soit en bien ou en mal. Doucement, il lui prend le menton entre son pouce et son index. Il la fixe toujours du regard. Il cherche à savoir. Savoir si elle va prendre la fuite une fois de plus. Finalement il s’en approche. Doucement mais dangereusement. De ses lèvres. Theo que fais-tu ? A quoi tu joues ? Délicatement. Ses lèvres frôlent les siennes. Un contact qui n’en est pas vraiment un. Et pourtant, Theo sent quelque chose qui semble s’éveiller. Là. Tout au fond. Cette sensation. Cette vieille sensation qui n’était devenue rien d’autre qu’un simple souvenir. Drew. Et pourtant Theo il rompt ce faux lien. Et pourtant il a eu envie d’aller plus loin. De sentir réellement ses lèvres. De sentir sa langue se lancer dans une danse folle avec la sienne. Mais non. Il a préféré jouer. Il se demande maintenant si le jeu en vaut vraiment la peine. S’il ne faut pas que lui aussi, se laisse simplement aller. Les yeux toujours fermés, Theo pose son front contre le sien. Il frotte son nez contre le sien délicatement. « Je confirme. Tu n’es pas si chiante que ça… au fond. » Il finit par lui pincer le nez gentiment. Theo sourit. Il sourit mais au fond ça le tue un peu. Ça le tue un peu de voir qu’après tout ce temps, que malgré la distance, leurs problèmes, Lexie, et ses emmerdes, Drew lui fait encore de l’effet. Elle lui fait encore CET effet là.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 13/04/2015 Mon avatar est signé : merenwen (avatar) ; candywanepoels (gif) et j'ai posté un total de : 470 Sinon, on m'appelle : m.

Age : 28
flowers

Feuille de personnage
Répertoire:
Dans ma bulle:
Veux tu que le destin intervienne dans tes liens ?:



MessageSujet: Re: if I ain't got you (DREW & THEO)   Mer 27 Mai - 12:57

if i ain't got you

Don't look back in anger.

C'était si simple de se laisser aller. De taire les appréhensions et les mises en garde. De le suivre à l'aveuglette. De ne penser à rien, de profiter. C'était simple, oui. Si simple que Drew en a fini par les garder, ses yeux fermés. Qu'elle ne  l'a pas vu, ce chemin parsemé d'embûches, ces obstacles dans lesquels elle s'est pris les pieds pour finir face contre terre. Et malgré les égratignures, elle s'obstinait à avancer. Pour mieux retomber. Toujours les yeux fermés.

Mais Drew, elle ne ferme plus les yeux. Elle veut les voir, ses lèvres se rapprocher. S'entre-ouvrir lentement, comme une invitation à entrer dans la danse. Elle veut les voir, ses paupières closes, derrière lesquelles les secrets inavoués prennent forme, s'activent. Et devenir réalité? Elle veut la voir, sa peau hâlée. L'imaginer contre la sienne, caresse des plus exquises. Non, Drew ne ferme pas les yeux. Elles se frôlent, leurs lèvres. Et Drew, son souffle s'arrête. Drew, sa main vient trouver place sur la hanche de Théo. Drew, ses doigts s'enfoncent un peu dans sa chair. Prête à l'attirer un peu plus contre elle. Prête à le repousser. Parce que Drew, Dieu qu'elle en meurt d'envie, oui. De se laisser aller. De taire ces voix dans sa tête. Qui hurlent à la mort ce même prénom, sans cesse.  Qui la rappellent à l'ordre et l'obligent à garder les yeux ouverts. Théo se détache, lentement. Le front posé sur celui de l'autre, ils restent un moment ainsi.  Un temps de tendresse d'une telle rareté que Drew en est déconcertée. Pourquoi est-elle partie encore? Elle en viendrait même à se le demander. Presque, oui.  « Je confirme. Tu n’es pas si chiante que ça… au fond. » Et il lui pince le nez. Et ca lui arrache un sourire, à Drew. Elle se le frotte du revers de la main. Pas si chiante que ça. Cette Drew-là, elle la sent protester au plus profond d'elle-même. Peut-être est-ce sous son impulsion que Drew passe ses jambes autour de sa taille, presque timidement. Un tantinet hésitante. Plus tard, la belle se dira que trop fatiguées d'avoir ainsi brasser l'eau, elles y ont trouvé un moment de répit. Parce que plus tard, Drew regrettera. Regrettera d'être sortie sur un coup de tête et d'avoir laissé Noam en plan. Regrettera de s'être installée à ses côtés alors qu'elle aurait tout bonnement pu continuer son chemin. Regrettera de l'avoir suivi, de s'être prise au jeu comme une vulgaire débutante. Regrettera de s'être laissée aller, un peu trop à son goût. Mais Drew, les regrets, elle connaît. Ils sont les combustibles qui la font avancer. La dope quotidienne de cette femme bercée de désillusions et de déceptions.

Ses mains remontent le long de ses bras. Du bout des doigts, elle vient caresser son menton. Drew, elle a le regard rivé sur ce manège. Plongée dans la redécouverte de ce visage qu'elle avait fait souvenir. Ses doigts courent, sur ses joues. Ses doigts dessinent le contour de ses sourcils. Ses doigts, délicatement, lui ferment les yeux. Ses doigts restent un moment suspendus dans les airs. L'artiste contemple le chef d'oeuvre qui prend forme sous ses fins pinceaux. Et puis, doucement, il apporte la touche finale au tableau. Celle qui fera tout, celle qui changera tout. Et ses doigts se posent ses lèvres, humidifiées par la mer. Ce contact ne vaut, certes, pas celui d'un baiser. Mais elle peut facilement se l'imaginer, cette sensation. La ressentir, là au fond d'elle. L'autre Drew en serait presque repue. Mais elle en demande toujours plus. Alors du pouce, elle effleure sa bouche. Elle ose lui jeter un regard. Intense, vibrant. Embrasse-le. qu'elle lui hurle, l'autre Drew. Mais Drew se mord la lèvre inférieure et reporte son attention sur ses lèvres. Elle les étire, plaquant un sourire grimaçant sur ce visage dont elle s'amuse à dessiner les traits. Et Drew soupire. Ses mains se détachent de son visage pour venir se joindre derrière sa nuque. Parce que tout ça, ce n'est qu'un semblant de réalité. Flou, inaccessible. Non, ce n'est qu'un jeu. Rien qu'un jeu. Ca l'a toujours été. Drew tourne la tête en direction de la plage. Les groupes se forment et se défont. Arrivent et partent dans ce brouhaha propre aux festivités. Les verres s'offrent, se partagent, se perdent sur la plage. Les corps dansent, se rapprochent, en appellent à plus d'intimité. Déjà, les couples s'éclipsent. Pour une nuit d'amour, le temps d'un soir. Et eux, que sont-ils dans toute cette masse? « T'es venu avec des potes? » qu'elle finit par lâcher, le regard toujours happé par le grand feu. Des potes. Ou peut-être elle, cette fille spéciale. Non, Drew. Pourquoi serait-il là avec toi dans ce cas? Drew balaye l'idée aussi vite qu'elle lui est venue à l'esprit. « Killian? Lexie? » qu'elle argue. Intimement, elle espère qu'il dira que non. Que ce soir, il l'a fait sans ses fidèles acolytes. Et elle reporte son attention sur lui, jouant distraitement avec ses cheveux. Non, Drew espère que ce soir, ils seront seuls. Comme avant?
© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 20/02/2015 Mon avatar est signé : wildworld (ava.) & endlesslove (signa.) et j'ai posté un total de : 1239 Sinon, on m'appelle : QUIET RIOT pour vous servir.

Age : 29
flowers

Feuille de personnage
Répertoire:
Dans ma bulle:
Veux tu que le destin intervienne dans tes liens ?: Oui



MessageSujet: Re: if I ain't got you (DREW & THEO)   Dim 31 Mai - 4:59





IF I AIN'T GOT YOU
with Drew
Theo ce joueur. Cet ogre affamé de victoire. Ce fin stratège. Il aime le jeu. Ce jeu malsain et un peu destructeur. Un périlleux jeu d’équilibre entre la raison et l’envie. Entre ce qu’il doit faire et ce qu’il veut faire. Il le sait Theo, ce qu’il devrait faire. Il devrait s’excuser, une dernière fois, puis lui dire rentrer. Rentrer auprès de lui, cette autre homme qui l’attend. Un homme qui doit l’aimer certainement. Theo devrait dire stop. Il devrait l’arrêter avant qu’elle ne se fasse du mal une fois de plus. Avant qu’elle ne franchisse cette limite, qu’elle ne commette cette faute pour laquelle il l’a blâmé autrefois. Faute, pour laquelle il en est presque venu à la haïr le temps d’un instant. Presque. Theo connait bien Drew et il sait que la jeune femme n’est que contradictions, questions, et remords. Quelques fois elle est dans la lumière, et d’autres fois dans l’ombre. Un peu comme lui. Il n’a pas envie de l’amener à se détruire à petit feu. Il n’a tout simplement pas envie de faire un pas en arrière. De mettre à nouveau un pied dans cet enfer qui a été le sien pendant ces longs derniers mois. Mais Theo, il n’écoute pas toujours ce que lui dicte sa raison. En réalité, il ne s’écoute jamais. Encore moins ce soir. Il a envie de jouer. Jouer puis finalement se laisser aller sans réellement réfléchir. Peut-être aurait-il fallu qu’un d’eux soit raisonnable un minimum ? Qu’un d’eux dise stop avant de ne plus pouvoir revenir en arrière ? Qu’un d’eux les sauve, se sauve, avant de plonger tête baissée, les yeux fermés, dans une situation sans issue ? Mais ce soir, toute raison semble les avoir quittées. Pas même Drew, ne semble vouloir ouvrir les yeux. Elle ne le repousse pas, loin de là. Elle passe ses jambes autour de sa taille. Il la sent Theo, cette hésitation. Il connait si bien Drew et pourtant il a l’impression de la découvrir de nouveau. Il le retient, son sourire. Parce qu’au fond, là, il est content de la retrouver. Loin des autres. Loin des disputes. Des complications. Des regards. Ou encore de Lexie. Rien qu’elle et lui. Comme avant. Le bon sans le mauvais. Mais en même temps, il l’observe beaucoup. Il appréhende ses réactions. Ses moindres mimiques. Le moindre froncement de sourcil. Car Theo réalise qu’il s’en est passé du temps et que certainement beaucoup de choses ont changé.

Drew semble s’être prise au jeu. Ou peut-être n’est-elle pas en train de jouer ? Theo ne sait pas. Il ne sait même plus s’il a toujours les cartes en main. Ou s’il en a encore envie, de jouer. Ses doigts caresses sont visage. Il ne dit rien. Il la regarde et la laisse faire. Drew, elle a l’air paisible. Elle est jolie avec ses grands yeux et son visage d’enfant. Theo il ne veut pas mettre fin à cet instant de calme. Un moment suspendu. Il en vient même à se demander si tout ceci est réel. Tout ceci, ça n’est pas eux. Theo et Drew, c’est surtout des disputes, des insultes, de vieilles rancœurs, de la douleur, cette gifle… Finalement, Theo la regarde et attend. Une fois de plus, il lit en elle. Il assiste à cette querelle entre cette Drew, l’ancienne. La Drew, effrontée, insouciante qui aimerait bien fermer les yeux une fois de plus et sauter sans regarder en bas. Mais face à elle, il y a cette autre Drew. La londonienne. Cet être de raison. Celle qui pose les limites. Et finalement, c’est cette dernière qui l’emporte. Theo en est presque déçu. Il aurait aimé se laisser aller, encore un peu plus, sur son petit nuage. Elle détourne les yeux. Pour fuir peut-être ? Une fois de plus. « T'es venu avec des potes? » Theo tourne à son tour la tête vers la plage. Il ne regarde rien en particulier. Il fixe un point invisible, toujours dans sa bulle. Il ne l’écoute pas vraiment ; il est distrait. Il est dans ses pensées. Il s’en rend compte petit à petit, mais surtout avec difficulté, qu’avec Drew ça n’est jamais pareil. Pas comme les autres. Tout est différent. Le regard qu’il lui porte est différent. IL est différent. Finalement, il se tourne à nouveau vers elle. « Hmm. Je suis venue avec quelques autres amis mais je pense qu’à cet instant ils doivent être occupés par … par d’autres choses. » Theo lui adresse un sourire évasif, mais sourire qui laisse tout de même imaginer ce à quoi ses amis doivent occuper leur temps à cet instant. Lui aussi il aurait certainement fini la soirée éméchée. Il aurait certainement entamé une conversation inintéressante avec une jolie fille. Et il se serait certainement réveiller le lendemain à ses côtés. Il aurait fait tout ça s’il n’avait pas croisé Drew. Drew qui à cet instant joue avec les cheveux du jeune homme. Une fois de plus, Theo sourit. « Tu sais, je ne passe pas tout mon temps avec Killian et Lex » Du moins presque pas. C’est vrai qu’il est souvent avec ses deux amis. Ils aiment bien ça fonctionner à trois même si dernièrement, l’ambiance n’est plus la même. Un peu oppressante. Un peu pesante. Il sait pourquoi Theo, mais pour le moment, il préfère le garder son secret. Finalement, il se détache de la jeune femme. Il lâche un « viens » avant de lui prendre la main pour se diriger vers la plage. Sa main dans la sienne, tout simplement. Il ne s’en rend pas compte sur le moment, mais il finit par tourner la tête pour le voir. Ce contact, ce lien. Puis son regard trouve celui de Drew un court instant. Comme avant. Theo ne peut s’empêcher de frissonner quand la brise fraîche souffle sur sa peau mouillée. Hors de l’eau, il a l’impression de retomber un peu de son nuage. Leurs affaires sont toujours là, sur le sable. Il ramasse la boule de fringue de Drew et la lui tend. C’est à ce moment là, qu’il prend vraiment le temps de la regarder, depuis le début de la soirée. Drew, elle doit certainement le remarquer. Ce regard qui dévie qui sculpte ses courbes, qui s’attarde un peu trop sur son corps. Il lève finalement les yeux. Un regard intense. Presque celui du prédateur devant sa proie. Et pourtant, Theo n’a pas envie de ça. Il n’a pas envie de se lancer dans cette routine éternelle qui est la sienne. Quelques bouteilles. Des mots interdits soufflés à l’oreille d’une jolie fille. Une nuit passée aux côté d’une énième inconnue… Non, il ne veut pas de ça ce soir.
Theo a fini par enfiler ses vêtements, malgré sa chemise qui lui collait un peu à la peau du fait de l’humidité.  Il s’approche de Drew alors qu’elle finit d’enfiler son haut. « Rassure-moi, tu ne t’en vas pas maintenant. » Il la regarde un court instant mais ne lui laisse pas le temps de répondre. « Et puis tu ne vas pas rentrer comme ça, avec tes cheveux mouillés et tes vêtements humides. On peut passez chez moi le temps que tu te sèches et aussi le temps de boire quelques bières… Tu viens ? » Une fois de plus il lui tend sa main. A quoi tu joues, Theo ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 13/04/2015 Mon avatar est signé : merenwen (avatar) ; candywanepoels (gif) et j'ai posté un total de : 470 Sinon, on m'appelle : m.

Age : 28
flowers

Feuille de personnage
Répertoire:
Dans ma bulle:
Veux tu que le destin intervienne dans tes liens ?:



MessageSujet: Re: if I ain't got you (DREW & THEO)   Mar 2 Juin - 14:15

if i ain't got you

Don't look back in anger.

Drew sourit un peu quand Theo lui parle de ses potes, jouant dans leurs charmes auprès de ces dames. Ils se pavanent, sortent le grand jeu pour que plus tard, l'élue le raccompagne. La plus jolie. La plus naïve. Et toi, Theo, te serais-tu levé pour te mêler à la foule si Drew n'était pas arrivée? Et toi, Theo, avais-tu l'intention de susurrer des mots doux à l'oreille d'une proie facile? Et Drew sourit un peu plus. Killian et Lex ne sont pas là, elle l'aura pour elle seule ce soir. Elle ne devrait pas, pourtant elle en est satisfaite. Ca doit se lire, sur son sourire qui s'élargit toujours un peu plus quand elle le lui lâche un bonne nouvelle enjoué. Il se détache, lui prend la main, la ramène vers la plage. Drew se laisse faire, elle attend de voir jusqu'où elle ira, à se laisser guider de la sorte. Sortant de l'eau, elle frisonne et resserre ses bras sur elle. Elle s'apprête à s'abaisser pour ramasser ses vêtements, mais Theo la devance. Et il les lui tend. Elle sent son regard, glissant sur son corps. Drew n'esquisse aucun geste pour cacher sa nudité. Elle le laisse la contempler. Et lorsque leurs regards se croisent, Drew perd un peu pied. Elle s'y perd. Y a que quand elle prend ses vêtements qu'elle revient peu à la réalité. Les pieds sur terre. Elle s'habille prestement. Il faut qu'elle parte, absolument. « Rassure-moi, tu ne t’en vas pas maintenant. Et puis tu ne vas pas rentrer comme ça, avec tes cheveux mouillés et tes vêtements humides. On peut passez chez moi le temps que tu te sèches et aussi le temps de boire quelques bières… Tu viens ? » Non. Non, Theo. Je veux pas. On peut pas. Laisse-moi. Mais, et pourquoi pas, hein? Une bière, juste une. Ca n'engage à rien. Drew fait mine de réfléchir. Pourtant sa décision est déjà prise. Depuis longtemps. « Tu peux le dire directement que t'as besoin de quelqu'un pour te raccompagner.» Elle ramasse sa veste. « Qu'est-ce que tu ferais sans moi? » Mais Drew, elle préfère pas savoir.

Drew, à peine dans l'habitacle, elle allume la radio. Pour meubler les silences, tenir les conversations à distance. Trajet interminable, trop rapide à son goût. Elle coupe le contact et s'extirpe de la voiture. Elle s'appuie contre la portière, s'empare de son portable et pianote sur le clavier. Hi honey, je suis tombée sur une vieille amie. On va boire un verre et puis je rentre. Bonne nuit. Pas de je t'aime ce soir pour ponctuer son message. Ce serait mal venu. D'une hypocrisie extrême. Il en est déjà assez servi, de mensonges. Drew range son portable dans sa poche, non sans une pointe de culpabilité. Elle vient rejoindre Theo devant la porte, les mains dans les poches. « Une bière, et puis je repars. » Elle le souffle, le regard rivé sur ses pieds. Elle aurait aimé que sa voix ait été plus ferme. Plus convaincante. Peut-être qu'alors, elle y aurait cru. Peut-être qu'alors, la directive aurait trôné en maître dans son esprit, bridant la belle dans le moindre de ses faits et gestes. Rester sur le chemin, ne pas s'écarter. Parce qu'une fois déviée, Drew, il sera trop tard. Un pas de travers, et tout s'effondre. Tu ne le veux pas hein, que tout se brise, éclate en morceau, à nouveau? Mais Drew ne sait pas. Drew ne sait plus. Elle veut lui, elle veut l'autre. Elle veut en finir, elle veut y goûter, encore une fois. Theo ouvre la porte, elle entre la première. Elle gravit les escaliers, ses doigts courant sur la rampe. Et les souvenirs rejaillissent, à chaque marche. Elle entend leurs rires. Leurs cris. Leurs souffles saccadés quand pour leurs corps collés l'un à l'autre, avides, monter devient difficile. Elle se rapproche du passé à chaque pas. Et Drew, elle se demande si elle saura le supporter, le poids des souvenirs sur ses épaules. Si elle pourra les balayer, les taire de son esprit pour en construire de nouveaux, avec un autre. Si elle pourra le regarder dans les yeux, sans voir le reflet de celle qui l'a aimé autrefois. Son reflet, elle.

« Je vais dans la salle de bain. » Et Drew s'y enferme avant même qu'il ait pu répondre. Elle reste un moment ainsi, le dos appuyé contre la porte, le regard dans le vide. Bordel. Qu'est-ce qu'il se passe? Qu'est-ce que tu fous Drew? Mais Drew ne sait pas. Ou peut-être que si, un peu. Mais elle préfère faire semblant. Elle se passe les mains sur le visage. Et commence à retirer ses vêtements. Elle cherche de quoi essuyer son corps humide, ses cheveux trempés. Séchée, elle contemple ses vêtements mouillés. Elle les dépose sur le rebord de la baignoire. Son short, sa blouse, son soutien. Tout y passe, elle ne garde que sa culotte. Elle parcoure la pièce du regard. Elle le trouve, enfin. Un gros pull qu'elle enfile de suite. Avant de sortir, Drew ose jeter un regard dans le miroir. Elle aime pas trop ce qu'il y voit. Cette fille qui clame haut et fort qu'elle a tourné le dos au passé mais qui profite de la première occasion pour s'en revêtir et s'y blottir. Cette fille qui s'était promis que c'était fini, terminé mais qui, comme une camée, craque un peu plus chaque soir. Drew finit par sortir de la salle de bain, laissant sa propre déception dans le noir, coincée dans le miroir. Elle s'approche de Theo qui dans la cuisine, s'affaire à décapsuler les bières. « Je t'ai emprunté un pull, j'espère que ça te dérange pas. »  Elle cache son sourire derrière cette manche trop grande pour elle. On dirait presque une enfant, fière de sa bêtise.  Elle s'assoit sur le plan de travail. Elle prend la bière que lui tend Theo et clame d'une voix solennelle. « Aux bains de minuit de Savannah. » Et elle entrechoque sa bouteille à celle de Theo, avant de la porter à ses lèvres. Elle le regarde quelques secondes avant d'examiner l'appartement du regard. Rien n'a changé. Le même canap'. Les mêmes DVD rangés sur l'étagère. Le même bordel. Le bordel de Theo, le bordel de sa vie. Elle y avait trouvé sa place, Drew. Une place qu'elle affectionnait autant qu'elle la détestait. Elle avait fini par faire partie de ce tableau, trouver ses repères dans le chez soi d'un autre. Une place qu'elle a finalement laissée vacante. Une place qu'une autre lui a prise. Doit-elle lui en vouloir? Non. Theo ne lui appartient pas, il n'en a jamais été ainsi. Pourtant, elle ne peut empêcher cette pointe de jalousie la submerger. L'inspection terminée, Drew le regarde à nouveau. Y a ce silence. Y a ce regard. Drew se l'imagine-t-elle, cette tension qui les retient? Doucement, Drew tend son bras vers lui et attrape un bout de sa chemise. Les voix crient dans sa tête mais à mesure qu'il se rapproche, elle se taisent. Y a plus que le son de son coeur tambourinant contre sa poitrine qu'elle parvient à entendre. Theo avance, lentement, comme pour faire durer le plaisir. Et lorsqu'il est là, en face d'elle, Drew les dépose enfin. Ses lèvres sur les siennes. Doux, presque timide. Et au fond d'elle, cette vieille sensation se réveille. Elle dévaste tout pour la laisser pantelante de ce bref et si chaste contact. La belle se retire, ouvre grands les yeux et plonge dans son regard. Je sais pas ce qui m'a pris, je suis désolée. semble-t-elle dire. Mais c'est faux. Drew sait très bien ce qu'il lui arrive. Drew n'est pas désolée. D'ailleurs, elle récidive. Avec plus d'ardeur, plus de fougue. Ses lèvres se font plus pressantes, grisée par le premier baiser. Ses doigts serrent un peu plus sa chemise, l'attirent un peu plus vers elle. Elle peut sentir son palpitant battre sous ses doigts. Ou peut-être est-ce le sien. Elle ne saurait dire. Parce que Drew ne songe plus à rien. Pas même les regrets qui demain l'accableront. Drew se laisse juste aller. Enfin.

© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 20/02/2015 Mon avatar est signé : wildworld (ava.) & endlesslove (signa.) et j'ai posté un total de : 1239 Sinon, on m'appelle : QUIET RIOT pour vous servir.

Age : 29
flowers

Feuille de personnage
Répertoire:
Dans ma bulle:
Veux tu que le destin intervienne dans tes liens ?: Oui



MessageSujet: Re: if I ain't got you (DREW & THEO)   Dim 7 Juin - 0:46





IF I AIN'T GOT YOU
with Drew
Drew n’a pas dit non. Elle l’a suivi, tout simplement. Sans hésiter. Peut-être qu’elle ne s’est même pas posée de questions ? Qui sait ? En tout cas Theo en est plus que ravi. Il a simplement souri. Pas ce sourire de vainqueur, le sourire de l’homme qui a fini par ramener sa proie de la soirée chez lui. Non, c’est un sourire de soulagement. Un sourire sincère.
Dans la voiture, c’est silencieux. Ça ne parle pas trop. On n’entend que la musique. Theo est presque soulagé lorsqu’ils arrivent enfin devant chez lui. « Une bière, et puis je repars. » Alors qu’il ouvre la porte Theo la regarde et sourit. Une bière, une seule. De toute façon, qu’y aurait-il pu avoir de plus que cette bière ? A quoi pense-t-elle donc ? Cela amuse Theo. « Une seule et je te libère. Promis » Une promesse. Elle devrait savoir Drew, avec le temps, que Theo ne les tient pas ses promesses. Presque jamais. Ce sont des mots en l’air. Theo n’y pense pas vraiment lorsqu’ils sortent de sa bouche. Si cela peut la faire rester, il n’hésitera pas. Il ne sait pas ce qu’il y aura après cette bière. Pour une fois. Peut-être même pour la première fois, Theo ne se voit pas déjà au lit avec la jeune femme qui le raccompagne chez lui. Il appréhende. Peut-être même un peu trop. Il laisse les choses se faire. Ils montent les escaliers en silence. Ce chemin qui a un moment était presque devenu une routine pour eux. Toutes ces fois où ils riaient un peu trop fort après une soirée trop arrosée. Theo s’en rappelle des conversations qu’ils ont eu, assis sur les marches. De ces longs silences pendant lesquels leurs regards parlaient pour eux. Il se rappelle aussi des fois où il a dévalé ces marches pour s’échapper. S’échapper des cris, des disputes, des remontrances. S’échapper de Drew. Fuir les remords. Parce que oui, il en avait eu Theo, des remords. Et il en a encore. Pour toutes ces fois où elle lui a reproché son indifférence, ses infidélités, son manque d’attention. Ça lui a toujours fait mal à Theo. Et pourtant, comme toujours, il se renferme sur lui-même. Il se renferme pour mieux cacher ses sentiments. Pour mieux se protéger. Ça n’est pas contre Drew mais il est comme cela Theo. Compliqué.

Drew referme la porte de la salle de bain derrière elle. Theo a toujours le regard fixé là où la jeune femme se trouvait quelques instants plus tôt. Comme c’est étrange. Drew qui se trouve à nouveau dans cet appartement, cet endroit qui pendant longtemps fut le leur. Ce même endroit qui les a vus se découvrir petit à petit, qui les a vus s’enivrer l'un de l'autre, s’attacher puis se détacher. Cet endroit qui les a aussi vus se déchirer et se consumer lentement. Jusqu’à la toute fin. C’est étrange, tous ces souvenirs qui remontent tout d’un coup à la surface. Sans prévenir. Ce schéma là va-t-il se répéter encore ? Non. Impossible. Tout a changé maintenant. Tout est différent. Il l’a laissé lui filer entre les doigts et même s’il en avait envie, Theo ne pourrait pas revenir en arrière pour réparer ses erreurs.
Theo se rend derrière son bar pour décapsuler les bières. Au même moment Drew sort de la salle de bain. Il lève la tête. Elle a changé de tenu et porte maintenant son pull à lui. Certainement qu’elle du laissé ses vêtements dans la salle de bain. Theo la regarde un long moment. Une fois de plus, il trouve ce la étrange. Il se trouve à nouveau propulsé en arrière, dans le passé. Il la revoie, Drew au petit matin, qui enfile sa chemise de la veille. Drew vêtue de ses tee-shirts beaucoup trop grand pour elle. Theo sourit. « Ça ne m’a jamais dérangé et ce soir non plus. Tu flottes toujours autant dans mes vêtements. » Il rie. Finalement, ils boivent tous les deux une gorgée de leur bière "aux bains de minuit de Savannah" qu’elle dit. Theo la fixe toujours alors que Drew observe les lieux. Elle les découvre à nouveau. Finalement, son regard retrouve le sien. Sa bière à la main, Theo attend. Il ne sait pas quoi mais il attend. Que quelque chose se passe. Et finalement, elle le voit, ce bras que Drew tend vers lui. Cette main qui attrape un bout de sa chemise. Et Theo ne réfléchit plus vraiment. Il la regarde et avance lentement vers elle, pour finalement déposer ses lèvres sur les siennes. A cet instant, le jeune homme a l’impression que son cœur va sortir de sa poitrine. Toute la tension, qui monte. Encore et encore pour finalement, exploser lorsqu’elle arrive là, tout haut. Un baiser chaste, qui ne leur ressemble pas. Et pourtant, Theo en est déstabilisé. Ça en est presque étrangement douloureux. Drew se retire finalement et le regarde. Et Theo, il s’attend à ce qu’elle se fonde en excuse et qu’elle fuit, une fois de plus. Une bière, rien de plus. C’est ce qu’elle voulait. Et pourtant, elle l’embrasse à nouveau. Avec plus de fougue. Les mains de Theo viennent trouver ses hanches et petit à petit, Theo la retrouve. Cette vieille sensation lorsqu’il se trouve avec Drew, lorsqu’il l’embrasse. Leurs langues se lancent dans un ballet interminable, se cherchant, se trouvant. Theo n’a pas envie de lâcher maintenant qu’il est lancé. Ses mains finissent par glisser sous le pull de la jeune femme. Il sent sa peau, chaude, alors qu’il la pousse délicatement contre le mur. Mais Theo s’arrête net. Il reprend son souffle, toujours debout, contre elle. « Drew… On ne devrait pas. » Sans doute la jeune femme, ne s’est-elle pas attendue à cela. Surtout pas venant de Theo. Il ne la regarde pas. Il a les yeux fermés. Son front contre le sien. Theo ne veut pas la regarder. Car ce soir, pour la première fois, il a pris peur. Peur de ce qui est en train d’arriver mais aussi de ce qui va arriver. Il a l’impression de se retrouver quelques temps en arrière, lorsqu’ils étaient encore ensemble. Le même scénario est-il en train de se répéter ? Theo a peur de récidiver. S’ils franchissent à nouveau se pas, il le sait, qu’il va s’accrocher. Qu’il ne voudra pas la lâcher. Mais Theo a peur de lui-même, du mal qu’il pourrait lui faire à nouveau. Il a peur de la faire fuir une fois de plus. La fois de trop. Finalement, son regard trouve le sien. Drew, elle ne comprend pas. Il le voit. Theo soupire. Il lui caresse délicatement la joue. « Je… ça n’est pas contre toi. Mais tu es avec quelqu’un Drew. Je n’ai pas envie de gâcher ce que tu as. Je n’ai pas envie d’être l’amant d’un soir. Et surtout, je ne veux pas que tu regrettes plus tard. Je ne veux pas être … une énième erreur. » Il lui avoue cela avec douleur Theo. Il a mal de lui dire la vérité. Il aurait pourtant pu se taire. Ils se seraient encore embrassés. Ils auraient certainement fini dans son lit à souiller les draps de leur infidélité. Cela aurait pu être ses projets pour la nuit. Mais, il est révolu, ce temps où Theo jouait plus qu’il ne pensait aux conséquences de ses actes. Ce soir, il n’a pas envie de jouer. Du moins pas avec Drew. Il s’est déjà brûlé une fois en jouant avec le feu. Il ne prendra pas le risque une fois de plus. Il ne la rejette pas. Il la protège tout simplement. Theo lui caresse une dernière fois la joue avant de laisser retomber son bras. « Je tiens à toi, peut-être même un peu trop. » Theo lâche cela avec un petit rire. Il passe la main dans ses cheveux, gêné de cet aveu. Son éternelle fierté qui le surveille toujours. « Je ne veux pas te faire de mal. Pas cette fois-ci. Tu mérités mieux que tout ça. Tu mérites mieux que d’être une simple coucherie d’une nuit. Tu mérites quelqu’un de bien, qui saura t’aimer réellement, comme il faut. » Et même que j’y veillerais qu’il aurait aimé rajouté. Mais Theo se retint. Il se penche légèrement et lui dépose délicatement un baiser sur ses lèvres. Tout simplement.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 13/04/2015 Mon avatar est signé : merenwen (avatar) ; candywanepoels (gif) et j'ai posté un total de : 470 Sinon, on m'appelle : m.

Age : 28
flowers

Feuille de personnage
Répertoire:
Dans ma bulle:
Veux tu que le destin intervienne dans tes liens ?:



MessageSujet: Re: if I ain't got you (DREW & THEO)   Mer 17 Juin - 23:01

if i ain't got you

Don't look back in anger.

Il est si facile de lâcher prise. D'oublier, d'abandonner. De commettre l'irréparable sur un coup de tête. Sous cette impulsion incontrôlable. Dans le fond, une part d'elle doit savoir que c'est mal. Qu'elle ne peut faire ça, par respect pour Noam. Qu'elle ne peut s'abaisser à de telles bassesses. L'infidélité? Vraiment Drew? Te rappelles-tu ce qu'elle t'a coûté la première fois? Mais Drew, grisée par ses baisers, elle ne réfléchit plus. La raison l'a abandonnée, certainement depuis ce moment où la main tendue, il lui a demandé de l'accompagner dans la mer. Il passe ses mains sous son pull. Au simple contact de sa peau sur la sienne, Drew s'enflamme. Ses poils s'hérissent. Elle en veut plus. Son corps réclame le sien. Ses jambes s'enroulent autour de sa taille. Rapproche-toi, viens. Mais Theo s'éloigne. « Drew… On ne devrait pas. » Chute vertigineuse, choc brutal. Elle s'y attendait pas. Elle pensait y être bien accrochée à son petit nuage, pourtant. Elle ne pensait pas qu'il la lâcherait de la sorte. Elle ne pensait pas qu'il se révélerait être le plus raisonnable des deux. Ce n'est pas son rôle. Ce n'est pas lui. Theo aurait foncé tête baissée. Theo se serait abandonné aux passions. L'aurait prise, ici. Ou l'aurait portée jusque dans sa chambre, sans réfléchir. Jamais Theo n'aurait refusé de telles avances. Jamais. Elle a encore le coeur qui bat à la chamade mais la tension se mue peu à peu en frustration. Et lorsqu'il dépose sa main sur la joue de la belle, elle ne peut s'empêcher de détourner le regard. Elle serre les dents, tente de ravaler cette boule qui s'est logée dans sa gorge.  Je ne veux pas être … une énième erreur. Drew le regarde enfin. « Tu n'es pas une erreur, tu ne l'as jamais été. » Qu'elle lâche spontanément. Jamais, elle regrettera Theo. Jamais. Drew, déjà décontenancée par tant de sincérité, n'est pourtant pas au bout de sa surprise qu'elle ne cache d'ailleurs plus. « Je tiens à toi, peut-être même un peu trop. » Il rit, gêné. Drew, le coin de ses lèvres s'étire légèrement. Elle baisse les yeux, contemple ses pieds quelques instants. Son coeur est en joie, son âme en peine. Pourquoi doivent-ils se dire cela maintenant? Avec un temps de retard. Ces mots, elle a tant rêvé les entendre autrefois. Elle ne désirait qu'une seule chose : que Theo baisse les armes, laisse tomber les masques et se dévoile à elle. Et alors qu'elle pensait qu'il en avait fini, il porte le coup final. « Je ne veux pas te faire de mal. Pas cette fois-ci. Tu mérités mieux que tout ça. Tu mérites mieux que d’être une simple coucherie d’une nuit. Tu mérites quelqu’un de bien, qui saura t’aimer réellement, comme il faut. »

Il ponctue cet aveu d'un autre baiser. Si doux, si léger. Que ça lui fend un peu le coeur, à Drew. Elle aurait préféré quelque chose de plus sauvage. Quelque chose de plus fougueux. Quelque chose qui ne laisse pas le goût amer de la fin sur ses lèvres. Drew baisse les yeux. Ses mains retiennent toute son attention. Les idées se poussent, se bousculent dans son esprit. C'est un beau bordel dans sa tête. Un corps à corps entre la raison et l'envie. Un combat acharné entre l'avenir et le passé. Drew ne sait pas quoi dire. Les mots dansent, l'encerclent dans une ronde infinie, la piègent, la perdent. Mériter mieux pour ne pas souffrir. La belle tend son bras, joue distraitement avec le pan de sa chemise. Elle a bien Noam. Le gentil Noam. L'attentionné Noam. Il frôle l'image du parfait petit ami, celui dont toutes les filles rêvent, adolescentes. Une sorte de prince charmant des temps modernes. Drew sourit à cette pensée. Et elle? Elle prétend être la princesse mais son coeur entaché ne sait plus aimer. Ou peut-être pas faire semblant.

« J'aurais voulu que ce soit toi. » Ils sortent, sans crier gare. Elle garde les yeux braqués sur ses doigts, découvrant la moindre parcelle de tissu du vêtement. Si elle doit se mettre à nu, elle préfère le faire en évitant son regard. « Je regrette pas ce qu'on a eu, ni ce qu'on a vécu malgré les hauts et les bas. » Malgré les crises de jalousie qui ne trouvaient d'écho que dans l'éclat de la vaisselle contre le mur. Malgré ces colères hargneuses qui leur ont fait dire tant de choses blessantes qu'ils ont peut-être regretté après coup. Malgré les silences froids, les regards lourds de reproches. Malgré les menaces sans fond de tout quitter, de partir. Malgré tout cela, Drew ne reviendrait pas en arrière. Parce que derrière toute cette haine, il y avait cette chose. Cette évidence qu'ils ont préféré cacher sous des paroles acerbes. Qu'ils ont préféré taire pour mieux exprimer à travers la colère. « Mais parfois, je peux pas m'empêcher de penser à ce qu'on aurait été, si ça avait été différent. » Les images dansent devant ses yeux. Elles débordent de tendresse, d'amour vrai, d'une telle sincérité que son coeur se serre. C'est si loin de ce qu'ils ont eu. Si loin de ce qu'ils sont réellement. Une pure chimère. Et pourtant. Pourtant, ces images sont devenues son quotidien aujourd'hui. Sauf que les traits de Theo se sont métamorphosés pour prendre ceux d'un Londonien au coeur tendre. « Si on avait arrêté de se battre et de se faire du mal. Si on avait vécu notre histoire comme tous les autres. Normalement. Si à la place de toutes ces disputes, ces paroles blessantes, on se l'était dit plus souvent. » Elle lâche enfin sa chemise et relève lentement la tête pour trouver son regard. Elle a les sourcils légèrement froncés, un faible sourire sur les lèvres. Elle est un peu désarmée, Drew. A mettre pour la première fois des mots sur ce qu'elle ressentait réellement. « Je t'aime. » Elle le murmure, sur le ton de la confidence. Je t'aime, un secret trop longtemps gardé pour elle. Elle se mord la lèvre. Regretterait-elle déjà d'avoir proférer ces trois mots puissants. Elle appréhende sa réponse. D'ailleurs, elle ne préfère rien savoir. Alors, elle dépose ses doigts sur ses lèvres pour mieux les sceller. Chut, Theo. Elle ne veut pas l'entendre dire ce qu'elle a toujours refusé de comprendre. Qu'il est incapable d'aimer, du moins comme elle le voudrait. Qu'il ne peut être celui dont elle rêve chaque nuit. Elle ne veut pas l'entendre rire, lui dire qu'elle n'était qu'une pauvre conne à se rattacher à cet infime et bien maigre espoir de le changer. Pourtant, elle le savait Drew, en tombant la première fois dans ses draps. Elle le savait Drew qu'ils ne vivraient pas de conte de fée, qu'il n'y aurait pas de happy end à leur histoire. Drew ne veut pas l'entendre lui dire, encore une fois, qu'elle ferait mieux de se tourner vers cette personne, celle qui l'aime pour de vrai mais à qui elle le rend mal, cet amour. « On va faire comme si rien ne s'était passé d'accord? On oublie. » Oublier, Drew? T'es partie pour l'oublier. Et en un an, t'as même pas été foutue de trouver un remède. Comment veux-tu oublier ce qu'il vient de se passer, ce qu'il vient de te dire? Je tiens à toi, peut-être même un peu trop. L'étau se resserre autour de son pauvre coeur. On fera semblant, comme d'habitude. Mais est-ce que ça suffira cette fois? Elle prend sa bière et saute de son perchoir. Elle fait quelques pas, met de la distance entre lui et elle, inspire profondément. Elle a les mains qui tremblent, les yeux un peu humides. Elle boit une gorgée, se passe la main dans les cheveux. Et se retourne, un sourire forcé plaqué sur le visage. « T'as pas un truc à manger? Je meurs de faim. » Pourtant, elle a l'estomac noué, elle ne saurait rien avaler.


© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 20/02/2015 Mon avatar est signé : wildworld (ava.) & endlesslove (signa.) et j'ai posté un total de : 1239 Sinon, on m'appelle : QUIET RIOT pour vous servir.

Age : 29
flowers

Feuille de personnage
Répertoire:
Dans ma bulle:
Veux tu que le destin intervienne dans tes liens ?: Oui



MessageSujet: Re: if I ain't got you (DREW & THEO)   Lun 6 Juil - 3:24





IF I AIN'T GOT YOU
with Drew
« Tu n'es pas une erreur, tu ne l'as jamais été. » Theo ne la lâche pas du regard. Il veut le voir. Il l’espère. Qu’elle dit la vérité. Que ça n’est pas simplement un mensonge. Un mensonge parce qu’il lui ferait pitié. Mais il a du mal à se convaincre lui-même que ça n’est pas vrai. Qu’il n’a pas été une erreur. Il lui a fait plus de mal que de bien. Il en est certain, avec le recul. Il en est certain depuis qu'il l’a revue. Lorsqu’il la regarde à cet instant, ce qu’il voit, c'est une fille différente, d’apparence forte, mais un peu bousillée de l’intérieur. Ce soir, Theo est d’humeur à se confier. C’est étrange. Ça n’est pas lui, ça n’est pas dans ses habitudes. Mais peut-être qu’il n’aura pas d’autre occasion de le faire, de se racheter. De lui faire comprendre qu’elle n’était pas juste une fille de passage comme il lui a fait croire à plusieurs reprises, sous l’effet de la colère. Peut-être qu’après ce soir, il ne la reverra plus. Car elle lui a bien dit lorsqu’ils se sont revus. Comme une mise en garde « je ne reste pas ». Elle fuit Savannah. Elle fuit ses erreurs, dont lui. Et au fond, elle n’a pas tort. Drew, c’est cette fille qui a eu une vie de famille un peu compliquée. Celle qui a toujours appris à dire oui sans rechigner. Une fille qui donne, qui se donne plus qu’il ne faut. Et pourtant, elle en a besoin aussi d’attention. Theo ne l’a pas toujours compris. Mais aujourd’hui, il y voit un peu plus clair. Et il se demande si ce londonien, cet homme qu’elle fréquente, lui en donne, de l'attention. Theo l’écoute, en silence. Son regard dévie. Sur son cou. Ses lèvres. Theo se retient. Il aimerait une fois de plus, sentir son corps nu contre le sien. Mais non, il ne va pas se laisser aller ce soir à ses désirs. Les choses sont déjà tellement compliquées… « J'aurais voulu que ce soit toi. » Drew fuit son regard. Theo est surpris, non pas par cette révélation, mais par le fait de l’entendre se confier à lui. Ça n’est pas eux. Ça n’est pas du Theo/Drew. C’en est même très loin. Entre eux, ça a toujours été très passionnel, très tactile. Ça a toujours plus été des regards, des gestes, que des mots. C’est toujours comme ça avec Theo. Les mots sont comme des pistolets chargés. On ne sait jamais quand et où le coup sera porté. Theo préfère les éviter. Ça a toujours été comme cela et ça l’est encore aujourd’hui. Mais pourquoi se décide-t-il à parler maintenant ? Après tout ce temps ? Peut-être parce qu’il a cette étrange impression que c’est la fin. La fin de quoi ? Il ne sait pas. Peut-être est-ce de cette façon là qu’ils auraient dû se quitter la première fois ? Drew ne regrette pas, qu’elle lui avoue, prenant soin d’éviter son regard. Theo ne le montre pas mais au fond, ça se réjouit. Ça a quelque chose de réconfortant de l’entendre dire ça. Des si, encore et encore. Des utopies pour Theo. En auraient-ils été capables, d’arrêter de se faire du mal ? De vivre leur histoire comme les autres ? Finalement, Drew relève enfin la tête pour trouver son regard. Et Theo ne s’attend pas à ces mots là. Ces trois mots. Des mots puissants, qui font peur. Ils sont aussi dangereux parfois. Il la regarde. Devenu maître dans l’art de cacher ses émotions, Theo n’arrive cependant pas à cacher sa surprise cette fois-ci. Drew, qu’est-ce que tu me fais ? qu’il se dit. Pourquoi là, maintenant ? Et surtout pourquoi ça ? Cet aveu. « Drew… » qu’il a simplement le temps de dire avant qu’elle ne dépose ses doigts sur ses lèvres. Dans le regard du jeune homme, c’est l’incompréhension. L’incompréhension mais aussi une pointe de douleur. Il a mal Theo, mal de devoir lui avouer. Lui avouer qu’il ne peut pas lui dire ce qu’elle espère entendre. Qu’il l’aime aussi. Car il n'a pas envie de lui mentir. Et il se demande, ce qu’il a fait pour mériter ça. Qu’elle l’aime. Il se demande aussi si elle l’aime, l’autre. Elle rompt le contact. Elle s’éloigne de lui, sa bière à la main. Ne me fuis pas une fois de plus. « Drew… » qu’il dit une fois de plus. Ces quelques minutes qui viennent de passer l’ont quelque peu déstabilisé. Theo la suit du regard sans vraiment comprendre. Elle feint un sourire. Theo soupire. Drew, qu’est-ce que tu me fais ? Il s’approche lentement d’elle et réduit la distance qu’elle venait de mettre entre eux. Sans la quitter du regard, il lui prend sa bouteille des mains et la pose sur le plan de travail. « Arrête. S’il te plait. » Il lui prend délicatement les mains. Elle a les yeux un peu humides. Au fond Theo, il a des choses à lui dire, des choses qu’il voudrait lui faire comprendre. Mais il n’est pas doué pour ça. Theo, c’est un handicapé des sentiments. Avec les autres, c’est simple. Mais avec Drew, c’est plus compliqué. C’est plus douloureux. Ça fait plus mal. C’est différent. Pourquoi ? « Faire comme si de rien était ? Je ne sais pas toi mais moi j’en suis pas capable… Tu me lâches une bombe et tu me demandes d’oublier la seconde d’après ? » Une bombe oui. Elle l’a pris de court. Sans prévenir. Theo ne la lâche toujours pas du regard. Elle est tout près. Il sent son souffle. Au fond, ça se sert de plus en plus. C’est étroit. Son cœur bat vite. Trop vite. Theo a l’impression qu’il va exploser d’une minute à l’autre. « Je ne sais pas ce que tu me fais mais ça n’est pas normal. J’ai tellement envie de toi que j’ai l’impression que si je te laisse filer, je vais en mourir… Et puis merde. » Theo n’attend pas plus longtemps et s’empare une fois de plus de ses lèvres. Cette fois-ci encore, ça a un goût différent. C’est à la fois doux et amer. Un baiser après les aveux. La délivrance. La bouffée d’air frais. Il ne la lâche pas. Ses lèvres se font plus pressantes et il la pousse délicatement contre le mur. Theo va céder. Drew le fait toujours céder. A bout de souffle, il se retire. Les yeux toujours fermés, il lui demande, le front contre le sien. « Et lui, tu l’aimes ? » Oui, Theo se demande s’il est le seul à avoir ce privilège. S’il est le seul à qui elle a dit ces trois mots. S’il est le seul qu’elle aime. Il s’empare à nouveau ses lèvres, ses mains glissant sous le pull de la jeune femme. Et cette fois-ci, il ne s’arrête pas. Ses lèvres toujours contre les siennes, leurs langues se mêlent et s’entremêlent, avec une ardeur évidente. Theo rompt finalement leur baiser. Il plonge dans son regard un court instant avant que ses mains ne descendent et qu’ils saisissent le bas de son pull. Il le retire délicatement et la découvre dans la même tenue qu’à la plage, vêtue de rien d’autre que sa culotte. De son regard, il retrace ses formes, suit ses courbes. A cet instant, il a désespérément envie d’elle. Il retrouve son regard, qui reste rivé sur le sien. Il pourrait rester comme ça Theo, pendant des heures. A la regarder, en silence. Son regard en dit beaucoup plus que ses mots. Il lui soulève délicatement le menton et lui dépose un doux baiser. Leurs lèvres restent scellées un long moment. Theo n’a pas envie de lâcher. Il a l’impression de se retrouver quelques temps en arrière, lorsqu’ils rentraient de leurs soirées de beuverie et qu’ils n’avaient envie que d’une seule chose, se posséder l’un et l’autre. Sauf que cette fois-ci, ils ont bien toute leur tête et les choses sont très différentes. Comme avant, il arrive facilement à la soulever alors qu’elle passe ses jambes autour de sa taille. Sans rien ajouter, il la porte jusqu’à sa chambre. Theo ne réfléchit plus vraiment. Il a finalement abandonné la raison pour suivre ses désirs. Peut-être qu’il regrettera le lendemain. Mais une chose est certaine, quelque chose a changé. Ou peut-être qu’il s’en rend compte seulement maintenant. Cette fille lui fait quelque chose. Quelque chose qu’il ne saurait expliquer et qui surtout lui fait peur.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 13/04/2015 Mon avatar est signé : merenwen (avatar) ; candywanepoels (gif) et j'ai posté un total de : 470 Sinon, on m'appelle : m.

Age : 28
flowers

Feuille de personnage
Répertoire:
Dans ma bulle:
Veux tu que le destin intervienne dans tes liens ?:



MessageSujet: Re: if I ain't got you (DREW & THEO)   Ven 10 Juil - 20:54

if i ain't got you

Don't look back in anger.

Que sont devenus les Drew et Theo d'autrefois? Ceux qui préfèrent crier. Ceux qui préfèrent l'affrontement au corps à corps aux discussions sérieuses et sensées. Ceux qui brisent les verres comme pour amplifier exagérément leur colère. Ceux qui se toisent, la poitrine soulevée par leur respiration saccadée, le regard déformé par une haine à en faire blêmir plus d'un. Ceux qui bravent la distance de quelques enjambées pour se jeter dans les bras de l'autre, leur bouche s'emparant l'une de l'autre avec cette même force qui rythmait leurs cris et dispute il y a quelques minutes. Eux, sont les Drew et Theo qu'ils ont toujours connu, côtoyé, apprivoisé. De grands enfants qui évitent ces mots trop matures derrière des rires enjoués. Qui taisent les incertitudes et les remords d'un shot de tequila. Des passionnés invétérés qui en oublient les reproches au gré des caresses et des gémissements. Où sont-ils donc passés, ces deux fous-là? La distance imposée par la belle les a-t-elle aidé à changer? Vraiment, comme elle le souhaitait? Parce qu'aujourd'hui. Parce que ce soir, ils utilisent les mots. Ces mots qu'ils s'étaient pourtant interdits. Des mots qui ne leur ressemblent pas. Des mots sincères. Enfin. Pourquoi? Drew se le demande bien, quand elle le regarde s'avancer. Pourquoi ces aveux? Cet élan de tendresse, de sincérité qui manquait tant à leur relation autrefois? Les langues se délient, les coeurs décident de parler.  La fin est proche, ils doivent le sentir, ce spectre qui plane au-dessus de leur tête. Cette épée d'Hamoclès qui tôt ou tard s'abattra sur les ruines de leur histoire. Peut-être ressentent-ils le besoin d'y mettre un terme, le coeur léger. De se quitter autrement que les deux autres l'auraient fait. Se quitter dignement. Comme des grands.

Trois mots, une bombe, qui ont le pouvoir de braquer les moins enclins à les partager, les prononcer en retour. Qui peuvent réjouir, autant qu'ils peuvent détruire. Qui peuvent les faire fuir, ces hommes apeurés devant les moindres sentiments. Et parmi ces hommes, Theo. Dieu sait qu'elle aurait aimé le lui dire. Lui crier pour le faire rester, le visage baigné de larmes. Mais ces trois mots insignifiants l'auraient, au contraire, éloigné. Parce que Theo, face aux sentiments, ceux d'autrui, mais surtout les siens, il prend peur. Alors Drew les a enfouis si profond en elle qu'elle a fini par les oublier, ces trois mots. Jamais, ils ne pourront refaire surface. Jusqu'à aujourd'hui. L'appel désespéré. Et Theo, contre toute attente, s'avance. Il lui prend délicatement les mains. Theo ne fuit pas. Theo l'affronte. Oublier, il en est incapable. Oublier, elle en est incapable. « Comme si tu ne savais pas ce que je ressentais pour toi. J'avais pas besoin de te le dire pour que tu le saches. » Parce que si elle ne lui a jamais dit, son regard le lui disait pour elle. Parce que Drew, malgré tout, finissait par accepter les écarts de Theo. Par amour, elle fermait les yeux sur ses erreurs, se rassurant que c'était la dernière. Il n'y a que par amour qu'un tel comportement déraisonné est possible. J’ai tellement envie de toi . Drew, elle n'entend pas la suite. Il l'a perdue à ces quelques mots. Et contre toute attente, alors que Theo s'était révélé être le plus raisonnable des deux, il l'embrasse. Baiser pressant, désespéré. Drew le lui rend, un peu plus passionné, tout aussi désespéré. Les Theo et Drew d'autrefois sortent lentement de leur cachette. Il y a eu l'espoir d'une conversation posée, d'un échange adulte et responsable où ils n'auraient pas cédé. Ils ne se seraient permis qu'une étreinte. Et puis Drew serait partie, refermant définitivement la porte sur Theo, cette histoire. Peut-être n'est-elle pas finie. Peut-être sont-ils toujours les mêmes.

« Et lui, tu l’aimes ? » Le front contre le sien, la belle ferme les paupières avec force. Oui, non, peut-être, un peu. Elle le lui dit bien, pourtant. Au petit matin quand les yeux encore fatigués, elle lui vole un baiser. Dans la salle de bain, quand partant comme une voleuse, elle ressent le besoin de se faire pardonner son absence. Quand leurs épaules secouées d'un fou rire, elle le glisse entre deux éclats. Quand lovée contre lui, écoutant la douce musique apaisante de son palpitant, elle se le murmure pour s'illusionner de son propre mensonge. Les je t'aime sortent facilement, à tout bout de champs. Si souvent, qu'ils en perdent leur sens. Ces mots puissants, ces mots fragiles. Les je t'aime deviennent banalité, une chanson si répétée qu'elle en perd la profondeur des mots. Ces mots qui, à l'instant, ont tordu son estomac de peur, d'appréhension. Qui se sont amusés avec son pauvre coeur. Qui lui ont écorché les lèvres de les avoir ainsi proférés. Un je t'aime qui, par la force de son regard vibrant, n'aura pas besoin d'écho pour s'immiscer en lui. Un je t'aime, qui fait mal parce que trop sincère. Un je t'aime que ne peuvent égaler ceux avoués aveuglément à cet homme pour qui ils ne sont destinés. Non, elle ne l'aime pas. Elle n'aimera jamais un autre à en souffrir comme elle l'aime lui. Jamais. « Qu'est-ce que ça change? » Finit-elle par murmurer, le coeur aux bords des lèvres. La belle fuit, la belle évite la question comme on évite la peste. Parce qu'elle ne veut pas reconnaître. S'avouer ce qu'elle a toujours su au plus profond d'elle-même. Elle n'aime pas Noam. Pas comme elle aime cet homme en face d'elle. Elle ouvre lentement les yeux, se perd un peu plus dans son regard. Elle y lit cette réponse qu'elle s'obstine à réfuter : de ces deux hommes qui ont pris place dans sa vie, elle pourrait quitter l'un, pour se damner avec l'autre.  

Alors Drew se tait et quand il l'embrasse, ses mains se calent derrière sa nuque. Ses doigts se perdent dans sa chevelure. Elle s'y accroche désespérément, comme le naufragé à sa bouée. Elle presse ses lèvres contre les siennes. Theo. Lentement, il la dévêt de son pull. Le coeur battant, elle l'observe toucher son corps du regard. Drew, elle frissonne quand sous ses yeux, le désir déforme peu à peu les traits du jeune homme. Et quand enfin, son regard retrouve le sien, s'éveillent en elle les passions d'autrefois. Chaque parcelle de son corps ne demande que lui. Theo. Relevant son menton, il s'empare à nouveau de ses lèvres. Contact délicat, doux. Comment a-t-elle pu s'en passer? Ses mains descendent jusqu'à se poser sur ses cuisses. Instinctivement, la belle les enroule autour de sa taille. Et il la porte vers sa chambre, antre de leurs anciens ébats. Drew, elle sourit ses lèvres contre les siennes. Elle lui mordille la lèvre inférieure, avant de laisser sa bouche redessiner l'arête de sa mâchoire. Les baisers se perdent , se comptent par millier mais jamais, jamais il n'y en aura assez. Elle pourrait couvrir son corps de ces contacts inestimés, elle n'en serait pour autant jamais assouvie. Alors elle continue sa course, retrace le même chemin, saute quelques étapes, redécouvre son menton, ses joues, son cou, sa bouche. Comme si chaque fois était la première. Il la dépose délicatement sur le lit. Elle recule, il avance, la surplombe et la domine. Drew s'affaire à déboutonner sa chemise. Ses mains plaquées sur son torse, la chaleur irradie son être. Un sourire étire ses lèvres lorsque son regard croise le sien. Il est beau Theo. Il est beau son Theo. Elle voudrait lui dire : je te veux , rien que toi. Pour toujours, et à jamais. Je veux sentir ta peau contre la mienne, t'entendre murmurer mon nom sous mes caresses, lire dans ton regard tout le désir, tout l'amour que tu éprouves pour moi. Je veux te savoir mien entre mes bras. Je te promets de ne plus te laisser, de rester à tes côtés. Parce que je t'aime comme une dingue, à en perdre la raison. Mais, ce soir, Drew en a déjà trop dit. Alors elle se contente de l'embrasser passionnément. Ses mains courent le long de son corps, descendent jusqu'à ses hanches. Ses jambes s'écartent, lui laissent la place. Elle déboutonne son pantalon, leurs lèvres toujours scellées. Elle le fait glisser lentement. Son caleçon se retire à moitié. Drew, elle profite pour faire courir ses doigts fins sur ses fesses ainsi découvertes. Et d'une pression ferme, l'approche un peu plus d'elle. Elle ne veut que lui. Là. Maintenant. Tout de suite. Une dernière fois. Pour se quitter dignement. Comme avant.



© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 20/02/2015 Mon avatar est signé : wildworld (ava.) & endlesslove (signa.) et j'ai posté un total de : 1239 Sinon, on m'appelle : QUIET RIOT pour vous servir.

Age : 29
flowers

Feuille de personnage
Répertoire:
Dans ma bulle:
Veux tu que le destin intervienne dans tes liens ?: Oui



MessageSujet: Re: if I ain't got you (DREW & THEO)   Dim 12 Juil - 19:22





IF I AIN'T GOT YOU
with Drew
« Comme si tu ne savais pas ce que je ressentais pour toi. J'avais pas besoin de te le dire pour que tu le saches. » Non Drew je ne savais pas. Je ne le voyais pas. Du moins pas au début. Je ne voyais que moi, moi ayant besoin de toi. C’est tout. Mais j’ai fini par le comprendre, un peu trop tard certainement. Je le voyais quand tu criais. Quand tu m’insultais. Je l’entendais quand tu me demandais si j’allais rester avec toi, ce soir-là. Quand tu me disais que j’étais compliqué. Je le comprenais aussi lorsqu’on ne se disait rien. Lorsque les regards remplaçaient les mots. Lorsque les longs silences devenaient presque assourdissants… Je l’ai su pendant longtemps mais j’ai préféré fermé les yeux et me dire que ça n’était pas pour moi.
Theo ne sait pas comment cela peut-être possible. Qu’elle l’aime, encore, alors qu’il lui donne si peu en retour. Elle l’a pris, comme il est, avec ses vices et ses défauts d’homme. Et pourtant, il n’était pas prêt à lui accorder la place qu’elle méritait dans sa vie. Au fond, il ne l’est peut-être toujours pas aujourd’hui… Il se perd dans ce baiser. Il tente d’oublier. De s’oublier. Car à cet instant, au-delà cette chaleur qui irradie de tout son être, de son cœur qui bat la chamade, il a mal Theo. Il a mal de ce qu’il a fait, de ce qu’il n’a pas fait et de ce qu’il ne fera jamais. Pardonne-moi mon égo et ma fierté qui prennent toujours le dessus. Il aimerait lui dire tellement de choses, et lui en avouer beaucoup d’autres. Mais les mots refusent de franchir la barrière de ses lèvres. Il aimerait lui dire à quel point il regrette le mal qu’il lui a fait. Que si tout était à recommencer, il ferait certainement les choses différemment. Il regrette aussi toutes ces fois, où il l’a vu, au fond du gouffre et où il n’a rien fait pour la consoler, car trop fier, trop rancunier. Il regrette aussi cette fois où il l’a vu partir et a été incapable de la retenir. Mais elle n’en saura rien Drew. Du moins, pas ce soir. Un jour peut-être.
Qu’est-ce que ça change pour Theo de savoir si elle aime l’autre ou non ? Beaucoup de choses. Trop de choses. Elle ne peut aimer les deux à la fois. Theo en est convaincu, que si c’est le cas, c’est qu’elle ne sait pas ce qu’elle veut. Qu’elle les a juste prononcés dans un moment d’égarement. Il est plein de certitudes Theo et à la fois plein de doutes sur cette chose qu’il a longuement observé de loin. Cette chose dont il n’a jamais voulu s’approcher. L’amour. Et pourtant à cet instant, il prétend tout en savoir. Mais Drew ne répond pas, comme toujours. Et Theo il a envie de croire que ça n’est que lui. Que l’autre n’est que de passage. Un passe-temps. Malgré cela, il ne peut s’empêcher de ressentir cette pointe de jalousie lorsqu’il l’imagine dans ses bras, dans ses draps.

Il l’embrasse comme si c’était la dernière fois. Comme si elle allait disparaitre s’il la lâchait ne serait-ce qu’un bref instant. Et lorsque son regard trouve le sien, Theo n’en peut plus. Là dans sa poitrine, ça s’affole. Ça va exploser d’une minute à l’autre. Il a envie d’elle ,Theo. De la sentir contre lui. De sentir tout son être ne faire plus qu’un avec le sien. Drew. Il la porte vers la chambre. Il sourit avec elle. Son cœur est en joie avec le sien, parfaite communion de deux âmes qui se retrouvent. Et Theo frissonne à chacune de ses caresses. Il la dépose sur le lit, comme avant. Comme la première fois. Comme toutes les autres fois où ils ne voulaient qu’une chose, se perdre l’un dans les bras de l’autre, le temps d’une nuit. Et pourtant, quelque chose parait différent ce soir. Theo la regarde alors qu’elle s’affaire à déboutonner sa chemise. Elle l’embrasse. Theo en est convaincu cette fois-ci. C’est différent. C’est à la fois familier mais ça n’a pas le même goût. Ça n’a plus le goût du désir hardant d’assouvir une envie de coucher trop longtemps retenue. Non. C’est différent. C’est nouveau, plus doux. Les derniers vêtements glissent. Les baisers se multiplient, toujours aussi passionnés. Les caresses, toujours brûlantes. Et dans une étreinte enflammée, fusionnelle, il s’enfonce lentement en elle.Tendrement. Ce qu’il partage avec elle à cet instant, jamais il ne l’a partagé avec une autre. Pour la première fois, ça n’est pas qu’une simple coucherie. Une simple partie de jambe en l’air dont il ne gardera aucun souvenir le lendemain. Non, c’est une véritable fusion. C’est Theo et Drew qui ne font plus qu’un. Theo et Drew comme cela aurait dû être avant. Comme cela aurait dû être s’ils ne s’étaient pas fait tout ce mal. Et Theo, il s’enfouit encore en elle. Il continue ses va-et-vient. Leurs souffles se mêlent. Sa respiration s’accorde avec la sienne. Il lui donne. Il se donne. Il lui fait ressentir tout ce qu’il ne saurait lui dire. Tout ce qu’il éprouve et dont il n’a pas vraiment conscience.

Il est environ cinq heures du matin quand Theo se réveille. Encore fatigué, il garde les yeux fermés. Il est apaisé Theo. Une quiétude inhabituelle. Il la sent, là contre lui. Drew. Il pourrait rester là toute la journée, sans bouger, tant qu’elle serait à ses côtés. Il ouvre lentement les yeux. Elle est toujours allongée, son dos collé contre son torse. Theo ne veut pas la réveiller mais il ne peut pas s’en empêcher, de passer un bras autour d’elle. A cet instant il est comme un enfant qui a peur qu’on lui dérobe se qui lui tient à cœur. Il le protège, son précieux. Dors Drew qu’il lui dit intérieurement. Il ne veut pas qu’elle se réveille maintenant car il ne veut pas que tout ceci se termine. Il sait que dans quelques heures, elle retrouvera son londonien et lui il sera seul, dans son canapé, à noyer son mal-être avec sa sempiternelle bouteille de vodka. Theo lui dépose délicatement un baiser dans la nuque. Il ferme les yeux et s’enivre de son odeur comme pour la dernière fois. Ça a un goût amer. Le goût des au revoir, voire pire, celui des adieux. « Je ne veux pas que tu t'en ailles. » Qu'il murmure tout bas. Pour lui. La belle dort, elle ne saurait l'entendre. Theo ne veut pas qu'elle s'en aille. Il veut qu'elle reste. Là dans ses bras, dans son lit. Ici, à Savannah. Il voudrait la retenir, l'obliger à rester. Mais Theo a aussi décidé de ne plus être égoïste. Il va la laisser faire. Cette nuit n'était peut être rien d'autre que des adieux. Les adieux qu'il leur fallait, pour mieux se quitter. Pour se quitter comme il faut. Theo soupire et ferme les yeux. Il tombe à nouveau dans les bras de Morphée. Encore un instant de répit avant la tourmente.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 13/04/2015 Mon avatar est signé : merenwen (avatar) ; candywanepoels (gif) et j'ai posté un total de : 470 Sinon, on m'appelle : m.

Age : 28
flowers

Feuille de personnage
Répertoire:
Dans ma bulle:
Veux tu que le destin intervienne dans tes liens ?:



MessageSujet: Re: if I ain't got you (DREW & THEO)   Mer 20 Jan - 22:02

if i ain't got you

Don't look back in anger.

Elle peut encore les sentir, ces caresses sur sa peau dont les poils hérissés trahissaient ce désir, cette envie qui ne cessait de s'accroître. A mesure que, du bout des doigts, il redécouvrait son corps, l'apprivoisant pour mieux le faire sien. Elle peut encore les sentir, ces soupirs exhalés au creux de l'oreille quand dans une étreinte passionnée, ils n'ont fait plus qu'un. En symbiose totale. Et Drew, s'abandonnant dans cette union charnelle pourtant adultère, elle eut cette étrange et si agréable impression. Comme si l'ordre du monde s'était enfin rétabli. Comme si les faux-semblants étaient restés sur le pas de la chambre. Comme s'il n'y avait toujours eu qu'eux. Elle peut encore le voir, ce regard. Brûlant, envoûtant. Sur ses bras tendus, il la surplombait. Et de ce regard, il semblait déjà lui faire l'amour. Jamais il ne l'avait regardée de la sorte. Jamais il ne l'avait à ce point désirée. Alors, haletante, impatiente, elle attendait. Qu'il se rapproche. Qu'ils s'accrochent à cette dernière chose qui leur restait : cette peur désespérée de se voir abandonné par l'autre, pour de bon.

Etait-ce un rêve? Ce bras la retenant contre ce torse chaud est-il bien le sien? Elle a peur d'ouvrir les yeux, Drew bien que réveillée avec les premiers rayons du soleil. Elle a peur d'ouvrir les yeux, de découvrir le visage enfantin d'un musicien endormi. De cet homme qui partage sa vie mais qui usurpe le rôle d'un autre. Elle a peur d'ouvrir les yeux, de rendre la liberté à ces images qui, dans son esprit, ne cessent de tourner en boucle comme une vieille cassette à la bande rongée par l'usure. Alors la belle, reste là, les yeux clos, appuyant sans relâche sur la touche play.

Elle ne saurait dire combien de temps elle s'est forcée à rester allongée dans ce lit. Mais elle les ouvre enfin. Le ciel bleu présage l'une de ces journées ensoleillées. Elle sourit. Elle est bien, Drew. Si elle le pouvait, elle resterait dans ce lit. Avec Theo. Elle ne partirait plus. Ne l'abandonnerait plus. Elle lui laisserait une chance. D'oublier, de recommencer. Sa main se glisse sur celle de Theo. Elle la presse légèrement. Recommencer. L'idée est si alléchante. Son palpitant s'emballe à cette perspective. Recommencer. Mais quelle folle idée. Lentement, elle se retourne pour lui faire face. Elle le contemple, endormi. Il semble si paisible. Cet air grave, suffisant qu'il arbore toute la sainte journée s'en est allé. Le laissant fragile, comme un enfant. Alors Drew se rapproche, colle son corps dénudé au sien. La tête nichée contre son torse, elle le serre un peu plus contre lui et vient y déposer chastement ses lèvres. Recommencer. Qu'est-ce que cela donnerait, hein?

Drew finit par se dégager. Elle enfile prestement sa culotte et se dirige vers la salle de bain. Elle plonge directement sur ses vêtements, encore crus de la veille. Et elle s'observe dans le miroir. Elle a le visage fatigué, témoin d'une nuit mouvementée mais elle semble si sereine. Alors c'est comme ça que tu pars Drew? Comme une voleuse? Comme un prédateur, laissant la carcasse de sa victime dépecée derrière lui? C'est comme ça que ça se termine? Par des pas feutrés et une porte refermée sans bruit? Non, Drew. Pas comme ça. Pas une deuxième fois. Elle sort de la salle de bain et se rend dans la chambre. L'atmosphère y est lourde. Theo l'observe. C'est le moment. Elle vient s'asseoir à côté de lui. Il ne la quitte pas des yeux, dans l'expectative. C'est à toi Drew qu'incombe la lourde tâche d'y mettre un terme. Et pourtant, elle ne cesse d'y penser. A cette nuit. A ce regard. A ces mots. Recommencer. Ses doigts courent sur son torse. Elle trace le contour de ses muscles saillants. En silence. Si pesant. Une boule dans la gorge, elle est absorbée par la course de ses doigts. Elle se penche, sa bouche prenant le relai. Brefs. Doux. Elle remonte dans son cou, glisse sur l'arrête de sa mâchoire. Et se presse enfin contre ses lèvres. Léger, amer. En se détachant, elle esquisse un sourire qui n'en est pas un. Un sourire qui aurait voulu autre chose. Un sourire qui aurait voulu plus. A bientôt qu'elle s'entend murmurer avant de se lever et partir, sans se retourner. Cette fois n'était pas la dernière, elle s'en convainc en descendant l'escalier.



© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
you're in savannah


gardens
flowers



MessageSujet: Re: if I ain't got you (DREW & THEO)   

Revenir en haut Aller en bas
 

if I ain't got you (DREW & THEO)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» if I ain't got you (DREW & THEO)
» adventure game tv dailymotion
» •• Blablablaaa.
» Mais non j'vais pas te tuer. J'vais juste te couper les couilles pour en faire des nuggets. || Rob' & Drew o/
» DREW ϟ Moi j'aime les moches parce qu'on se les fait pas piquer !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TURN TO STONE ::  :: SUBURB :: South Beach-