AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 past is a freaking ghost (ft Marlon/hot)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage


Invité
you're in savannah


gardens
flowers



MessageSujet: past is a freaking ghost (ft Marlon/hot)   Mar 12 Mai - 12:22



past is a freaking ghost



Depuis que leur relation a changé, Marlon et Aubrey n'ont pas vraiment pris le temps d'en discuter. En fait, la brune ne sait même pas s'ils sont officiellement en couple, tout est encore trop flou, très mal défini. Il serait grand temps pour eux de parler et de s'assurer que tout est OK des deux côtés. En restant chacun dans leur coin de cette façon, ils risquent fort de foncer droit dans le mur et ça, Aubrey ne pourrait pas l'accepter. Heureusement, ils ont décidé de passer le week-end tous les deux à la campagne, pas très loin de Savannah mais assez pour leur offrir une certaine intimité et beaucoup de tranquillité, aussi. Cela leur changera grandement de leurs deux appartements toujours plein à craquer, ou au moins de deux ou trois personnes. Marlon a ses colocataires et Aubrey son frère et sa sœur. Autant dire que ce n'est pas toujours simple pour eux d'avoir un moment seuls. En prouve leur dernière soirée "film" qui a failli se conclure sur une note très très gênante. Heureusement, ce n'était que Paige qui rentrait à l'appart', et elle n'a pas eu le temps de voir grand chose. Du coup, ce week-end, c'est l'occasion pour eux de n'avoir personne sur le dos et, peut-être, de pouvoir enfin discuter. Ils sont arrivés en début d'après-midi et ont passé les premières heures à vider le coffre de la voiture avant d'aller faire quelques courses. Ils n'ont pas besoin de grand chose mais tout de même, il fallait bien prévoir de quoi s'occuper. Qui sait ce que la météo pourrait leur réserver ? Quelques films, un peu de bouffe mais surtout des bières, tout semble réuni pour que leur week-end soit parfait.

En même temps, il paraît évident qu'ils vont tout mettre en oeuvre pour qu'il le soit. Personne pour les emmerder, personne pour les tenir à distance, il n'y a pas de raison pour que quelque chose tourne mal ! Aubrey achève de ranger les dernières bières dans le frigo avant de se tourner vers Marlon. « Je crois que mes parents ne savent même pas que je connais l'existence de cet endroit. » Un léger rire lui échappe à cette pensée. Pourtant, ils devraient bien se douter qu'elle n'est pas stupide, elle a vu des papiers, et se rappelle y être déjà allée, lorsqu'elle était plus petite. La clé est cachée au même endroit depuis, peut-être qu'ils se fichent pas mal que leurs enfants puissent venir ici. En tout cas, c'est bien pratique. Personne ne devrait débarquer à l'improviste, Aubrey sait qu'ils ont chacun leurs occupations. Et puis, même si c'était le cas, ils ne viendront pas les déranger. La jeune femme ne les laisserait pas faire, non mais ! « Bon alors, tu veux commencer par quoi ? Une visite ? Un film ? On peut aussi ne rien faire si tu préfères. » Un sourire malicieux aux lèvres, Aubrey avance quelque peu jusqu'à se retrouve face à Marlon, dont elle attrape les mains. Bon sang, cela fait un bien fou de savoir qu'ils vont avoir la paix au moins jusqu'au sur-lendemain et qu'ils vont enfin pouvoir avoir une discussion sérieuse. Mais ce n'est pas nécessaire de brûler les étapes et de le faire dès leur arrivée, cela pourrait bien tout gâcher. Non, ils peuvent aussi user de patience et attendre que tout y soit plus propice. Ils ont encore du temps devant eux, en théorie ... Beaucoup de temps. A tel point que c'est difficile de le croire, pour Aubrey.

made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas


Invité
you're in savannah


gardens
flowers



MessageSujet: Re: past is a freaking ghost (ft Marlon/hot)   Mar 12 Mai - 23:50



past is a freaking ghost



On a pas vraiment eu le temps de discuter avec Aubrey depuis que l'on est "ensemble". Simplement parce que jusque là, on a toujours été interrompu, que ce soit par l'un de mes colocataires où encore un membre de l'immense famille d'Aubrey. C'est que l'on se rend compte que vivre avec d'autres êtres humains est particulièrement lourd. Alors lorsque celle avec qui ma relation n'est pas réellement définie me propose un weekend à l'écart, juste nous deux, je suis plus que ravi, d'ailleurs j'ai eu un sourire collé au visage durant tout le trajet en voiture. Il ne me quitte plus jusqu'à l'instant où l'on pose nos affaires à l'intérieur de la maison après avoir trouvé la clé sous le paillasson. C'est tellement cliché que les gens ne doivent même pas pensé à regarder à cet endroit, parce que c'est franchement risqué, ils pourraient avoir des squatteurs. "En espérant qu'ils ne débarquent pas ce weekend." Mon dieu, vous imaginez, j'aurais vraiment la poisse sur ce coup là. Ce serait terrible. Surtout que je ne reste pas persuadé que son père soit ravie de voir sa fille dans les bras d'un homme, même s'il me connait un peu. On est pas mariés -ni même en couple d'ailleurs-, alors ça ne colle pas avec les principes de cet homme. Et puis, pour une première entrevue avec eux sous la nouvelle forme de copain, je préfèrerais que le cadre soit bien différent. Non, on ne sera pas dérangés, deux jours entiers pour nous, en tête à tête. C'est un peu inquiétant quand j'y pense, c'est vrai, c'est logiquement un cap... Après, pour nous, ce ne sera pas la première fois que l'on sera tous les deux aussi longtemps, mais jamais de cette façon.

Elle reprend en me demandant ce que je voulais faire maintenant, en se rapprochant dangereusement de moi. J'ai bien une idée en tête mais elle va finir par croire que je suis avec elle seulement pour ça. C'est juste que je n'arrive pas à me passer de sa peau. "Tu pourrais me faire visiter la chambre." lançais je dans un sourire coquin avant de poser mes lèvres contre les siennes. J'ai l'impression de revenir à l'adolescence avec elle, vous savez, lorsque vous tombez amoureux pour la première fois et que tout vous semble parfait, que vous êtes anxieux à chacun de vos gestes mais tellement excités en même temps. Je me rapproche un peu plus, comblant le vide qui nous séparait encore et mes mains s'imposent sur ses hanches frêles, mes lèvres toujours contre les siennes. Bien, parfaitement bien. Je suis aux anges et rien au monde ne pourra me sortir de ce paradis, je dis bien rien... Enfin, c'est ce que je crois jusque là. Mes mains glissent contre ses fesses, profitant de ses courbes sublimes. Elle n'a rien à envier à personne avec son corps de rêve, je l'ai toujours trouvé magnifique même si ce n'est pas son physique qui m'a séduit mais son caractère. A la fois puissant et doux. Je sais qu'on a tout le week end pour faire l'amour et qu'on pourrait commencer autrement. Je finis donc par me reculer et dire: "Mais avant ça, j'irais bien me balader un peu. T'en dis quoi ?" Je dépose un baiser, moins fougueux cette fois sur ses douces lippes. Je l'aime, tout le temps, elle me manque à chaque instant, c'est fou d'aimer autant quelqu'un... Et maintenant que j'y ai goûté, je ne pourrai plus revenir en arrière et être son ami de nouveau.

made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas


Invité
you're in savannah


gardens
flowers



MessageSujet: Re: past is a freaking ghost (ft Marlon/hot)   Jeu 14 Mai - 0:18



past is a freaking ghost



L'idée de voir débarquer ses parents pendant le week-end qu'elle est censée passer avec Marlon, et rien qu'avec lui, suffit à faire frissonner Aubrey. Non mais vous imaginez un peu ? Sa mère risquerait de faire un arrêt cardiaque et son père de la déshériter après lui avoir arraché les yeux. Elle exagère, mais elle n'ose imaginer les réactions qu'ils pourraient avoir, en fait. Une seule chose est certaine : ce serait loin d'être positif. Elle n'est pas mariée, pas même encore tout à fait en couple avec Marlon, autant dire que cela n'entre absolument pas dans les valeurs qu'ils tentent depuis toujours d'enseigner à leurs enfants. Aubrey a juste un peu dévié de la voie qu'ils avaient tracée pour elle. « Oh non, vaut mieux pas. » Mais ils ne vont quand même pas se gâcher le week-end sur une telle idée ! Aubrey chasse donc tout cela de sa tête, persuadée qu'il n'y a rien à craindre. Ils ont trop de chose à faire à Savannah, et en particulier le Révérend Abbott, pas le temps de prendre des vacances. Aubrey laisse toute son attention se centrer sur Marlon et sur leur présence ici. Ils ont deux jours entiers rien que pour eux, il va falloir en profiter à fond. Autant commencer le plus tôt possible, du coup. Le jeune homme semble avoir une idée derrière la tête, qui est loin d'être déplaisante. Mais ne dit-on pas qu'il faut savoir se faire désirer ? Pour le coup, l'occasion ne se présente pas vraiment pour Aubrey puisque ses lèvres - auparavant étirées par un sourire sans fin - ont tôt fait d'être accaparées par celles de Marlon. Bon sang, que c'est bon de le retrouver. Elle a l'impression qu'ils ne se sont pas embrassés depuis une éternité alors que cela ne remonte pas à il y a si longtemps.

Il semblerait donc que, en définitive, Aubrey soit une cause perdue. Elle est complètement dingue de cet homme. Elle l'aimait déjà tellement en ami et voilà que ses sentiments se sont modifiés pour devenir plus forts encore. Elle est complètement et définitivement amoureuse de lui. Il n'y a plus qu'à attendre le bon moment pour lui dire, de la même façon qu'il lui a avoué, la dernière fois qu'elle a failli tout foutre en l'air pour un malentendu. Mais bref, ce n'est pas le moment de penser à cela alors qu'il lui offre un nouveau baiser, qu'elle savoure à sa juste valeur. Comme toujours, il sait éveiller chez elle mille et une émotions qu'elle ne peut - et ne veut - freiner sous aucun prétexte. C'est tellement bon, de l'avoir contre elle, de pouvoir le toucher en permanence. Et le week-end ne fait que commencer ! Aubrey pose ses mains autour du cou de Marlon alors que celles du jeune homme s'aventurent plus bas, sur ses fesses. Les yeux de la brune sont brillants et un sourire reprend vite sa place sur son visage quand il s'écarte d'elle. Courage, c'est pour la bonne cause ; ça n'en sera que meilleur quand ils pourront se retrouver, un peu plus tard. « Oui, allons nous promener. » A son tour, elle dépose un bref baiser sur ses lèvres avant d'attraper sa main et de le faire venir avec elle jusqu'à la porte d'entrée. « Bon, il n'y a pas grand chose à voir, on en aura vite fait le tour mais y a des jolis coins. » Bon, un joli coin en particulier qu'elle a en tête. Mais ils pourront peut-être en découvrir d'autres ensemble. Ils commencent à marcher tous les deux, main dans la main. Le cœur d'Aubrey ne lui a jamais semblé à ce point sur le point d'exploser, elle est tellement ... heureuse. Ce dont elle ne se doute pas le moins du monde, c'est que cette quiétude finira bel et bien par exploser. Et sans doute plus vite qu'elle ne le croit.

made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas


Invité
you're in savannah


gardens
flowers



MessageSujet: Re: past is a freaking ghost (ft Marlon/hot)   Jeu 14 Mai - 11:44



past is a freaking ghost



c'est amusant de voir à quel point la vie peut changer en une fraction de seconde. Je virevoltait d'un coeur à un autre sans jamais trop me poser de questions. Dès que ça devenait un peu trop sérieux, j'expliquais à la personne qui m'accompagnait que ce n'était pas possible, de ce fait, pas de coeur brisé. De toutes façons, même si j'avais essayé, ça n'aurait pas fonctionné, j'en suis persuadé maintenant, c'est elle et personne d'autre qu'il me faut dans mon existence. J'observe rapidement les lieux, de toutes façons, ça aurait pu être un véritable taudis que j'aurais su apprécier ce weekend malgré tout, j'en reste persuadé.  "Ton père va me détester !" fis je dans un sourire, il m'avait toujours accepté en souriant dans la famille jusque là,  je crois même qu'il m'appréciait et me faisait confiance quand à la protection de sa fille mais s'il savait où je fourre ma langue, je reste pas persuadé qu'il sera toujours du même avis. En même temps, j'ai pas trop envie de me prendre la tête à ce sujet pour le moment, puisqu'à moins qu'ils débarquent là, maintenant, on ne va pas refaire les présentations officielles prochainement. Après tout, ça fait quelques semaines que l'on se côtoie et la relation n'est pas nécessairement clarifié même si l'évidence est là : nous sommes ensemble, fidèles et amoureux. Enfin je l'espère de son côté. Elle ne se permettrait pas de me faire languir comme ça et de joueur avec moi si elle ne partageait pas mes sentiments en même temps. Elle n'a jamais été quelqu'un de mesquine ou de manipulatrice et elle ne va certainement pas commencer avec moi.

Je lui propose finalement de faire un tour, avant que je ne puisse plus me retenir et que je lui saute dessus. Il faudrait que l'on discute quand même mais c'est peut être pas judicieux pour le moment, les sujets sérieux attendront. On va juste profiter d'une ballade dans le coin, à l'air frais. Je prend sa main lorsqu'elle acquiesce et après avoir fermé la porte. "Tu oublies que je suis déjà venu ici ! " Une fois seulement ceci dit, un été, je l'avais rejoins pour un weekend à la campagne. Je souris et sans que ma main ne quitte la sienne, nous commençons à marcher. Les alentours ne sont pas particulièrement beaux. Il n'y a absolument rien d'extraordinaire à voir comme elle le dit, mais je crois qu'on s'en contrefou en même temps. Je suis avec elle et c'est tout ce qui compte. "Le chat de Mme Goldberg était encore grimpé aux arbres. Je crois qu'elle le met elle même parce qu'elle en pince pour moi." fis je ensuite, pour lui parler un peu de ma journée. Cette vieille dame appelle deux à trois fois par semaine, au centre des pompiers pour ce pauvre chat.  "Je pense à te quitter pour elle d'ailleurs." Je ris légèrement. Pas vraiment de risques de ce côté là, elle approche les 70ans, alors bon... En dehors d'une richesse probable, je ne vois absolument pas ce qu'elle aurait de plus que la jolie brune qui m'accompagne. Et puis Aubrey, je sais où elle me mène parce que je la connais mieux qu'elle ne se connait elle même et j'ai envie d'y retourner. Tout le temps, chaque seconde sans elle est une torture, elle me manque à chaque instant c'est terrible. "Je suis content que tu n'ai jamais utilisé ce pauvre Fuller pour me séduire..." Ahah son chat, le seul que j'apprécie -enfin, qui ne me gêne pas-. Je lève la tête alors que je sens une goutte d'eau tombée sur ma main. "Merde, il va pleuvoir..." On devrait peut être faire demi tour.

made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas


Invité
you're in savannah


gardens
flowers



MessageSujet: Re: past is a freaking ghost (ft Marlon/hot)   Jeu 14 Mai - 18:48



past is a freaking ghost



Le week-end s'annonce parfait en tout point de vue alors pour éviter que les choses ne dérapent, Aubrey préfère éviter de surenchérir au niveau de la discussion à propos de son père. Elle n'en pense pas moins, cela dit et elle appréhende par avance le jour où elle devra leur présenter Marlon. Il a beau avoir longtemps été apprécié par ses parents, pas sûr que ce soit toujours la même quand ils sauront - ou en tout cas devineront - ce qu'il fait avec leur fille ... Mais ils n'en sont pas encore là - loin de là même - et Aubrey compte bien profiter de chaque seconde à ses côtés. Une petite promenade ne peut pas leur faire de mal même s'il n'y a pas grand chose à voir dans le coin, au final. « Ah oui, c'est vrai, je n'y avais pas pensé. » Aubrey sourit, pourtant, en se rappelant quelques bribes de souvenir de ce week-end là. Sans aucun doute le meilleur qu'elle ait pu passer dans cette petite maison. Il y avait toujours du mouvement - pas étonnant vu le nombre impressionnant de frères et sœurs qu'elle a - mais il arrivait toujours un moment où elle s'ennuyait ferme. C'est pourtant un regard teinté de nostalgie qu'elle pose autour d'elle, sur ces hautes herbes dans lesquelles elle aimait se perdre autrefois, sur cette route qui n'a jamais été reconstruire alors qu'elle le mériterait bien, la pauvre. Elle ne peut pas dire que cela lui manque mais elle aime se rappeler de ces vieux souvenirs malgré tout. Et c'est d'autant plus plaisant qu'elle avec Marlon, sa main dans la sienne. Tant de choses ont changé, depuis le dernier - et premier - week-end que le jeune homme a passé ici ... En bien, évidemment.

A cette pensée, Aubrey tourne la tête dans sa direction, un sourire tendre aux lèvres. Finalement, c'est peut-être pour ça que ses relations ne fonctionnaient jamais : Marlon était là, dans l'ombre. Peut-être qu'elle entretenait déjà des sentiments amoureux à son égard sans même en avoir conscience ... Mais ce n'est pas le moment de se perdre dans le mélo ou dans une analyse psychologique poussée. Elle est avec Marlon et elle se sent merveilleusement bien. Oui, même quand il fait allusion à Mme Goldberg et au faible qu'elle entretient prétendument pour lui. Aubrey pose sa seconde main sur son cœur et réussit à afficher un air offusqué. « Tu me ferais ça ?! » La jeune femme est vite trahie par le rire qui la secoue ... Bizarrement, elle fait encore et toujours une confiance aveugle à Marlon, elle sait qu'il ne la blessera jamais intentionnellement. Et puis, la quitter pour Mme Goldberg ... Franchement, y a plus crédible. Comme une certaine Paige ... « Je suis certaine que ça aurait marché ! » Bah oui, Fuller est adorable. Mignon comme tout et câlin. Il est un peu trop collant, cela dit. Mais Marlon est loin d'être un amateur de chats, elle le sait à présent. Pourtant, il est impossible de résister au petit Fuller ... A l'entente des mots de Marlon, Aubrey lève les yeux au ciel, l'air un peu affolé. Franchement, ils n'ont pas de chance. Vraiment pas. A moins que Marlon n'ait rêvé ? Parce qu'elle, elle n'a rien senti du tout. « Mais non qu'est-ce que tu ... » Elle est interrompue par la pluie qui s'abat soudain sur eux. C'est une averse comme on n'en voit que très rarement, elle aurait peut-être mieux fait de ne rien dire. Malgré tout, elle parvient à sourire : rien - ou presque - ne pourra gâcher sa bonne humeur et sa joie à l'idée de passer ce week-end avec Marlon. Tant pis, ils resteront sous la couette. Sa main toujours ancrée dans celle du jeune homme, elle fait demi-tour et court aussi vite que possible jusqu'à la maison. Elle n'est pas aussi sportive que lui ... et est complètement essoufflée quand ils arrivent à l'intérieur, au sec et au chaud. « Oh non, c'est pas possible, on a la poisse ! » Et c'est rien de le dire. Y a plus qu'à espérer que ce ne soit pas un mauvais présage quant à leur futur ... Mais Aubrey, plutôt que de s'aventurer sur ce terrain-là, préfère éclater de rire. Mieux vaut le prendre avec le sourire, n'est-ce pas ?

made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas


Invité
you're in savannah


gardens
flowers



MessageSujet: Re: past is a freaking ghost (ft Marlon/hot)   Sam 16 Mai - 11:37



past is a freaking ghost



Ce weekend passé enfant ici, quelques années plus tôt a laissé des souvenirs vivant et agréables. Peu ceci dit, il faut dire que j'ai bien grandit depuis et ma mémoire me fait parfois faux bon mais chaque moment avec ma meilleure amie était un régal. A l'époque d’ailleurs, je n'avais pas encore prit conscience de l'étendue de mes sentiments pour elle. J'étais trop jeune pour réaliser et c'est sans doutes mieux, parce que c'est pour cette raison que nous sommes si proches à l'heure actuelle. On se connait tellement par cœur que tout est naturel. Grace à elle, ma vie était meilleure, c'était l'été où maman est morte si mes souvenirs sont bons. Mon père était au plus mal et ne savait plus comment s'occuper de nous. Le révérend et sa femme avaient proposés de m’accueillir pour soulager un peu le paternel le temps d'un weekend, Charlie était partie avec une copine et Mael lui avait passait son temps a trainer dans le garage. Moi je l'avais passé avec Aubrey, c'était pas le plus magique de mon existence, la tristesse était là mais toujours amoindrie aux côtés de la belle qui avait su me faire rire et penser  autre chose, la plupart du temps. Avec les années, ma mère est devenue comme un sujet tabou, on en parle pas. Et je suis tristement acteur de cette décision parce que ça faisait tellement mal que j'avais choisi d'enfouir cette journée sordide de mon esprit, de la cacher dans un coin de mon cerveau et y repenser le moins possible. Mais ça n'a jamais vraiment fonctionné, chaque jour, c'est avec moi, je suis paniqué pour pas mal de choses et donc complètement névrosé et surprotecteur. Surtout envers Aubrey, imaginez maintenant que l'on est ensemble...

Je la taquine avec cette femme qui nous appelle souvent, un sourire dessiné sur les lèvres, elle sait bien que je plaisante. Une vieille dame de cet âge... Et puis même sans ça de toutes manières, je l'aime beaucoup trop pour aller voir ailleurs. Je serais vraiment un gros crétin de faire un truc pareil alors que j'ai enfin la chance de l'avoir si près de moi. Sa main dans la mienne, nos cœurs qui battent à l'unisson. "Bien sur, elle est riche !" ajoutais je en guise de réponse. C'est alors que la pluie commence à s'abattre sur nous, comme une fatalité à notre weekend en amoureux. J'ai l'impression que tous concorde à tuer notre amour, entre les arrivés au mauvais moment comme avec Paige l'autre jour. Je n'ai pas le temps de réagir, Aubrey m'emmène déjà sur le chemin inverse pour que l'on rejoigne la maison. J'ai toujours adoré l'odeur particulière de la pluie fraichement tombée, c'est assez inexplicable d'ailleurs. Cette course ne m’essouffle pas, j'ai l'habitude de faire pas mal de sport, déjà parce que je n'arriverais pas à m'en passer mais aussi parce que mon job m'oblige à être fort, certaines situations méritent des muscles. Ceci dit, la poisse, c'est le cas de le dire mais on ne va pas se monter la tête pour ça. Je secoue les cheveux désormais détrempés, adieu ma belle coiffure. On est bien mouillés dit donc, ça nous est tombé dessus comme ça, sans qu'on le voit venir. Je préfère ne pas rebondir sur ses propos alors que je ris avec elle. Avant d'avoir un déclic en entendant mon ventre grogner. "Dit on aurait bien oublié de prévoir à manger ?" fis je souriant. "Parce que vivre d'amour et d'eau fraiche... OK, mais tu sais comment je suis quand j'ai faim." grognon et fort désagréable. Je serais même capable de lui manger un bras tient. Quoi que, avec ces dix kilos tout mouillé, y'aurait pas grand chose à manger.

made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas


Invité
you're in savannah


gardens
flowers



MessageSujet: Re: past is a freaking ghost (ft Marlon/hot)   Dim 17 Mai - 15:30



past is a freaking ghost



Aubrey croit en beaucoup de choses, mais certainement pas en la fatalité. Bien sûr qu'ils ont la poisse sur ce coup-là - et sur bien d'autres choses encore - mais cela ne veut pas pour autant dire qu'ils doivent arrêter leur relation avant de la voir dépérir d'elle-même. Elle ne dépérira pas. Pour la simple et bonne raison qu'Aubrey est optimiste. Et si elle l'était également avec pas mal de ses autres relations amoureuses, cela n'a absolument rien à voir avec ce qu'elle partage avec Marlon. C'est Marlon. Son meilleur ami avant tout et maintenant tellement plus. Elle lui jette un regard, attendrie par l'expression sur son visage et son rire communicatif. Il était grand temps qu'elle ouvre les yeux sur lui et cette relation. « Oh non ! Tu sais comme je ne te supporte pas quand tu as trop faim. » Elle exagère juste à peine. Non, en fait elle est capable de le supporter en permanence, même quand il fait tout pour lui faire perdre patience. C'est qu'elle y tient à son Marlon et aujourd'hui d'autant plus qu'auparavant. « On fait comme ça : tu vas te changer histoire de ne pas attraper froid et pendant ce temps je fouille les placards à la recherche d'un truc à manger. Mes parents auront bien laissé quelques réserves. » C'est certain, ils sont comme ça : prévoyants en toute circonstance. Aubrey s'approche de Marlon, trempée jusqu'aux os mais peu soucieuse à l'idée de mouiller tout le sol de la maison en cherchant de quoi les nourrir. Franchement , y a plus important ! Et de toute façon, elle fera le ménage avant de partir d'ici, histoire de ne pas laisser trop de traces. Ses parents la tueraient si c'était le bordel derrière.

Arrivée à hauteur de son petit-ami, Aubrey lève la main et ébouriffe ses cheveux, bien consciente de tenter le diable. Les cheveux de Marlon sont précieux, et il déteste qu'on les touche. Mais c'est elle, il ne pourra rien lui dire n'est-ce pas ? Et puis, ils sont déjà dans un état pitoyable alors ça ne change pas grand chose. Pour se faire pardonner, elle dépose un rapide baiser sur ses lèvres avant de prendre la fuite direction la cuisine. « Je ne veux surtout pas subir ta mauvaise humeur alors je fais vite. Très, très vite. » Et sur ce, elle va fouiner dans les divers placards. Elle ne met pas plus d'une minute avant de tomber sur quelque chose d'intéressant dans le congélateur : des lasagnes. Génial ! Y a plus qu'à espérer qu'il y ait autre chose pour les autres jours mais pour l'instant, ils ont un repas pour ce soir, c'est le plus urgent. Aubrey pose les lasagnes sur le plan de travail et décide d'attendre un peu avant de les mettre au four à micro-ondes pour les décongeler. Marlon n'étant toujours pas revenu, elle en profite pour jeter un coup d’œil à son portable. Adossé contre le mur juste à côté de la porte de la cuisine, elle regarde son écran. Un SMS de son ami - et accessoirement colocataire de Marlon - avec qui elle a partagé une fois son lit. Il ne lui dit rien de spécial, juste une petite plaisanterie à propos d'un délire qu'ils ont eu ensemble, un jour. Un sourire amusé étire ses lèvres alors qu'elle s'apprête à lui répondre. Sans se douter que Marlon, lui, va avoir quelques questions à lui poser.

made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas


Invité
you're in savannah


gardens
flowers



MessageSujet: Re: past is a freaking ghost (ft Marlon/hot)   Jeu 21 Mai - 13:00



past is a freaking ghost



Peut importe si le sort s'acharne sur nous ou si les signes sont là, tous très contradictoires. Je m'en fou, avec elle je suis bien, sa main dans la mienne, son corps collé au mien, sa voix électrisante au creux de mon oreille. Et tout ça, je ne l'échangerait pour rien au monde. Je me rend alors compte que c'est notre premier weekend en amoureux, enfin depuis qu'on est ensemble -relation pas encore réellement officialisée ceci dit-. On a pas été très organisés sur ce coup là puisque l'on a même pas prit le temps de faire quelques courses avant de venir nous exilés dans un coin de campagne pendant tout un weekend et quand j'ai faim, je suis insupportable. Un véritable estomac sur pattes. Je suis grognon et presque antipathique quand ça arrive et Aubrey est bien placée pour le savoir. Elle ébouriffe mes cheveux et je râle, je supporte pas que l'on me touche les cheveux. Ceci dit, quand j'y repense, ils sont déjà bousillés par la pluie fine qui a détruit ce qui ressemblait autrefois à une coiffure. Elle dépose ensuite un baiser sur mes lèvres et elle s’éclipse sans que je n'ai le temps de réagir. Je me marre quand elle m'annonce qu'elle ne veut pas subir ma mauvaise humeur. "T'es sure que tu veux cuisiner ?" fis je, taquin. Faut dire que ces talents culinaires sont limités, disons que ce n'est pas trop son truc même si ce n'est pas horrible non plus. J'admets surtout adore la faire chier avec ça. S'il n'y a rien, ce n'est pas si grave, j'irais faire quelques courses de mon côté pour lui préparer un quelque chose pour ce soir. j'adore cuisiner, ça fait parti de mes passes temps favoris et je pense me débrouiller plutôt bien si on en croit mes invités.

Je n'attends pas de réponses de sa part et je file alors, mon sac sous le bras dans la chambre parentale pour me changer et enfiler des vêtements propres. Nous ne sommes pas restés longtemps sous la pluie mais il semblerait que ça ait largement suffit, j'ai l'impression d'avoir plongé dans une piscine. Je fou les vêtements trempés sur le radiateur histoire qu'ils sèchent un peu et je reviens dans le salon-salle à manger. Elle a le sourire face à son téléphone portable et je fronce un instant les sourcils, observant une attitude qui m'interpelle. "T’écris à ton amant pour le rejoindre quand je dormirais ce soir ?" je plaisante évidement. Déjà parce qu'on est pas officiellement en couple alors peut être qu'elle aurait pu aller voir ailleurs. Et d'un coup, ça me fait flipper. Je me dis qu'elle voit peut être d'autres garçons le temps que nous commencions cette histoire. J'en doutes mais c'est possible, rien n'a été déterminé entre nous alors... Je m'avance doucement d'elle, très curieux, trop, sur le destinataire de ce SMS. Elle est surprise de me voir revenir si rapidement, faut dire que je met toujours une plombe le matin, coquet. Mais là, j'ai juste enfilé une tenue propre, j'ai même pas été voir l'étendue des dégats pour ma coiffure, ayant trop peur du résultat. Je vois le plat de lasagnes et je souris, j'adore ça. Surtout qu'elles sont faites maison par Mme Abbott, un vrai régal. "C'est qui ?" dis je, essayant de masquer une forme de panique et une curiosité trop importante. Elle n'aura d'ailleurs peut être pas envie de me répondre.

made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas


Invité
you're in savannah


gardens
flowers



MessageSujet: Re: past is a freaking ghost (ft Marlon/hot)   Ven 22 Mai - 18:58



past is a freaking ghost



Ignorant la remarque voilée de Marlon à propos de sa cuisine - pourtant délicieuse, il se fait des idées - Aubrey se glisse dans la cuisine et fouine dans tous les recoins. Elle ne met pas trop longtemps avant de tomber sur des lasagnes congelées. Parfait. Faudra sans doute qu'ils aillent faire des courses quand même s'ils veulent passer quelques jours tranquille ici. Ce serait bête de devoir, avant chaque repas, faire des fouilles archéologiques pour trouver un petit truc à se mettre sous la dent. Enfin, cela ne presse pas à la seconde et Aubrey prend quelques minutes pour jeter un coup d’œil à son téléphone, jusque-là délaissé. Perdue dans la lecture d'un SMS qui la fait sourire, la jeune femme n'entend pas que Marlon est d'ores et déjà revenu de sa petite escapade. Seule sa voix la fait redescendre sur terre ... et sursauter. Cela risque de paraître suspect mais elle est surprise plus qu'autre chose, elle ne s'attendait pas à le voir revenir si vite, lui qui prend toujours tant de temps dans la salle de bain quand il en a l'occasion. « N'importe quoi. » Répond-elle sur un ton neutre. Evidemment que non ... jamais elle ne lui fera un truc pareil. Elle n'est pas du genre volage et encore moins avec Marlon. En fait, elle n'a jamais été infidèle à qui que ce soit, ce n'est pas son genre et cela ne concorde pas avec ses principes. Marlon est le mieux placé pour le savoir ... il la connaît par cœur. Seulement, elle se sent plus stupide encore lorsque sa seconde question se fait entendre. Pas parce qu'elle a quelque chose à se reprocher - loin de là - parce qu'il touche un point sensible.

Cela se voit sans doute sur son visage, qui perd un peu de sa superbe et laisse place à un certain sentiment de gêne. Elle prend le temps de verrouiller son portable et de le poser sur le comptoir juste à côté d'elle avant de lui offrir une réponse digne de ce nom - ou presque -. « C'était Sam. » Autrement dit, le colocataire et meilleur ami de Marlon. Si elle est aussi mal à l'aise, c'est parce qu'il n'est pas nécessairement au courant qu'ils s'entendent bien. Et que leur relation n'a pas toujours été platonique. Aubrey a passé une nuit dans son lit. Une seule. Et si c'était bieeen avant qu'elle ne sache les sentiments de Marlon pour elle, il n'en reste pas moins que c'est assez ... particulier comme situation. Et embarrassant pour elle surtout. « Je n'avais pas vu son SMS plus tôt. » Logique ... elle était avec Marlon et il n'était pas nécessaire, du coup, qu'elle reste collée à l'écran de son téléphone. Par contre, elle donne vraiment l'impression de se justifier et de chercher quelque chose à dire pour combler un potentiel blanc. Il n'y a pas de quoi, pourtant. Mais elle n'y peut rien, la situation la gêne comme pas possible parce que, si elle n'a rien à se reprocher, elle sait bien que Marlon n'est pas au courant de ce bref épisode avec Samuel. Elle se doute aussi qu'il ne serait pas ravi d'apprendre ce qu'il s'est passé et elle n'a aucune envie de gâcher ce qu'ils sont en train de construire. Ce serait bête, surtout qu'ils sont censés passer un week-end tranquille. En bref, tout se mélange dans la tête d'Aubrey qui est carrément gênée, qui n'est pas capable de le cacher convenablement - alors qu'elle le voudrait - et qui, du coup, ne peut qu'éveiller les soupçons de Marlon à agir comme ça. Tout ce qu'elle voulait éviter quoi. Et merde.

made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas


Invité
you're in savannah


gardens
flowers



MessageSujet: Re: past is a freaking ghost (ft Marlon/hot)   Ven 22 Mai - 20:02



past is a freaking ghost



Je me change seulement très rapidement, ce qui est contraire à mes habitudes et je la retrouve, un sourire dessiné sur le visage. Un sms qui la rend aussi jouasse, surement une amie à elle, je n'ai aucune raison de m’inquiéter de toutes façons. Après tout, c'est d'Aubrey dont on parle, même si l'on est pas officiellement ensemble, elle ne se permettrait pas de séduire d'autres hommes, surtout durant un weekend à mes côtés. Pas besoin de me prendre la tête pour si peu. Je l’observe un instant, elle est divine avec ces cheveux trempés, un brin sauvage. Je me mordille la lèvre avant d'essayer d'en savoir un peu plus sur la mystérieuse personne qui lui envoie un message, curieux et jaloux même si j'ai du mal à l'admettre, de toutes façons, je suis ultra possessif et je suppose estimer qu'elle m'appartient désormais alors la simple idée qu'un autre puisse la faire sourire me rend fou. J'en plaisante mais le fond de ma question est tout autre et mon visage se décompose d'ailleurs lorsqu'elle prononce le prénom de Sam... Sam ? Mon Sam ? Enfin je veux dire mon meilleur pote ? Mes sourcils se froncent alors qu'elle continue sur sa lancée, comme pour se justifier d'un comportement répréhensible. Je sens qu'un truc cloche avant même qu'elle ne tente de se justifier et je sens que la suite des événements ne va pas me plaire. Elle semble gênée de m'avouer ça, ce n'est qu'une SMS n'est ce pas ? Alors je bouillonne, je commence à imaginer le pire du pire, et si elle me "trompait" avec lui...  "Je vous savais pas aussi proches. Enfin, je veux dire, je savais pas que vous vous envoyez des textos." un brin de froideur dans ma voix, il faut que je me reprenne, ce n'est sans doutes rien du tout.

Je me monte la tête tout seul mais je dois avouer ne pas comprendre. Ok, ils ont été amenés à passer pas mal de temps ensemble ces derniers temps, notamment à cause de moi, puisque c'est mon meilleur ami et c'est Aubrey mais jamais je n'avais perçu un lien aussi complice avant de savoir qu'ils s'envoyaient des SMS et qu'elle avait un sourire jusqu'aux oreilles quand cela arrivait. Je suis con, c'est rien je suis sure, je me prend la tête pour des broutilles. Sauf qu'elle a toujours l'air très tendue, si elle n'avait rien à se reprocher, elle se serait moquée de moi et ma pseudo jalousie. Je tente de discerner quelques chose à travers ses traits mais ma possessivité semble être un frein à cette compréhension. Avant, j'aurais décelé en quelques secondes à peine ce qui se tramait, aujourd'hui, j'ai l'impression d'être complètement démuni. Et si ce weekend n'allait pas être si parfait que je l’espérais ? "Aubrey ? T'as un truc à me dire ou je me fais des films." Si elle pouvait me rassurer, ça m'arrangerait bien sur ce coup là, je commence à en avoir vraiment besoin. Je souffle un coup, j'essaie de me détendre, de me convaincre que ça réponse ne sera pas synonyme de destruction. Après tout, on commence à peine à construire notre histoire et je commence vraiment à avoir l'impression que c'est pas gagné. Qui aurait cru que l'amour ça pouvait être si compliqué. Dis moi que je me fais des films, par pitié. fis je à moi même, les secondes avant sa réponse me semblant être une éternité.

made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas


Invité
you're in savannah


gardens
flowers



MessageSujet: Re: past is a freaking ghost (ft Marlon/hot)   Ven 22 Mai - 23:17



past is a freaking ghost



C'est ridicule, elle ne devrait pas réagir de cette façon. Plutôt que de rendre les choses plus simples pour tous les deux, elle les aggrave. Forcément, Marlon va s'imaginer le pire. Elle a l'air d'un enfant qui vient d'être pris la main dans le sac. Ce n'est pas tant l'idée qu'il sache qu'elle parle bel et bien avec Samuel par SMS qui la dérange, mais plutôt le fait que, elle, elle sait ce qui, à un moment, s'est produit entre eux. Ce n'était qu'une nuit, une erreur sur laquelle ils ont très vite tiré un trait pour ne garder que le meilleur à savoir une très belle amitié. Pourtant, elle se sent coupable. Marlon ne le sait pas, il ne devrait pas avoir à le savoir parce que cela complique pas mal de chose. Elle sait bien comme il est : jaloux et parfois quelque peu possessif. Il l'était déjà, quand ils n'étaient rien d'autre - ou plus ou moins en tout cas - que des meilleurs amis. Là c'est pire encore ; ils sont [i]ensemble. Enfin, rien d'officiel mais c'est tout comme. « Si, ça arrive ... parfois. » Pas très souvent, en fait. Ils ne sont pas non plus ultra proches mais bons amis. Ils ont eu plein de fois l'occasion de traîner ensemble, de papoter de tout et de rien. Leur brève erreur les a rapprochés plutôt que de les éloigner. Pas sûr que Marlon comprenne cela ... et surtout pas avec les sentiments qu'il nourrit à son égard depuis tout ce temps. Et puis ... ne va-t-il pas finir par la prendre pour une ... traînée ? C'est peut-être un des points qui la terrifie le plus.

Putain, si seulement elle savait masquer ses émotions ... Elle n'a rien à se reprocher. Rien. Mais elle craint sa réaction comme jamais. C'est justement en s'enfonçant dans cette peur surréaliste et pas franchement le bienvenu qu'elle éveille les soupçons de Marlon. Juste comme elle l'avait pensé. Quelle idiote ! « C'est juste que ... » Non Aubrey, ne trébuche pas sur les mots. Elle a vraiment du mal à se convaincre que cet aveu n'aura aucune répercussion. Même si cela s'est produit il y a des mois et des mois, bien avant qu'il ne se passe quoi que ce soit entre eux, elle sent que cela va avoir un impact certain. Sur Marlon, sur eux et, du coup, sur Aubrey. Elle aurait peut-être dû lui avouer ses sentiments plus tôt ... avant qu'elle n'en arrive à être forcée de lui confesser un truc pareil. « Il s'est ... déjà passé quelque chose. Avec Sam. Il y a longtemps. » Cela a au moins le mérite d'être clair. Aubrey détourne brièvement le regard, à peine capable de soutenir celui de Marlon. Elle ne veut pas le décevoir et encore moins le blesser ... Elle a pourtant le sentiment qu'il est trop tard pour cela. Elle lève les yeux, osant enfin croiser ceux de son petit-ami. « C'était une erreur tu sais, rien d'important. Ça ne signifiait rien. Rien du tout. » Elle l'aime bien, Sam, mais pas comme ça. Définitivement pas comme ça. Alors qu'avec Marlon ... tout est différent. Et il est hors de question que tout soit gâché pour cette histoire stupide et sans importance. Ne lui reste plus qu'à attendre, anxieusement, la réaction de l'homme qui se trouve en face d'elle, sur les nerfs. Dans l'espoir - un peu vain, il est vrai - de le calmer et de lui faire comprendre ce que ses lèvres ne sont, jusque-là, pas parvenus à lui dire, elle pose sa main sur son bras, juste au-dessus de son coude. C'est de lui dont elle a besoin. Lui et seulement lui.

made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas


Invité
you're in savannah


gardens
flowers



MessageSujet: Re: past is a freaking ghost (ft Marlon/hot)   Lun 25 Mai - 15:58



past is a freaking ghost



Quelle merde, j'aurais du fermer ma gueule, bordel de curiosité malsaine. Quoi que, ne rien savoir m'aurait bouffé aussi mais ce qu'elle s'apprête à me révéler va m'atteindre à un point que je ne soupçonne même pas. Elle est floue, elle est distante soudainement, comme si elle allait m'annoncer que quelqu'un était mort, mal à l'aise comme c'est pas permis et cela a le don de me stressé. Alors lorsque me dit qu'il s'est déjà passé un truc avec mon meilleur ami, je n'entend même pas la suite de ses propos, je suis déjà parti loin, là où j'aurais voulu ne jamais aller. Rien que l'idée que donne envie de gerber mon repas de ce matin. Je la regarde plus, je suis ailleurs, le poing serré et ces propos pour me rassurer n'ont aucune effet. Ma colère prend le dessus. Je finis par reprendre pieds, non sans difficultés et je regarde Aubrey. "Un truc ?" Appeler ça un truc rend la chose tellement futile alors que ce n'est pas le cas, c'est mon meilleur ami. Aubrey et mon meilleur pote ? Je n'arrive pas à savoir à qui j'en veux le plus, après tout, Aubrey avait le droit d'avoir une vie sexuelle, elle ne savait rien de mes sentiments et je ne vois pas pourquoi Sam serait hors limites, seulement voilà, ma colère envers elle est clairement irraisonnée mais bien présente. Quant à ce petit con de Sam, il a connaissance de mes sentiments, il sait ce que je ressens pour elle depuis des années. Je comprend vraiment pas sur ce coup là, comment a t-il pu me trahir comme ça, juste pour un coup d'un soir.   "C'était quand ?" lâchais je froidement, le romantisme dont je pouvais faire preuve avant s'étant complètement évaporé. Cette petite révélation vient clairement de gâcher notre weekend et j'ai l'impression qu'elle vient de piétiner mon cœur.

Putain de lâche, Sam n'a même pas été capable de m'avouer qu'il s'était tapé la femme de mes rêves. Et puis Aubrey ? Je lui en veux terriblement de ne pas avoir songé à l'impact que cela pourrait avoir sur moi. Jamais je ne me suis tapé une de ses amies proches. C'est un peu comme si j'en venais à coucher avec Athéna, ça se fait pas c'est tout merde. Me voilà maintenant avec des millions d'images qui me parcourent le cerveau, je m'en serais bien passé je l'avoue. Elle s'est approché et n'est plus qu'à un pas, elle parvient d'ailleurs à poser sa main au niveau de mon coude. Comme si son toucher me brûlait, je retire mon bras à une vitesse éclair, reculant d'un pas en arrière par la même occasion. "Faut que je prenne l'air !" Certes, il pleut des cordes mais à cet instant, c'est le cadet de mes soucis, d'ailleurs, je pourrais très bien me reprendre une saucée que je m'en foutrais. Ma réaction est carrément excessive et je le sais mais je n'arrive pas à faire autrement, c'est d'ailleurs pour cette raison que je rejoins le porche devant l'entrée pour m'allumer une cigarette et tenter de me détendre. Je passe une main sur mon visage rageur et je sors le briquet de la poche arrière de mon jean, c'est toujours là qu'il se trouve. La première bouffée de la malboro qui s'insinue en moi me fait un bien fou, ça faisait un bout de temps que je n'avais pas autant apprécié une cigarette. J'ai envie de hurler mais je m'abstiens, même si y'a personne aux alentours.

made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas


Invité
you're in savannah


gardens
flowers



MessageSujet: Re: past is a freaking ghost (ft Marlon/hot)   Lun 25 Mai - 18:30



past is a freaking ghost



Sous les yeux affolés d'Aubrey, le visage de Marlon perd toutes ses couleurs. Aussitôt, elle comprend qu'elle avait raison d'imaginer que ses révélations auraient un impact certain - et négatif - sur eux. Sur ce moment. Bien sûr qu'elle regrette ce qui s'est passé avec Sam. C'était une erreur stupide mais qu'elle pensait sans grande importance. Après tout, elle ne savait pas ce que ressentait réellement Marlon pour elle et elle ... n'avait même pas songé que cela pourrait le déranger outre-mesure. Enfin, si, peut-être au moins un peu. Aurait-elle apprécié qu'il couche avec sa meilleure amie ? Sans doute pas. Mais, égoïstement, elle s'était dit que, puisque les choses ne se sont pas mal passées entre Sam et elle, cela ne comptait pas vraiment. Marlon n'aurait même jamais dû l'apprendre. Depuis, bien des points ont changé. A commencer par les sentiments qu'elle a envers lui. Ce n'est quand même pas le moment de lui en faire part, hein ? Elle aurait peur d'aggraver la situation ou de mettre les pieds sur un terrain glissant. Il pourrait s'imaginer qu'elle se force à lui dire tout ça pour le calmer, alors que ce n'est pas le cas. Et puis ... elle n'avait pas envisagé que les choses puissent se dérouler de cette façon. Si elle doit lui dire qu'elle l'aime - et elle le fera -, elle veut que ce soit dans un contexte plus ... propice à ce genre de révélations. Pas comme ça, alors qu'il est vraisemblablement très énervé. « Je ne sais pas ... quelques mois, un an peut-être. » Est-ce que ça changera quoi que ce soit ? Non, vraiment pas. Le visage de Marlon est toujours aussi fermé, et tous ses muscles semblent tendus.

Alors, en désespoir de cause, Aubrey tente de le rassurer et de lui faire comprendre à quel point cela n'a eu aucun impact sur elle. Ce n'était qu'une nuit un peu arrosée, elle était désespérée, et leurs corps ont fait le reste. Bref, cela n'avait rien d'extraordinaire, c'était même pitoyable à bien y repenser et Aubrey estime que cela appartient au passé depuis ... et bien, toujours. Ils sont même devenus bons amis, avec Sam. Il ne doit pas ... réagir comme ça. Mais c'est sans compter sur la jalousie naturelle de Marlon, qu'elle a déjà connue mais pas dans une situation comme elle-là cela va de soit. Il recule comme si le contact de la jeune femme l'avait brûlé. « Marlon, attends ! » Mais trop tard, la porte d'entrée claque déjà. Et Aubrey reste immobile, comme anesthésiée, pendant de longues secondes. Une minute, peut-être. Il lui faut au moins ce temps-là pour réaliser pleinement ce qui vient de se passer. Ce n'est que là que les larmes affluent en masse dans ses yeux, sans pour autant couler. Elle est trop ... abasourdie pour cela. Et puis, peu à peu, la tristesse laisse place à la colère. Enfin, c'est surtout un sentiment d'injustice qui prédomine, qui dompte le reste de ses émotions. Elle n'est pas très lucide, pas assez détachée de la situation pour voir le point de vue de Marlon. Toujours est-il qu'elle va à son tour vers la porte d'entrée et l'ouvre sans aucune délicatesse. Elle aurait eu l'air stupide s'il n'avait pas été là ... heureusement, elle a tôt fait de le repérer et de le rejoindre. « Tu n'as pas le droit de me reprocher quelque chose d'aussi insignifiant, Jones. C'était bien, bien avant que je sache ce que tu ressentais pour moi. » Elle doit avoir l'air d'une folle, avec ses cheveux toujours mouillés et, du coup, en pagaille mais elle s'en contre-fout. Elle est énervée contre Marlon et, en même temps, terrifiée. Tout ne peut pas être gâché de manière si stupide, hein ? « Je ne savais pas. » Ignorant sa raison qui lui souffle de rester en retrait, Aubrey s'approche de lui jusqu'à être à sa hauteur et, par la même, en capacité d'agripper sa nuque. Désespérée, elle s'empare de ses lèvres. C'est dingue, il y a quelque temps en arrière, c'était la situation inverse avec, à la place de Sam, l'ombre de Paige qui planait entre eux. Réussiront-ils un jour à arrêter d'agir de la sorte ? Par contre ... elle déteste vraiment l'odeur de la clope qu'est en train de fumer Marlon.

made by pandora.




Revenir en haut Aller en bas


Invité
you're in savannah


gardens
flowers



MessageSujet: Re: past is a freaking ghost (ft Marlon/hot)   Lun 25 Mai - 21:21



past is a freaking ghost



Je sors en trompe, claquant au passage la porte en bois, sans l'abimer, heureusement pour moi. Dehors, je fume, trop vite d'ailleurs, ça ne me monte pas à la tête puisque j'en ai l'habitude. D'ailleurs, si je ne me trompe pas, c'est la première fois que j'ai envie de fumer alors qu'elle est à mes côtés depuis ce début de relation. Elle est devenue ma drague et quand je suis avec elle, je n'en ai pas besoin, sauf là, puisque ma colère prend le dessus. Je passe une main dans mes cheveux en bataille, je monte en pression tout seul pour un truc plutôt stupide. Seulement je suis bien incapable de prendre du recul face à la situation.   "J'ai pas le droit ?" Je fronce les sourcils, c'est la meilleure celle là, j'ai pas le droit d'être jaloux ? De ne pas supporter l'idée que mon meilleur ami, celui avec qui j'ai tout partagé depuis le lycée ait posé ses mains là où moi je les ai posés ? Qu'il l'est embrassé et qu'il... Raah merde, je serre le poing, elle comprend pas je crois... Elle n'a pas conscience de ce que cette "petite" révélation engendre dans mon cerveau. Elle est loin, trop loin de ma façon de penser pour le comprendre je suppose. Elle ajoute qu'elle ne savait pas et je me tourne alors vers elle. "Lui il savait..." Tout le problème est là, Sam était au courant et le sentiment de trahison fait mal. Jamais je n'aurais pensé qu'il puisse me faire un truc pareil. Parce que dans le fond, c'est pas nécessairement à elle que j'en veux même si j'aurais aimé qu'elle se retienne d'écarter les jambes pour Sam mais je ne peux foncièrement pas lui dire une telle chose où elle me couperait les couilles sur le champs. Je suis juste en colère, elle doit me laisser le temps de redescendre de mon nuage gris, le temps d'assimiler une telle nouvelle.

Je n'ai pas le temps d'ajouter quoi que ce soit qu'elle se jette littéralement à mon coup, aspirant presque la fumée qu'il me restait dans la gorge au passage. Je suis jaloux, elle est jalouse, on s'en sortira jamais de tout ça à ce rythme là. Je lève les yeux au ciel. On croit se connaitre mais finalement, on s'est plantés, parce qu'on ne s'est jamais connu amoureux l'un de l'autre et lorsque cela arrive, les choses évoluent, changent de A à Z. Est ce qu'on se relèvera de ce changement, est ce que notre amour sera plus fort que tout ça, je l'espère en tout cas parce que j'ai parfois le sentiment que tout se met en travers de notre route. Le baiser, largement prolongé par mes soins se termine et elle recule très légèrement pour me fixer du regard. "Pourquoi tu ne m'as rien dis ?" Je baisse la tête. "Est ce que c'est parce que tu ... Enfin, tu l'aimais bien ?" J'ai trop donné et trop vite, je l'aime comme un dingue et ça me joue des mauvais tours, la preuve, aujourd'hui je suis bien incapable de prendre le recul nécessaire. J'agis de façon totalement disproportionnée, après tout, le délire est le même avec Paige et elle n'en a pas fait tout un plat. Même si finalement, le cas n'est pas complètement similaire, la tromperie de mon meilleur pote me reste en travers de la gorge. Je suis un nerveux en plus de ça, je suis du genre à m'emporter pour rien, j'agis avant de réfléchir et ça ne porte pas ses fruits à chaque fois. Je jette ma cendre à l'extérieur et je fourre le mégot dans ma poche avant de lui trouver un emplacement adéquate. Ceci dit, je n'ai aucune envie de tout ruiner à cause d'un détail aussi insignifiant comme elle semble le croire. Sauf que ça ne l'est pas réellement, Sam m'a déçu et je ne sais pas si je pourrais encore le regarder en face en sachant qu'il a voulu me cacher ça. Surtout que les voir dans la même pièce risque de me rendre fou.

made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas


Invité
you're in savannah


gardens
flowers



MessageSujet: Re: past is a freaking ghost (ft Marlon/hot)   Mar 26 Mai - 18:51



past is a freaking ghost



C'est dingue comme les choses peuvent dérailler très vite ... Aubrey aurait dû se douter que cela déplairait totalement à Marlon. Dans le fond, elle le savait très bien ; sinon, elle n'aurait pas autant appréhendé de lui dire. La réaction de Marlon lui semble disproportionné mais, en même temps, prétendre qu'elle n'a jamais ressenti ce sentiment de trahison serait mentir. Elle se rappelle très l'impression de vertige et l'envie de vomir lorsqu'elle s'est retrouvée face à un Marlon occupé à embrasser Paige. Putain ... Cette seule idée lui file des nausées. Elle doit s'ôter cette image de sa tête ... mais c'est plus facile à dire qu'à faire. Elle revient encore ce qu'elle a vu le jour où elle a découvert qu'ils couchaient ensemble. Beurk. « Oh ... » En effet, cela change pas mal de chose. Aubrey comprend à quel point il peut se sentir doublement mal. Sam était donc au courant ... Est-ce qu'il avait trop bu ce soir-là ? C'est fort possible, et ça ne l'étonnerait même pas à vrai dire. Cette découverte, loin de rassurer Aubrey, la met dans un état de panique encore plus intense. Il ne va quand même pas tout lui reprocher à elle, hein ? Elle ne peut pas s'imaginer le perdre. Pas maintenant. C'est devenu si fort entre eux ... Emportée par la peur de le perdre, la jeune femme s'empare des lèvres de Marlon, sans plus se soucier de l'odeur et le goût désagréable de la cigarette qui y traîne encore. Elle a tellement besoin de lui. Tellement peur de le perdre. Elle a l'impression qu'un poids est ôté d ses épaules lorsqu'elle prend conscience du fait qu'il approfondit le baiser sans opposer une quelconque résistance.

Mais ce n'est pas encore suffisant. Et lorsqu'ils sont forcés par la nature de s'écarter, Aubrey reste aussi proche de lui que possible - tout en reculant assez pour pouvoir le regarder dans les yeux -, ignorant la fumée de la cigarette et les désagréments qui vont avec. Elle est collante, il est vrai. Mais il doit bien le savoir, non ? Elle a toujours été comme ça, même lorsqu'ils n'étaient encore "que" des meilleurs amis ; toujours à avoir besoin d'être rassurée, besoin de sentir qu'il tient à elle et qu'il n'y a aucun problème pour entraver leur relation. En l'occurrence, ce n'est pas un petit quelque chose, Marlon pourrait bien lui en vouloir encore très longtemps. Alors qu'elle, elle crève d'envie qu'il lui pardonne. Là, tout de suite, sur le champ. « Quoi ?! Non ! Je ne t'ai rien dis parce que justement, ça n'avait pas d'importance. Une erreur complètement absurde. Que j'aurais dû ... éviter à tout prix. » Mais il est vrai que, sur le coup, elle n'a pas songé aux éventuelles conséquences. Bon sang, qu'elle a été stupide ... « Je suis désolée ... tu as parfaitement le droit d'être énervé. » A contre-cœur, elle s'écarte complètement de lui. Il a besoin d'espace, non ? C'est bien pour cette raison qu'il est venu là fumer sa clope ? Maintenant qu'elle a plus d'informations, elle comprend qu'il puisse se mettre hors de lui. Même si c'est loin d'être ce qu'elle veut ... « Tu veux que j'aille t'attendre à l'intérieur ? » Aubrey tâche de garder un visage neutre, son but n'est pas de l'amadouer pour obtenir ce qu'elle veut ce n'est pas de cette façon qu'ils avanceront, alors qu'elle meurt d'envie de lui hurler qu'il ne doit pas lui en vouloir. Les bras ballants, encore un peu abrutie par tout ce qui vient de se produire en si peu de temps, elle fixe Marlon. Désespérée à l'idée qu'il lui en veuille beaucoup trop pour répondre non, et définitivement pas prête à lui avouer ses sentiments. Le moment est de toute façon très mal choisi, non ? Il croirait sans doute qu'elle le manipule pour le faire oublier tout ça. Ce n'est pas l'objectif recherché.

made by pandora.




Revenir en haut Aller en bas


Invité
you're in savannah


gardens
flowers



MessageSujet: Re: past is a freaking ghost (ft Marlon/hot)   Mar 26 Mai - 20:08



past is a freaking ghost



Finalement, tout ce qu'Aubrey a fait, c'est prendre du bon temps avec un homme qui doit lui plaire physiquement -même si cette idée me fout la gerbe- et avec qui elle s'entend bien. Je suis mal placé pour juger alors que j'ai couché avec ma colocataire pendant des mois juste parce que je devais assouvir des besoins primaires, alors bon, l'engueuler pour cette simple erreur serait mal vu de ma part. Sauf que c'est plus fort que moi, je suis en colère, je me sens trompé, bafoué et ce sentiment n'est pas prêt de s’évaporer. Je répond à son baiser parce que je sais que ce n'est pas légitime, elle a raison, je ne peux pas lui en vouloir alors qu'elle ne savait rien, c'est trop con et égoiste. En fait, c'est à Sam que j'en veux, ce crétin savait, il a toujours su que je nourrissais des sentiments pour ma meilleure amie, c'est d'ailleurs lui qui me l'a fait remarqué, alors j'ai du mal à comprendre sa trahison. Ceci dit, il entendra parler de moi et une excuse de merde du genre: j'étais bourré ne fonctionnera pas. Je me demande même si notre amitié survivra à une telle révélation. Tu m'étonnes qu'il est choisit de ne rien me dire. Putain de merde. Pour faire un truc pareil, il n'en a vraiment rien à foutre de ma gueule parce qu'il est impossible que l'idée ne lui ai pas traversé l'esprit à l'instant où il s'est enfoncé en elle. Elle me rassure, m'explique que ce n'était qu'une erreur de parcourt, qu'elle se fiche pas mal de Sam, enfin de cette façon en tout cas car je suppose qu'il est son ami.

"Reste !" fis je alors à la jeune femme qui s'apprête à rentrer. Croyant sans doutes que j'en ferais la demande. Non, je préfère qu'elle reste, je me suis emporté et même si cette histoire est loin d'être réglée de mon côté, je ne veux pas gâcher notre weekend en amoureux et encore moins notre histoire. Finalement, c'est pas vers elle que ma colère est dirigée et il serait injuste de ma part de me servir de la frêle jeune femme comme d'un punching ball, elle ne le supporterait pas longtemps en plus, parce qu'elle est trop fragile pour encaisser. Aubrey n'est pas aussi forte qu'elle n'y parait, elle peut tomber à tout moment et l'aimer c'est aussi vouloir la protéger. Je m'approche alors d'elle pour la prendre dan mes bras, les muscles encore tendus par la nervosité et je dépose un baiser sur son front. "C'est pas à toi que j'en veux." Je ne m'excuse pas vraiment, trop fier mais elle comprend que je fais un pas vers elle en me comportant ainsi et j'espère que ça lui suffira comme excuses. J'ai envie d'une chose et une seule à cet instant, prendre la voiture jusqu'à l'appartement et casser la gueule de mon meilleur pote. On s'était pourtant promis de ne jamais se porter préjudice, de ne jamais laisser une fille s’immiscer dans une si belle amitié et voilà, tout part en poussières en une fraction de seconde. Je fixe l'horizon un instant, silencieux, dans mes pensées. "T'as froid, viens on rentre !" fis je simplement avant de pousser la porte d'entrée à nouveau pour fouler le sol de la maison de vacances à nouveau alors qu'elle frissonne, l'émotion ou la fraicheur apportée par la pluie, j'en sais trop rien. C'est peut être parce ce que ces vêtements sont encore trempés. "Tu devrais aller prendre une douche et mettre des vêtements chauds." je souris doucement, j'essaie de pas y penser, de le sortir de ma tête.

made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas


Invité
you're in savannah


gardens
flowers



MessageSujet: Re: past is a freaking ghost (ft Marlon/hot)   Mar 26 Mai - 22:44



past is a freaking ghost



Aubrey ne supporte pas l'idée qu'elle pourrait perdre Marlon si facilement. Quand ils étaient amis, elle avait un peu peur de cela sans pour autant en faire une affaire d'état. Après tout, tout allait bien pour eux. Ils s'entendaient toujours aussi bien, se retrouvaient souvent pour entretenir leur amitié etc. Mais maintenant qu'ils sont en couple - ou en tout cas qu'ils le sont plus ou moins -, c'est différent. Tous se sentiments sont décuplés, à l'image de ses angoisses. Celles-ci ne sont pas nécessaires la plupart du temps, rarement fondées sur des raisonnements logiques mais c'est comme ça. Elle ne peut rien faire contre cela si ce n'est essayer de se battre et de les tenir à distance. Ce n'est pas simple, ça ne l'a jamais été. Aubrey est une stressée de nature, et encore plus lorsque cela concerne des personnes auxquelles elle tient tant. Il y a Marlon, mais aussi Athéna dans ce cas-là. Aussi, elle est on ne peut plus soulagée qu'il lui dise finalement de rester. Elle était prête à retourner là-bas, elle était même en train de le faire à vrai dire, pour lui laisser un peu de temps. C'est ce dont il a besoin, elle s'en doute. Et même si elle déteste devoir en arriver là, elle ne veut pas tout gâcher en se montrant trop collante. Heureusement, la question ne se pose pas / plus : Marlon lui demande de rester, avant de la prendre dans ses bras. Un soupir de soulagement à peine audible lui échappe. « Désolée quand même, ce n'était pas vraiment le moment idéal pour t'apprendre un truc pareil. » Ah ça, non. Elle aurait préféré qu'il ne le sache jamais - même si cela aurait très bien pu s'apparenter à un mensonge et ce n'est pas génial pour entretenir une relation saine - ou qu'il l'apprenne ... à un autre moment. D'une autre manière.

Là, ça a été abrupt, soudain. Maintenant que c'est fini, Aubrey comprend encore mieux sa réaction. Elle aurait fait pareil si les rôles avaient été inversés ... Cette jalousie qu'il ressent, et qu'elle a aussi ressenti prouve à quel point ils tiennent l'un à l'autre. Mais cela prouve aussi qu'ils peuvent se faire du mal en un claquement de doigts. Et c'est terrifiant. Le silence s'installe, plus tranquille qu'autre chose. Et, dans l'étreinte de Marlon, Aubrey parvient à se détendre, à oublier un peu ce qui vient de se passer. Elle sent que ce n'est pas le cas de son petit-ami. Il est toujours sur les nerfs, bien que calmé par rapport à elle. Tant mieux, elle n'aurait pas supporté qu'il lui fasse la gueule plus longtemps que nécessaire. Et toute cette histoire ne l'empêche pas de se montrer toujours aussi attentionné avec elle. Un sourire béat aux lèvres - les choses s'arrangent plus vite qu'elle ne l'avait craint -, Aubrey suit Marlon jusqu'à la petite maison. Heureusement pour eux, il ne pleuvait plus ... pour l'instant. Et maintenant qu'il lui dit, la jeune femme se rend compte qu'elle grelotte à moitié. C'est un coup à tomber malade ça. « Oui je vais faire ça. Tu mes les lasagnes au four ? » Cela fait un bien fou de retrouver un semblant de normalité, même si elle se doute que les miracles n'existent pas et que Marlon risque fort de ne rien, absolument rien, oublier de tout ça. Elle préfère vivre dans l'illusion, que voulez-vous. Aubrey l'embrasse de nouveau avant de filer jusqu'à la douche. Pour une fois, elle ne traîne pas. Cette sordide histoire lui a retourné l'estomac et elle veut retrouver Marlon au plus vite. En vingt minutes à peine, elle est douchée et vêtue de son pyjama habituel - à savoir un bas de jogging et un débardeur on ne peut plus simple -. Elle rejoint Marlon au plus vite, profitant de l'odeur de leur futur repas. « Dis, un jour tu me feras des lasagnes toi-même ? » Cela doit être largement meilleur et Marlon aime bien cuisiner alors pourquoi pas ? « On mange sur le canapé ? » Ils peuvent peut-être regarder un film mais là, tout de suite, Aubrey a juste envie d'être avec lui. Qu'il y ait un film ne changerait rien, puisqu'elle ne le regarderait sans doute pas. Mais s'il le veut, elle se pliera à sa volonté sans soucis. Pour se faire pardonner pour de bon ? Oui, sans doute.

made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas


Invité
you're in savannah


gardens
flowers



MessageSujet: Re: past is a freaking ghost (ft Marlon/hot)   Mer 27 Mai - 11:28



past is a freaking ghost



Elle est belle, là, avec ces cheveux en bataille et en proie avec ces émotions. Je comprend qu'elle soit plutôt mal à l'aise avec tout ça, à vrai dire, je réalise à cet instant ce qu'elle a pu ressentir en me voyant avec Paige alors je lui pardonne volontiers. Je sais qu'elle n'a jamais cherché à me faire du mal, bien au contraire, elle s'est toujours montrée douce et gentille avec moi. Les qualités qui ont fait que mon amour pour elle a grandit, un peu plus chaque jour. C'est vrai quand j'y pense, de nos jours, il est très rare de trouver des bonnes personnes, des filles comme Aubrey qui émane gentillesse et bonté. Parce qu'elle se couperait le bras pour sauver quelqu'un ou elle filerait un rein pour sauver un gamin d'un cancer même si elle le connait ni d’Eve ni d’Adam et ça, c'est vraiment pas donné à tout le monde. Bref, je la prend dans mes bras pour lui laisser entendre que je ne lui en veux pas du tout. On rentre parce que je la sens frissonner sous moi, en même temps, elle est trempée et la conversation que l'on vient de vivre était pleine d'émotions contradictoires, toutes un peu difficile à gérer alors forcément. "Il n'y a pas de moment idéal pour un truc pareil, et puis, c'est lui qui aurait du me le dire !"  Elle doit sentir ma colère encore présente. Après tout, déjà que le fait de commettre l'erreur était impardonnable mais pourquoi me le cacher. Il aurait quand même du se douter que je l'aurais apprit un jour où l'autre de toutes façons. Quel gros con. J'arrive pas à y croire. Ca peut sembler anodin mais ça remet toute notre amitié en question.

Elle ne m'en veut pas pour cette jalousie plus que disproportionnée, c'est juste que je l'avais dit à Hardin, il savait très bien à quoi s'en tenir, c'était la seule fille au monde qui était off limite. Il faut être vraiment égoïste quand même pour faire un truc pareil et gâcher une amitié à cause d'une nuit. A moins que lui aurait des sentiments pour elle et qu'il n'est rien osé m'avouer ? Non, c'est impossible, il ne donne pas vraiment dans les histoire d'amour. "je m'en occupe !" fis je dans un sourire alors qu'elle s'éloigne de moi pour aller se changer dans la chambre. Je prend le plat de lasagnes et je l'enfourne avant de mettre le thermostat et le four en marche. C'est un vieux four, je suis même étonné qu'il fonctionne encore. Je n'ai plus vraiment faim en même temps et pour moi, je vous assure que c'est vraiment très étonnant. Je suis un véritable ventre sur pattes en temps normal alors autant vous dire qu'il faut que je sois vraiment remué pour ne pas avoir envie de grignoter. Je préfère ne rien dire, histoire de ne pas aggraver la situation ou jouer les rabats joies. Simplement parce que je souhaite que ce weekend se termine mieux qu'il a commencé. Je me tourne vers elle alors qu'elle revient après s'être changée. "Bien sur. je pourrais même t'apprendre si tu es sage." Je me mordille la lèvre, elle est mignonne comme tout, même dans ce qui lui sert de pyjama. "Ce sera prêt que dans une trentaine de minutes, mais oui, on pourra manger sur le canapé si tu veux." C'est souvent ce que l'on avait l'habitude de faire, manger devant un truc débile à la télé, parfois en se battant pour la télécommande parce qu'on était pas d'accord sur le programme. En fait, on était un vieux couple avant même de sortir ensemble. Je m'approche d'elle, pose mes mains sur sa taille et je dépose un petit baiser sur ses lèvres.
made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas


Invité
you're in savannah


gardens
flowers



MessageSujet: Re: past is a freaking ghost (ft Marlon/hot)   Jeu 28 Mai - 21:52



past is a freaking ghost



Marlon est toujours très énervé. Il n'est pas difficile de le savoir, Aubrey le connaît par cœur. Avant de filer sous la douche, elle a le temps de sentir que ses muscles sont toujours tendus, qu'il est fébrile. Il doit mourir d'envie d'aller retrouver Hardin pour lui mettre son poing dans la gueule ... heureusement, il ne met pas à exécution son potentiel plan. Et quand Aubrey revient auprès de lui, une fois douchée et au sac, il est bel et bien en train de réparer en train de préparer leur repas. Ou, en tout cas, l'a déjà fait. Il n'a pas profité de son absence pour fuir et partir à la recherche de son meilleur ami ... c'est déjà ça. « Je suis toujours sage. » Lance-t-elle en insistant bien sur le "toujours". Bah quoi ? C'est tout à fait vrai. Un sourire malicieux vient étirer ses lèvres, sourire qui s'agrandit un peu plus encore lorsqu'elle se met à observer son visage avec plus d'attention. Sait-il seulement l'effet qu'il lui fait ? Un sourire, un regard et elle tombe à ses pieds. Littéralement ... ou presque. Ses pensées sont totalement détournées de là lorsqu'il lui indique combien de temps ils vont devoir attendre avant de pouvoir manger ... Une trentaine de minutes ? Oh mon dieu. C'est que ça l'a creusée, tout ça. Elle meurt de faim. Cela dit, elle a une petite idée de comment faire passer le temps plus vite. Elle en a besoin et quelque chose lui dit que Marlon aussi. Elle profite d'avoir ses lèvres pressées contre les siennes pour approfondir le baiser tout en glissant ses mains derrière de sa nuque. Dire qu'elle pourrait le perdre si facilement. Après une petite dispute de rien du tout, un malentendu. Tout est prétexte à une séparation.

Aubrey a, certes, grandi au sein d'une famille aux parents sains et unis, cela ne l'empêche pas d'avoir conscience de la dure réalité des choses. Les couples qui durent ne sont que trop peu nombreux. C'est terrifiant. Et c'est un peu désespérée qu'elle l'embrasse. Une fois de plus, la réalité la ramène sur terre ; elle a besoin de respirer ... et Marlon également. Leurs lèvres se séparent et la brune recule le visage, juste assez pour pouvoir le regarder, un sourire aux lèvres. « Une trentaine de minutes ? C'est plus qu'il ne nous en faut. » Elle aurait un peu honte de l'avouer mais Aubrey veut faire se dissiper les dernières appréhensions qu'elle a. Oui, Marlon est sans doute encore tout retourné par cette révélation inattendue. Mais non, il ne lui en veut vraiment pas ; il n'est pas du genre à lui mentir, pas du genre non plus à la blesser intentionnellement. S'il en a la possibilité, il fera toujours tout pour arranger une situation qui s'avère délicate ... elle en est persuadée. Seulement, Aubrey ne serait plus Aubrey si elle n'avait pas continuellement des doutes. « C'est moi qui ai le contrôle de la télécommande ce soir ? » Demande-t-elle entre deux baisers, désireuse de voir l'atmosphère se détendre pour de bon et aussi de s'assurer qu'il n'y a plus le moindre souci entre eux. Et puis ... elle a envie de le taquiner aussi. Maintenant qu'elle a - presque - la sensation que les tensions sont retombées, elle veut en profiter pour retrouver une partie de leur relation d'antan. Le mieux à faire, c'est d'oublier toute cette histoire. Au moins pour le reste du week-end, parce qu'elle sent que Marlon n'est pas prêt de ne plus penser du tout à tout ça ...

made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas


Invité
you're in savannah


gardens
flowers



MessageSujet: Re: past is a freaking ghost (ft Marlon/hot)   Ven 29 Mai - 16:06



past is a freaking ghost



Cette histoire est loin d'être terminé de mon côté et elle doit sans doutes le sentir. Simplement parce que je ne pardonnerais pas cet affront à mon meilleur pote aussi facilement, ce crétin s'est comporté comme un connard et un lâche. Je lui en veux presque au point de me barrer pendant qu'elle se douche pour lui mettre mon poing dans la gueule, dire que cette pensée ne m'a pas effleurée l'esprit serait mentir. Je respecte sans doutes trop ma petite amie pour lui faire une telle chose et puis je n'ai aucune envie de gâcher notre premier weekend tous les deux même si je suis plus vraiment d'humeur romantique. "Oh non, tu n'es pas toujours sage, c'est ce que tu voudrais faire croire aux autres. Tu te souviens de la fois où tu as fais le mur pour aller à cette Rave party. Tu n'étais pas très sage à cet instant..." Je souris, mes nerfs se détendent peu à peu, j'essaie de faire en sorte tout cas. Elle revient rapidement alors que j'ai mit le plat au  four. Je sais que la vie de couple est fragile, que tout peut s'effacer en une fraction de seconde. Il suffit de regarder le nombre de divorces qui continu sa croissance. Faut dire que plus rien n'est sacré aujourd'hui dans le mariage, j'ai vu des couples se demander en mariage en sachant à l'avance que leurs histoires battait de l'aile, comme si la magie d'une simple journée allait réglé les problèmes entre eux. A d'autres moments... C'est la vie qui sépare les gens qui s'aiment. Mes parents par exemple n'ont pas demandé à se quitter, elle a périt dans d'atroces souffrances et mon père ne s'en est jamais remit. Je l'ai pas toujours comprit mais je crois qu'aujourd'hui, je sais ce qu'il ressent, si j'en venait à perdre Aubrey, ma raison de vivre s'envolerait avec elle. Le dicton est finalement vrai: un seul être vous manque et tout est dépeuplé.

On s'embrasse, oubliant presque de reprendre notre souffle. J'esquisse un sourire et je répond: "Plus qu'il n'en faut pour faire quoi ?" Je sais très bien de quoi elle parle, je ne suis pas naif mais j'aime l'idée de l'entendre me dire qu'elle a envie de moi. Alors oui, je me montre narquois et si il y a bien une chose qui pourrait me distraire et me faire oublier un peu cette histoire sordide, c'est ça. En espérant que des images ne me viennent pas en plein milieu. Oh mon dieu merde, je dois arrêter de penser à ça, vous imaginez la vision d'horreur. Elle m'embrasse à nouveau et je me laisse aller sous ses caresses, envahie par son désir d'aller plus loin. Je l'aime, tout le temps, à en crever, c'est fou d'aimer autant. Dangereux aussi puisque ça pourrait me détruire complètement. Je lui ai donné la clé de mon cœur, elle a aujourd'hui les pleins pouvoirs, elle est en capacité de me rendre le plus heureux des hommes mais elle peut aussi me rendre complètement minable. "Hum, trop risqué de te laisser choisir le programme, je vais me taper Dirty Dancing ou un truc dans le même genre." Je frôle mon nez contre le sien. "Et pis, tu l'as sous entendu, on a bien mieux à faire que de regarder la télé." Mes mains se posent sur ses hanches et je la colle contre moi. Mes muscles se détendent un peu.
made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas


Invité
you're in savannah


gardens
flowers



MessageSujet: Re: past is a freaking ghost (ft Marlon/hot)   Sam 30 Mai - 18:32



past is a freaking ghost



Marlon n'oublie pas, Aubrey le sait très bien. En revanche, elle a bon espoir de le voir penser à autre chose ... Elle ne peut pas faire de miracle, cela dit. Ce qui ne l'empêchera pas d'essayer et d'y arriver, têtue comme elle est. « Ce n'est pas ne pas être sage, c'est ... être déterminée. » Bah quoi ? Elle voulait y aller à cette Rave Party. Et si elle n'avait rien demandé à ses parents, c'est parce qu'elle savait que leur réponse serait un non catégorique. Autant dire qu'elle avait plutôt intérêt à filer en traite sans éveiller leurs soupçons au préalable. Enfin, elle sait que Marlon ne fait rien d'autre que la taquiner ... et il ne s'arrête pas au si bon chemin. Comme s'il n'avait rien compris à ce qu'elle sous-entendait ! Plutôt que de lui répondre, Aubrey affiche un sourire malicieux juste avant de s'emparer de nouveau de ses lèvres. Est-ce qu'elle a vraiment besoin de le dire à voix haute ? Il l'a compris et elle n'est pas habituée à ce genre d'aveu. Peut-être parce qu'elle est trop coincée, peut-être parce qu'une partie de son éducation est encore là, quelque part dans son esprit. Toujours est-il qu'elle préfère le montrer plutôt que de le dire. « Bien mieux à faire ? Comme quoi ? » A son tour, elle le taquine. C'est tout à fait légitime, n'est-ce pas ? Chacun son tour. Par contre, elle n'oublie pas ce qu'il vient de lui dire. Quoi ?! Il n'a donc aucunement l'intention de lui laisser le pouvoir sur la télécommande ? C'est dingue ! Elle a pourtant des goûts fabuleux.

Collée contre lui, le nez touchant celui de Marlon, Aubrey sourit de plus bel. « C'est très bien Dirty Dancing ... » Ce n'est pas de sa faute si Marlon n'aime pas ce genre de films pourtant exceptionnels. Mais sa voix n'est déjà plus qu'un murmure ... elle a bien du mal à rester concentré sur le moment présent alors qu'ils sont si proches. Quoi qu'il se passe entre eux, la jeune femme est désormais certaine qu'elle ne pourra plus se passer de lui. Il lui était déjà vital autrefois, en tant que meilleur ami mais c'est encore pire maintenant qu'ils sont ensemble - bien que ce ne soit pas officiel -. Le perdre, ce serait presque ... signer son arrêt de mort. Et elle n'a aucune envie de se retrouver au milieu d'une histoire sordide, de deux meilleurs amis qui se font la guerre - et la gueule - parce qu'elle est là. C'est un peu tard pour ça, peut-être ... Mais elle veut essayer de convaincre Marlon que cela n'a pas d'importance. Pas tout de suite, en revanche ; elle est bien trop occupée à autre chose. A profiter de sa présence, notamment. « J'ai envie de toi. » Enfin, elle ose murmurer ces quelques mots qui signifient beaucoup et qui, pour un temps, remplacent une autre phrase beaucoup plus importante. Elle aura tout le temps de lui en faire part plus tard au cours du week-end. De ses mains, Aubrey encadre le visage de Marlon et s'empare de ses lèvres pour un nouveau baiser. Elle veut oublier tout ce qui vient de se passer, quelle meilleure solution que celle-là ? Elle laisse glisser une de ses mains le long de son torse puis sous son tee-shirt. Au moins, ça a le mérite d'être clair, maintenant.

made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas


Invité
you're in savannah


gardens
flowers



MessageSujet: Re: past is a freaking ghost (ft Marlon/hot)   Dim 31 Mai - 19:47



past is a freaking ghost



Déterminée ? Mes fesses oui, elle est surtout bornée comme pas possible et moi aussi alors je vous laisse imaginer la tête de nos disputes, ça finit mal. Parfois même dans la mauvaise foi la plus atroce. Mais on finit toujours par se réconcilier, de toutes façons, on a trop besoin l'un de l'autre pour se faire la gueule. Je la taquine, je joue avec ces nerfs alors que j'ai très bien comprit de quoi elle parlait lorsqu'elle suggérait qu'ils avaient plus de temps qu'il n'en fallait, c'était pas pour jouer à la belote, oh non. Seulement la voir se débattre avec cet aveu est assez jouissif, je l'admet, j'aime l'idée qu'elle me dise qu'elle a envie de moi plus que de tout autre chose. Nos corps se retrouvent souvent l'un contre l'autre ses dernière semaines, comme si l'on ne pouvait plus se passer l'un de l'autre. Physiquement je veux dire, notre relation était déjà fusionnelle avant que l'on se mette en couple.  "Je ne sais pas, mieux comme ça." fis je avant de l'embrasser dans le cou. Je renchéri en lui expliquant que je ne lui laisserais certainement pas la télécommande ce soir, on fera notre choix ensemble, hors de question de me taper une de ses comédies romantiques cucul la praline. Tu m'étonnes qu'elles soient toutes à la recherche de l'homme parfait après ça, les clichés que l'on voit dans ses niaiseries sont improbables. Parce que faut se rendre à l'évidence, le romantisme à outrance, c'est pas crédible dans la vrai vie, la nana aurait plutôt tendance à trouver ça lourd au bout d'un moment. Et puis... Dans la vrai vie, on arrive pas toujours au bon moment et parfois on se trompe. "Bien ? Tu trouve ça bien parce que tu vois Patrick Swayze à moitié à poil pendant tous le film, franchement, le scénario tient sur une ligne !"

Elle se rapproche encore un peu plus de moi, exerçant une pression divine contre mon corps. Et enfin elle le dit, elle a envie de moi. Ces mots ont pour effet de me projeter dans une autre dimension. D'ailleurs le souvenir fâcheux de mon meilleur pote a disparu en quelques secondes. Elle glisse ses mains sous mon tee shirt et m'embrasse tendrement. Je ferme les yeux et me laisse allez au plaisir de ses caresse, c'est drôlement agréable, je l'admet. Je ne tarde d'ailleurs pas a retirer mon tee shirt, pour lui laisser un accès plus large à mes abdominaux. Dessinés et dont je reste assez fier. Les avantages du métier. J'aime sentir son regard désireux contre moi. Je crois que ça m’excite plus que tout le reste de la voir avoir envie de moi. D'ailleurs mon corps est plus que prêt. Je la regarde à mon tour, retirant ce débardeur sans me faire prier. Elle n'a pas de soutien gorge en dessous. Je crois que je ne me lasserais jamais de ses formes, de la regarder, de la sentir contre moi, de la sensation que ces lèvres me procurent. J'ai envie de lui dire que je l'aime mais je ne voudrais pas lui foutre la pression, qu'elle se sente obligée de me répondre quelque chose alors je préfère me retenir. Elle me le dira quand elle sera prête de toutes façons. Il n'y a aucune urgence et je n'attend pas cela avec impatience. C'est plus simple pour moi, après tout, je suis amoureux d'elle depuis toujours et j'en ai prit conscience il y a un paquet d'années. Lui dire n'était que l'étape finale de la démarche.
made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas


Invité
you're in savannah


gardens
flowers



MessageSujet: Re: past is a freaking ghost (ft Marlon/hot)   Lun 1 Juin - 10:56



past is a freaking ghost



Leur relation a évolué de manière très rapide, Aubrey a encore du mal à le réaliser pleinement. Pourtant, elle l'accepte à présent même si elle n'a pas encore trouvé le courage de s'exprimer sur ses sentiments. Il faut dire, aussi, qu'il y a toujours quelque chose pour venir briser leur quiétude. A croire que le monde entier s'est ligué contre eux, contre ce couple. Aubrey est un peu - d'accord, beaucoup - superstitieuse et cela devrait la rebuter, voire l'effrayer mais c'st loin d'être le cas. Quand cela concerne Marlon, elle préfère rester terre-à-terre. Et, en l'occurrence, elle part du principe que cela ne peut que fonctionner entre eux. Et qu'en faisant face à divers problèmes de toute sorte ensemble, ils n'en seront que plus forts. La jeune femme s'est lancée dans pas mal de relations, ces dernières années et, naïve comme elle l'était, elle espérait toujours que cela fonctionne. A chaque fois, elle s'est faite avoir et à chaque fois elle a replongé tête baissée dedans. Avec Marlon, c'est différent. Cela l'a toujours été. Il n'est pas seulement son petit-ami, il a longtemps été son meilleur ami avant ça. Et ils ont toujours été inséparables. Il n'y a pas de raison pour que cela change aujourd'hui. Au contraire, ils n'ont jamais été aussi proches. Et en plus de tout le reste, Marlon est désormais en capacité de la rendre complètement folle de désir. L'inverse est vrai, heureusement. « Jaloux. » Rien que de la taquinerie ; Marlon n'a aucune raison d'être jaloux de Patrick Swayze. Ni de qui que ce soit d'autre, d'ailleurs mais à quoi bon lui dire ? Il est d'un naturel jaloux et elle aussi, ça promet pour la suite.

Aubrey ne veut pas perdre plus de temps. Déjà parce qu'elle a faim et donc hâte de manger mais aussi, et surtout, parce qu'elle a très envie de lui. Il semble apprécie qu'elle le lui dise, d'ailleurs, puisque sa réaction ne se fait pas attendre. Il retire son tee-shirt, permettant à la jeune femme de glisser plus aisément ses mains sur son torse musclé tout en l'embrassant. C'est dingue, comme il l'a rendu accro en peu de temps. Enfin, elle l'était déjà. Mais c'était de son amitié à l'époque, de sa présence constante, de son soutien et de tout ce qui allait avec. Peut-être avait-elle, inconsciemment, toujours attendu que leur relation prenne une telle tournure ? Comment expliquer, sinon, que cela se soit fait aussi rapidement et aussi facilement ? Aubrey s'imagine que c'est la seule véritable explication qui tienne la route et peut-être a-t-elle raison. Mais elle aura tout le temps d'y re-songer plus tard. Pour l'instant, elle a bien plus intéressant à faire. Marlon lui retire son débardeur à son tour et elle lui sourit avant de l'embrasser de nouveau, d'ores et déjà en manque de ses lèvres. Tout en n'arrêtant pas ce baiser, la jeune femme recule de quelques pas pour l'emmener avec elle jusque dans la chambre où sont entreposées leurs valises. De quelques mouvements habiles, elle les débarrasse de leurs derniers vêtements, qui n'auront décidément pas fait long feu, et l'emmène avec elle sur le lit. Elle ne s'arrête de l'embrasser que pour continuer à respirer comme nécessaire mais en profite pour déposer des baisers dans son cou et sur tous les pans de peau auxquels elle peut accéder.

made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas


Invité
you're in savannah


gardens
flowers



MessageSujet: Re: past is a freaking ghost (ft Marlon/hot)   Lun 1 Juin - 18:45



past is a freaking ghost



Les films de filles, je m'en suis tapé tellement à l'époque de l'adolescence en compagnie de Athéna et Aubrey. C'est ça d'être en infériorité numérique, on a jamais vraiment le choix, elle votait toutes les deux et la démocratie -bien que respectée- avait toujours raison d'eux. Jaloux ? Ouais en même temps, il y a de quoi, vous l'avez vu le Patrick Swayze ? Il est beaucoup trop sexy pour qu'elle fantasme dessus. Heureusement pour moi, il est mort et enterrer.  "Jaloux ? Tu parles, il ne m'arrive pas à la cheville." fis je ne plaisantant, parce que finalement, c'est une évidence ma jalousie, elle a pu la tester en début de ce weekend et elle y aura encore droit. Peut être même que cette jalousie aura ma peau, je n'arrive pas à la contrôler, c'est plus fort que moi. Je pourrais devenir fou si elle me quittait pour un autre mais ce n'est pas demain la veille n'est ce pas ? Elle ne m'a encore rien dit mais ces sentiments pour moi sont sincères et bien là. Je le sens. Enfin, je ne vais pas penser à toutes ses mauvaises choses alors que je l'ai juste pour moi ce weekend. 48h en solitaire avec elle. Et le temps n'est pas avec nous, on va devoir passer les deux prochains jours sous la couette. C'est étrange cette évolution dans notre relation mais finalement, ça me semble naturel, comme si c'était la suite logique des choses, je ne me sens pas étrange ou mal à l'aise. Non, c'est comme si on était ensemble depuis toujours. D'ailleurs, Aubrey était la seule à ne pas se rendre compte de tout ça, que c'était logique que l'oe par se mettre ensemble. Finalement, elle n'a jamais été qu'une amie et nos relations ont toujours sous entendus un peu plus. La preuve, ma relation avec Athé n'a rien à voir.

Je profite de son corps, je m'en fou pas mal d'avoir l'air accroc, au contraire, je veux qu'elle le sache, qu'elle comprenne que je suis là pour elle. Que j'ai envie d'elle comme jamais, comme de personne d'autre avant d'ailleurs. J'ai bien eu des histoires fusionnelles au lit mais ça n'a rien à voir avec ce que je ressent à cet instant, mon coeur est prêt à sortir de sa poitrine. Je pourrais crever pour elle, me foutre sous les roues d'une voiture. Nos vêtements tombent tous au sol les uns après les autres, très rapidement, comme si on avait pas fait l'amour depuis des mois alors qu'en réalité, ça fait seulement deux jours. Et encore, c'est parce que j'ai bosser ces deux derniers jours, j'étais de garde pour pouvoir profiter de ce weekend en entier, sans être appeler. Je me consacre entièrement à elle et malgré un début houleux, j'ai bien l'intention de profiter d'elle, laisser ces soucis de côté même si c'est dans un coin de ma tête. Je récupère rapidement un préservatif dans la poche arrière de mon jean, histoire de ne pas devoir le faire tout à l'heure, au moment fatidique. Elle me prend la main et m'attire jusqu'à la chambre à coucher, retire rapidement les valises du lit pour nous laisser de la place alors que je pose le bout de plastique sur la table de chevet. Elle m'embrasse, partout sur le corps, elle me rend complètement fou, j'ai envie d'elle plus que jamais. Je grimace, le désir qu'elle provoque en moi me laisse ivre d'elle. Pas besoin d'alcool ou même de clopes tant que je l'ai elle. C'est suffisant.

made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas


Invité
you're in savannah


gardens
flowers



MessageSujet: Re: past is a freaking ghost (ft Marlon/hot)   Mar 2 Juin - 10:51



past is a freaking ghost



Peut-être que, en effet, cette évolution dans leur relation était la suite logique des choses. Aubrey ne se souvient pas avoir jamais imaginé ce qu'une histoire d'amour pourrait donner entre eux. C'était presque ... tabou. Sans doute la peur de leur perdre si quelque chose tournait mal qui parlait. Leur tout premier baiser, échangé au cours d'un jeu d'adolescents, lui a fait ouvrir les yeux. Peu importe si, un jour, leur relation prend fin. Enfin, si, bien sûr que cela aurait de l'importance. Ce serait même dramatique pour Aubrey qui a toujours eu en lui tout le soutien quand elle en avait besoin, et même quand elle n'en avait pas nécessairement bien. Cela dit, il en vaut la peine. Leur histoire en vaut la peine. Tous ces risques sont à prendre quoi qu'il arrive, quelles qu'en soient les conséquences. De toute façon, la jeune femme compte bien faire en sorte que tout se passe bien, tout est réunit pour que ce soit le cas d'ailleurs. Bon, elle a un peu foiré son début de week-end avec des aveux mal placés. Mais quoi de mieux qu'un détour par la chambre à coucher pour ne plus penser à tout ça ? Cela ne durera pas, tel qu'elle connaît Marlon mais c'est toujours ça de pris. Elle sait comment il est : jaloux comme pas permis. Il l'était déjà avant et il lui a prouvé qu'il l'était d'autant plus à présent. La preuve, il en arrive même à être presque jaloux de Patrick Swayze alors que, non, franchement il ne risque rien. Il est canon, certes mais il est mort et, de toute façon, pas du tout son type. Son type, à elle, c'est Marlon. N'es-ce pas assez clair comme ça ?

Elle ne lui a pas encore dit, en même temps, il est logique qu'il ne le devine pas. Elle a encore tout le temps pour remédier à ça. Pour l'instant, elle a très envie de profiter de lui et du temps qu'ils ont avant que le four ne leur permettre d'assouvir un autre besoin élémentaire. Une fois de plus, Aubrey se laisse complètement aller sous les caresses et les baisers de Marlon. C'est dingue comme elle est fou de lui. Comme elle est tombée amoureuse de lui si vite. Là aussi, cela la ramène à la piste des sentiments enfouis depuis trop longtemps ; elle a beau être du genre à succomber vite sous les promesses et les mots gentils, ça n'a rien à voir avec ce qu'elle ressent là, tout de suite. En permanence, elle a envie de lui. En permanence, elle a besoin de lui. Un sourire aux lèvres, elle l'embarque avec elle jusque dans la chambre puis sur le lit. Ils se retrouvent rapidement totalement dévêtus, Aubrey sous Marlon, occupée à l'embrasser. Elle ne peut décidément plus se passer de ses lèvres, de ses baisers, de tout ça ... de lui tout court, en fait. Elle caresse sa joue avec délicatesse, vient l'embrasser dans le cou. Ce serait, sans aucun doute possible, le moment idéal pour lui avouer ses sentiments mais les mots restent bloqués dans sa gorge. Ce n'est pas faute de les penser assez fort, c'est juste ... compliqué. La dernière fois qu'elle l'a dit à un mec, il y a bien longtemps, il s'est tiré sans demander son reste. Bon, il s'est avéré qu'elle ne le pensait pas vraiment au final et elle sait que Marlon ne lui fera jamais un truc comme ça. Mais elle n'y arrive pas. C'est stupide, mais c'est comme ça. Peut-être que le moment est juste mal choisi. Toujours est-il qu'elle a très envie de lui et aucune envie d'attendre plus longtemps. Alors elle attrape le préservatif qu'il a posé sur la table de nuit, déchire l'emballage et se charge, cette fois, de le mettre en place. Cela fait, elle plonge son regard dans celui de Marlon, lui disant ainsi tout ce que ses lèvres ne sont pas capables de laisser franchir pour le moment.

made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
you're in savannah


gardens
flowers



MessageSujet: Re: past is a freaking ghost (ft Marlon/hot)   

Revenir en haut Aller en bas
 

past is a freaking ghost (ft Marlon/hot)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» [Cherche] SNES Ghost
» [Récit, Starcraft] Histoires d'une Ghost
» Laser Ghost (SEGA System18)
» Ghost stories
» The past never dies - Wendy & Elliot ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TURN TO STONE :: HIATUS :: Sujets-