AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 "Tout allait de mal en pis et j'étais à bout de force. L'adrénaline qui m'avait donné un coup de fouet, se décomposait, me laissant ivre de fatigue."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 19/04/2015 Mon avatar est signé : Angel Dust et j'ai posté un total de : 201 Sinon, on m'appelle : Priss.

Age : 27
flowers



MessageSujet: "Tout allait de mal en pis et j'étais à bout de force. L'adrénaline qui m'avait donné un coup de fouet, se décomposait, me laissant ivre de fatigue."   Sam 3 Oct - 23:21


   
I am the Maniac, I am the Ghoul, I am in the shadows

   
   
I'm not crazy hell no I'm not loony, I'm not insane, take a second, I heard it, I know it. Whispers say my name, calling for me. ⊹ Ric’ accaparait mon esprit, noyait mon cœur et ma cervelle dans le doute et l’incertitude. Ils voulaient qu’on soit amis. Uniquement amis. Il y croyait en l’amitié Homme-femme. Moi non. Mais pour ne pas prendre le risque de le perdre, j’avais accepté. Mais je savais d’avance qu’un jour où l’autre, la balance pencherait d’un côté ou l’autre, entre lui et moi il y avait quelque chose. C’était certain, qu’on le veuille ou non. Je n’étais pas prête pour une relation, lui non plus mais qu’est-ce qu’il allait se passer le jour où nous franchirions cette ligne invisible et interdite ? Je ne voulais plus d’homme dans ma vie, pourtant je ne pouvais pas m’empêcher de l’y inclure. Qu’est-ce qu’il me prenait ? Il m’obsédait, avec son côté mystérieux et énigmatique. Il portait un lourd passé, je n’en doutais pas mais pourtant il s’était forgé une carapace que chaque jour je tentais de percer. Et plus j’en apprenais sur lui, plus ce que je voyais me plaisais terriblement… Non non non, je m’étais promis de ne plus retomber amoureuse…

Une de ses passions est la course automobile. Je ne voyais pas l’intérêt de cette passion, pourtant je brûlais d’envie de découvrir cette adrénaline qu’il m’a tant décrit avec tant d’entrain et d’excitation, ces yeux avaient pétillé d’une joie sans fin alors qu’il jouait avec la mort en conduisant de la sorte. Et aujourd’hui, j’avais moi aussi besoin de frôler ce côté de son être, et moi aussi allait jouer à un jeu dangereux, auquel il m’avait interdit. Briser l’interdit. Mauvaise idée.

Je n’avais pas eu de ses nouvelles de la journée, en même temps tant mieux, j’étais une mauvaise menteuse, et j’avais décidé de me rendre au circuit qu’il m’avait décrit avec tant de détail. Sans rien lui dire, voulant vivre ma propre expérience. Tenue de circonstance, je portais un survêtement moulant, soulignant ma taille de guêpe. Je garais ma voiture, respirait un grand coup, prenant toutes les forces possibles pour faire ce que je m’apprêtais à faire et sortais de mon véhicule, la peur au ventre. Je me rendais dans l’établissement et m’adressais à un employé qui me regardait l’air soucieux, devinant probablement mon stress.

« - Bonjour… Je … Je voudrais piloter un de vos engins. Une envie de sensation forte. »

Je feignais un sourire d’assurance, mais je percevais sur ses traits qu’il n’allait pas accéder à ma demande si facilement.

« - Bonjour. Vous ne semblez pas à l’aise du tout Madame. Et puis la piste n’est pas ouverte au public aujourd’hui, elle a été réservée ! Je suis désolé. »

Sa réponse me fit perdre mon sourire. C’était mon seul jour que je m’étais octroyé, et je refusais d’avoir perdu ainsi mon temps. Je le remerciais donc et sortais de ce lieu, cherchant une solution afin de parvenir à mes fins. Je regardais autour de moi, le regard vide, et ma vue se posait sur une magnifique Porsche jaune canarie, flamboyante et flambant neuve. Le technicien s’écartait de celle-ci pour aller chercher un outil et une idée complètement dingue me traversait l’esprit. Je courrais vers celle-ci, me glissait au volant à toute vitesse, enclenchant le contact, m’attachant et partait en trombe sur la piste, le technicien me courant après.

Je sentais sous mon pied que la voiture en avait bien plus encore à me montrer, elle montait dans les tours, je passais les vitesses, et l’adrénaline fusait dans mon corps, je me sentais exaltée. Je riais de ma folie, de cette vitesse qui m’enivrait l’esprit et je ne me souciais guère des conséquences d’un tel acte. Je ne savais pas ce qui m’attendait à la sortie, mais je comprenais enfin ce qu’il ressentait, et je devais avouer qu’une sensation si grisante était tout simplement divine. Le technicien lui filait prévenir son boss que la voiture avait été volé, et pire le boss filait prévenir le propriétaire du véhicule qui n’était autre que Ric’. Mais tout ça moi je l’ignorais et je ne m’en préoccupais guère. La vitesse augmentait au fur et à mesure des tours de pistes que je faisais et je n’avais peur de rien, et surtout personne ne tentait de me stopper.
Jusqu’à ce moment. J’étais grisée, mais aussi épuisée par tant d’émotions, d’adrénaline. Je sentais que mes réflexes diminuaient à mesure que l’adrénaline diminuait dans mon corps. J’avais de moins en moins d’automatisme, je ralentissais, inconsciemment j’avais peur, je redoutais l’accident. Puis cet homme qui déboulait sur la piste me fit perdre pied, et la voiture allait taper contre le mur de pneus, entrainant ainsi l’arrêt du véhicule. Le choc ne fut pas rude, mais assez pour me projeter à l’avant retenue par cette ceinture de sécurité qui me fit mal. J’eus peur. Peur pour ma vie, mais aussi celle de l’homme. Et l’adrénaline qui assourdissait mes oreilles, ainsi que les hurlements de la personne qui était près de moi, chutait dans mon corps, et je m’évanouissais dans ses bras, sans contrôler ma chute.
.


   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 01/05/2015 Mon avatar est signé : Unicorn et j'ai posté un total de : 314 Sinon, on m'appelle : the pretty reckless pour vous servir

Age : 27
flowers



MessageSujet: Re: "Tout allait de mal en pis et j'étais à bout de force. L'adrénaline qui m'avait donné un coup de fouet, se décomposait, me laissant ivre de fatigue."   Dim 4 Oct - 0:34





River & Aymeric
Il y a des chansons qui nous donnent envie de danser. D’autres qui nous donnent envie de chanter à tue-tête. Mais les meilleurs chansons sont celles qui nous ramènent à l’instant précis où on les a entendus pour la première fois, et qui à nouveau vous brisent le cœur.

Depuis la soirée Karaoké, mais surtout depuis la petite discussion avec River, j'essaie de faire en sorte que cette amitié fonctionne, enfin je fais ce que ferais n'importe qui, je l'appelle pour avoir des nouvelles, savoir comment a été sa journée au boulot et inversement... Bien entendu j'allais toujours de temps au circuit après ma journée de boulot et après ça dépend des ois, soit je passe la soirée avec River, soit je vais en boîte afin de me trouver une nouvelle proie. Non, non rien a changer de ce côté là. Que voulez-vous on ne me changera pas et pourtant c'est pas faute pour River d'essayer... J'en voulais toujours à mes parents de m'avoir fait un coup pareil, mais j'ai fini par leur reparler et ils ont décidé de ne plus interféré dans ma vie privée...  Dans un sens je ne leur en veux pas, River a réussi en quelques temps à se faire une place dans mon quotidien, à force de passer du temps avec elle, River est devenue ma meilleure amie et pourtant je lui cache toujours mon plus grand secret, celui qui m'a rendu ainsi... Quoiqu'il en soit j'étais à mon bureau faisant comme tous les mois les comptes du mois derniers pour observer que tout aller pour le mieux. Je penses même ouvrir ou acheté peut-être un autre hôtel dans une autre ville... C'est une idée qui me trotte dans la tête et que j'ai envie d'approfondir. J'avais même réserver le circuit pour 16h et demander à ce que l'on fasse l'entretien de ma voiture... Mais depuis ce matin je n'ai pas trouvé une minute pour appeler River comme j'ai l'habitude de le faire, j'espère qu'elle ne m'en voudra pas trop... Le boulot avant tout non ? Généralement je fais passé mes amis avant tout le reste, mais j'ai également des comptes à faire tous les mois... Ce ne fut qu'une demi-heure avant la fin de ma journée que mon téléphone sonna et je répondis sans même regardait qui appeler. « Osborn j'écoute. » « Monsieur Osborn, c'est Monsieur Baker, le... » « Oui je sais qui vous êtes, que voulez-vous monsieur Baker ? » Je sentais à sa voix qu'il était nerveux et anxieux, bordel qu'il cesse de tourner autour du pot et qu'il en vienne au fait, je n'ai pas que ça à faire moi... « Il y a une jeune femme qui a volé votre voiture pendant que nous étions entrain de faire les révisions... Le technicien a remarqué une anomalie... Si elle ne s'arrête pas elle risque d'avoir un accident... » « Attendez quoi ? Vous n'êtes pas censé... À quoi elle ressemble ? » Oui je passe du coq à l'âne et alors ? Si c'est bien la jeune femme à qui je pense elle va m'entendre et plus il décrivait la jeune femme et plus le visage de River se dessina dans mon esprit... « J'arrive tout de suite. ». J'ai pris mes clés je suis sorti en furie de mon bureau qui comme par miracle se trouve au rez-de chaussez, je n'ai donc pas mis longtemps a aller dehors pour atteindre ma Ferrari... Et en moins de cinq minutes j'étais au circuit. J'aimerais beaucoup savoir ce qui a pu la pousser a faire ça ! Bordel j'ai jamais été si en colère, mais ça ce fut avant de voir la voiture de mes yeux qui commençait certes à ralentir, mais pas assez qui allait arriver et sans réellement réfléchir je m'élança sur la piste dans l'intention de lui faire signe de s'arrêter. Il est simplement hors de question que je la perde de la même façon qu'Abi, il est même hors de question que je la perde tout court ! Mais en s'écartant pour ne pas me heurter elle a fini par aller s'échouer contre le mur de pneus, elle avait assez ralenti pour éviter tout accident grave. En quelques secondes je fus près d'elle hurlant son prénom tout en la sortant de la voiture... Elle venait de me foutre une peur bleue et j'allais lui faire passer l'envie de recommencer. Sauf que je n'ai rien eu le temps de dire qu'elle s'est évanoui dans mes bras... Ça ne fait que retarder la dispute. Je savais déjà qu'ils allaient remorqué la voiture et la réparé, mais pour l'heure je me fiche bien de l'état de cette bagnole, j'étais entrain de remonter la piste de course pour atteindre le bâtiment où j'ai garer ma voiture et Simon était à mes côtés. Il ne parlait pas, mais je le sentais presque son état d'excitation et ça me tape sur le système. J'ai glissais River sur le siège conducteur en veillant bien à l'attacher, j'ai pris place du côté conducteur et alors que j'allais démarrer en furie, Simon s'accouda de mon côté. « Ne sois pas trop dur avec elle. » J'ai alors pris la route qui mène chez moi et environ cinq minutes plus tard je me gara devant ma villa, oui c'est fait exprès que le circuit soit à 5 minutes de chez moi et du boulot... Après avoir été ouvrir la porte d'entrée j'ai été chercher River toujours évanouie et je l'ai emmené à l'intérieur, faisant abstraction du fait qu'elle soit la première fille qui entre ici... Je l'ai allongé sur le canapé et je suis allé fermé la porte d'entrée. Tout en faisant les 100 pas en attendant qu'elle se réveille je me suis servi un bourbon afin que ça m'aide un peu à me détendre, mais sans vraiment de succès...
code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 19/04/2015 Mon avatar est signé : Angel Dust et j'ai posté un total de : 201 Sinon, on m'appelle : Priss.

Age : 27
flowers



MessageSujet: Re: "Tout allait de mal en pis et j'étais à bout de force. L'adrénaline qui m'avait donné un coup de fouet, se décomposait, me laissant ivre de fatigue."   Dim 4 Oct - 17:22


I am the Maniac, I am the Ghoul, I am in the shadows



I'm not crazy hell no I'm not loony, I'm not insane, take a second, I heard it, I know it. Whispers say my name, calling for me. ⊹ Mon esprit était floue… Je me souvenais de la vitesse, d’une grisante sensation, d’un rire… J’immergeais doucement, mes yeux s’ouvrant doucement. Ma vision était troublée, mon corps était si lourd, si pesant. Je ne me souvenais de rien, que s’est-il passé pour que mon corps soit aussi endolorie, avais-je fais un marathon ? Mes yeux s’éclaircissaient à mesure que ma respiration s’accélérait, et je ne reconnaissais pas les lieux où je me trouvais. Je me redressais alors brutalement et sentit une douleur sur ma poitrine, me faisant lâcher un râle de douleur. Mon regard descendit sur l’endroit de mon mal, et je pouvais distinguer deux traits rouges lacérant mon buste, créant un début d’hématome et tout me revenait à l’esprit. Le circuit, le vol de la belle voiture, l’adrénaline de la vitesse, la sensation grisante de jouer avec la mort… Mais aussi l’homme sur la route et l’accident minime. Et merde ! La voiture était-elle abimée ? Et l’homme sur la route qui était-il ? Mes yeux furetèrent la pièce et je vis Ric’ tourner en rond comme un lion en cage… Je fronçais les sourcils, où suis-je ? Que fait-il avec moi ? Je ne comprenais rien à ce qui m’arrivait… Je me passais les mains sur le visage, et l’image brouillée me revenait à l’esprit. Ric était l’homme qui avait tenté de me stopper, il était celui qui m’avait déstabilisé ! Mais pourquoi prendre autant de risque pour nous deux ? Je tentais de me relever, mais mon corps tellement endolorie et choqué, refusait que je tienne sur mes deux jambes. Je reposais donc mes fesses sur le canapé de Ric, du moins je supposais que j’étais chez lui, et m’interrogeais sur sa présence sur le circuit, que faisait-il là-bas, n’était-il pas censé travailler ? A son regard je compris tout de suite que j’avais fait une énorme bétise, mais qu’importe, j’étais majeur et vacciné, je faisais ce que je voulais. Je passais ma main sur mon cou puis lui disait.

« - Que faisais-tu sur ce circuit ? J’aurais pu te renverser, pire même te tuer. »

Le perdre aurait été impossible, inconcevable. Il avait prit une telle place dans ma vie qu'il laisserait un manque si grand. Je regardais autour de moi, essayant de reprendre mes esprits, détachant mes cheveux, massant ma nuque endolorie par le coup du lapin. La vitesse m’avait d’abord grisé mais elle m’avait effrayé par la suite, et je savais dorénavant que je n’étais pas faite pour ce genre de vitesse, j’avais goûté à ça, et je n’étais pas prête de recommencer, mais je savais aussi que j’allais passer un mauvais quart d’heure et qu’il n’allait pas en rester là…

« - Où suis-je ? Pourquoi suis-je ici ? La voiture n’a rien ? Je rembourserais la casse s’il faut. »

L'argent n'était pas un problème, ma famille est fortunée, comme moi, et je n'avais plus qu'à retrouver le propriétaire du véhicule pour le dédommagé, voire remplacer la voiture s'il le fallait. Je devais payer la conséquence de mes actes totalement fous.

.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 01/05/2015 Mon avatar est signé : Unicorn et j'ai posté un total de : 314 Sinon, on m'appelle : the pretty reckless pour vous servir

Age : 27
flowers



MessageSujet: Re: "Tout allait de mal en pis et j'étais à bout de force. L'adrénaline qui m'avait donné un coup de fouet, se décomposait, me laissant ivre de fatigue."   Dim 4 Oct - 18:41





River & Aymeric
Il y a des chansons qui nous donnent envie de danser. D’autres qui nous donnent envie de chanter à tue-tête. Mais les meilleurs chansons sont celles qui nous ramènent à l’instant précis où on les a entendus pour la première fois, et qui à nouveau vous brisent le cœur.

Ne pas être trop dur avec elle, ne pas être dur avec elle... Il en a de bonne lui ! J'ai qu'une seule envie, non en fait deux envies, la première savoir pourquoi elle a pris de tel risque et la seconde lui faire passer l'envie de recommencer si cette expérience si jamais l'envie lui prend... Je ne sais plus depuis combien de temps je suis là à faire les cent pas dans le salon attendant qu'elle se réveille... En fait j'étais si en colère contre elle, mais effrayé également qu'elle puisse avoir quelque chose de grave malgré que l'accident est moins grave qu'il n'en n'a l'air... Ce n'est que genre quinze minute après notre arrivé chez moi qu'elle se réveilla enfin et malgré ma colère envers elle, je n'ai pas pu m'empêcher de ressentir un profond soulagement m'envahir, j'étais presque sur le point de l'emmener à l'hôpital pour faire des examens... J'ai vraiment du prendre sur moi pour ne pas aller près d'elle lorsque j'ai entendu le râle de douleur qu'elle a poussé, obn dieu que c'est dur d'être à la fois en colère et inquiet... Et après quelques secondes voir minutes, elle a fini par jeté un oeil autour d'elle et elle m'a vu, je sais qu'elle va chercher à comprendre... J'étais prêt a explosé, à lui hurler dessus comme je ne l'ai jamais fait jusqu'à présent avec elle, mais j'ai du encore une fois me retenir d'aller prêt d'elle lorsqu'elle tenta de se lever, mais elle a très vite fini par se rasseoir. Qu'elle s'estime heureuse, l'accident aurait pu être plus grave que ça... « Tu rigoles j'espère ? J'ai juste empêché que ma meilleure amie ne se tue sur un circuit automobile à cause de sa stupidité ! » Hurlais-je presque de colère. Putain mais qu'est-ce qui a bien pu lui passé par la tête pour voler une voiture entrain d'être réviser par un technicien ! Oui je suis conscient que ça ne répond pas forcément à sa question et je m'en fous. Oui elle a mal et alors ! Au moins elle est en vie alors la douleur n'est rien à côté de ça ! « Comme si tu ne savais déjà pas où tu étais... Je t'ai amené ici après que tu te sois évanouie dans mes bras. Je me fous pas mal de cette putain de voiture ! Qu'est-ce qui t'a pris putain ? ! Tu en as marre de la vie c'est ça ? » Au fond je devrais être rassurer de la savoir en vie, même si elle aura quelques bleus, en fait je le suis, mais je suis également en colère contre elle d'avoir pris un tel risque inutile...
code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 19/04/2015 Mon avatar est signé : Angel Dust et j'ai posté un total de : 201 Sinon, on m'appelle : Priss.

Age : 27
flowers



MessageSujet: Re: "Tout allait de mal en pis et j'étais à bout de force. L'adrénaline qui m'avait donné un coup de fouet, se décomposait, me laissant ivre de fatigue."   Dim 4 Oct - 23:10


I am the Maniac, I am the Ghoul, I am in the shadows



I'm not crazy hell no I'm not loony, I'm not insane, take a second, I heard it, I know it. Whispers say my name, calling for me. ⊹ Je pouvais décerner dans ses traits et dans son comportement qu’il bouillonnait de colère. Il avait une mine renfrogné, il soupirait souvent et surtout il avait cette petite ride du lion sur le front qui lui donnait un air tellement sexy. River arrête ça de suite, il ne t’appartient pas. Je le vis faire des mouvements réflexes dans mon sens quand je tentais de me lever comme s’il voulait m’aider mais qu’il se retenait de le faire. Un élan de compassion ? De peur ? Mais pourquoi ? Lui qui s’évertue toujours à imposer une certaine distance entre lui et moi, il avait franchi toutes les barrières qu’ils avaient imposés pour me sauver, et m’amener ici. Je savais qu’il y avait plus que ça et il venait de le prouver en cet instant précis. J’optais donc pour rester à ma place, massant mes muscles endoloris par le choc de l’accident. Et il me fit sursauter en m’hurlant dessus d’une rage terrible. La peur transparaissait dans sa voix comme si j’avais fait une connerie qui m’aurait coûté la vie à coup sûre, alors que non… Je fronçais les sourcils en dans sa direction, parlant calmement pour apaiser sa colère.

« - Merci de souligner mon intellect, mais sache que j’avais ralentit, et que la vitesse atténuait mes réflexes j’étais prête à m’arrêter au moment où tu as déboulé. Et cesse de me crier dessus, je vais bien Ric’. On ne meurt pas forcément sur une piste, et je suis en vie. »

Sans le savoir, j’avais mis les pieds dans un plat douloureux pour Ric’, bien que je me doutais qu’il y avait une histoire avec les voitures, un secret lourd à porter pour qu’il réagisse de la sorte. J’avais murmuré le « en vie » pour qu’il prenne conscience que j’allais bien malgré cet accident. Et lorsque j’entendis qu’il était le propriétaire de la voiture, je grimaçais, c’était encore pire, je n’avais pas fait dans la dentelle vraiment. Je passais ma main sur mes boursouflures rouges dû à la ceinture, qui me faisait mal, tout en écoutant ses phrases emplis de jurons. Il n’avait jamais montré cet aspect protecteur de sa personnalité, c’était plaisant de sentir que j’avais une place importante dans sa vie même si j’aurais préféré qu’il ne m’hurle pas dessus comme une enfant. Il me demandait la raison de mon agissement et je le regardais en grimaçant sachant d’avance qu’il n’aimerait pas ma réponse. Mais j’allais être sincère avec lui.

« - J’ai voulu essayer. Comprendre et vivre cette sensation que tu décris avec tant de passion. Mes intentions n’étaient pas de mourir, ni même de jouer avec la mort. Je voulais juste essayer. Désolée de t’avoir fait peur, vraiment. »


.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 01/05/2015 Mon avatar est signé : Unicorn et j'ai posté un total de : 314 Sinon, on m'appelle : the pretty reckless pour vous servir

Age : 27
flowers



MessageSujet: Re: "Tout allait de mal en pis et j'étais à bout de force. L'adrénaline qui m'avait donné un coup de fouet, se décomposait, me laissant ivre de fatigue."   Lun 5 Oct - 0:11





River & Aymeric
Il y a des chansons qui nous donnent envie de danser. D’autres qui nous donnent envie de chanter à tue-tête. Mais les meilleurs chansons sont celles qui nous ramènent à l’instant précis où on les a entendus pour la première fois, et qui à nouveau vous brisent le cœur.

Simon a peut-être raison, peut-être ne dois-je pas être trop dur avec elle... Non, mais attend depuis quand lui il aurait raison ? Par contre je sentais clairement qu'il fallait que je me calme, car je pourrais dire des choses que je ne penses pas forcément, la blesser et la perdre, je n'y tiens pas du tout... Je savais qu'elle devait avoir mal à quelques endroit, c'est normal, mais si elle a encore du mal à se lever je la conduirais à l'hôpital. Intérieurement je menais un rude combat entre mon envie de sévèrement l'engueuler et mon envie d'aller l'aider... J'avoue que d'avoir hurler un bon coup ça m'a fait le plus grand bien. En même temps ça fait un petit moment que je fais les cents pas dans le salon en essayant de contenir ma colère. Ouais bon en temps normal je ne pense pas qu'elle est stupide, elle est même très intelligente, mais là pour le coup elle a été stupide. « Tu sais très bien que je te qualifie de stupide à cause de ce que tu as fait. Au moment où tu as volé la voiture, le gérant de la piste m'a appeler puisqu'il s'agissait de ma voiture et m'a expliqué qu'avant que tu ne voles la voiture le technicien a repéré une anomalie, une fuite sans doute. Il m'a également précisé que si tu ne t'arrêtais pas risquait d'avoir un accident... Ouais bon tu as tout de même eu un accident, mais nettement moins grave que ce genre d'anomalie ne pardonne pas. Ça arrive bien plus souvent que tu ne le penses River. À moi aussi ça peut m'arriver. » J'étais un peu plus calme, en même temps j'avais laisser éclaté ma colère quelques secondes plutôt et ça m'a fait le plus grand bien. Et je suis sincère, ça peut m'arriver à moi aussi d'avoir un grave accident sur un circuit de voiture et d'en mourir... Et il m'arrive d'aller à des courses automobiles et d'y voir des graves accident... Mais ce jour-là n'est pas prêt d'arriver, car je laisse les techniciens faire le contrôle de la voiture avant de la prendre, pas comme cette demoiselle assisse sur mon canapé. J'étais un peu abasourdi par son aveu je l'admets... « Pourquoi ne pas me l'avoir demander tout simplement ? » On ne pas tous avoir les mêmes passions et dans un sens encore heureux ça serait vite l'anarchie sinon. Dans le fond je suis touché qu'elle est voulu essayer juste pour comprendre pourquoi moi j'aimais ça, même si je n'aime pas réellement l'idée de la voir derrière un volant d'une voiture de course... J'ai été chercher des glaçons que j'ai recouvert d'un torchon propre et j'ai été lui donner. « Crois-moi ça te fera le plus grand bien. »
code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 19/04/2015 Mon avatar est signé : Angel Dust et j'ai posté un total de : 201 Sinon, on m'appelle : Priss.

Age : 27
flowers



MessageSujet: Re: "Tout allait de mal en pis et j'étais à bout de force. L'adrénaline qui m'avait donné un coup de fouet, se décomposait, me laissant ivre de fatigue."   Lun 5 Oct - 0:52


I am the Maniac, I am the Ghoul, I am in the shadows



I'm not crazy hell no I'm not loony, I'm not insane, take a second, I heard it, I know it. Whispers say my name, calling for me. ⊹ Il semblait un peu plus détendu après m’avoir hurlé dessus un bon coup, j’ignorais totalement la raison de sa peur et ce n’était pas aujourd’hui que j’allais le savoir. Aymerick était empli de mystère et il comptait bien garder sa part de secret que je le veuille ou non. Je le vis se détendre au fur et à mesure que les minutes s’écoulaient, il semblait plus cool, et moins sur la défensive. La colère se retirait de ses pupilles et je retrouvais enfin le Ric’ habituel. Je me mordais la lèvre à ses paroles, et compris combien mes actes avaient été stupides, et je comprenais enfin pour le mécanicien s’était écarté de la voiture, quelle godiche j’étais ! Je grimaçais de nouveau sous la stupidité de mon acte, et avouait pour le coup qu’il avait raison.

« - Bon pour le coup tu as raison. Mais je n’étais pas censé savoir que ta voiture avait des problèmes ce n’était pas écrit sur son pare-chocs ! Je ne l’ai pas deviné, j’étais ivre d’adrénaline à cet instant et je n’ai pas réfléchit, j’ai juste agis. Je paierais les dégâts causés vraiment. Je sais que ça arrive, et je ne veux pas que ça t’arrive, tu as beau être aguerris, tu n’es pas immortel. C’est dangereux et pour ma part, je ne recommencerais pas. »

Je remuais un peu ma tête me frottant le cou puis bougeais un peu mon corps, tentant de nouveau de me relever, rien à faire, ça me donnait des vertiges. Les traumatismes du choc, mon corps souhaitait se reposer, mais je n’allais tout de même pas camper chez Ric’ impossible. Je le regardais et souriait légèrement à sa question.

« - Tu me l’as interdit, et puis si tu avais été là, d’une je n’aurais pas conduit et de deux je n’aurais pas vécut ses sensations fortes complètement tu m’aurais freiné forcément avec ta peur. »

Il semblait apprécier ma franchise, et je vis dans ses yeux qu’il était touché que j’ai écouté ses paroles au sujet de ses passions dangereuses. Je voulais le connaître et quoi de mieux que de vivre les choses à fond. Je le vis partir dans une contrée éloigné puis il revenait en me tendant un torchon, emplis de glaçons pour apaiser mon mal, je grimaçais encore n’aimant pas avoir froid, mais le remerciait tout de même en appliquant le froid sur ma peau endolorie.

« - Merci. Même si j’ai une sainte horreur d’avoir froid. »

Je riais légèrement sentant l’atmosphère se détendre elle aussi peu à peu à mesure que notre discussion avançait.

.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 01/05/2015 Mon avatar est signé : Unicorn et j'ai posté un total de : 314 Sinon, on m'appelle : the pretty reckless pour vous servir

Age : 27
flowers



MessageSujet: Re: "Tout allait de mal en pis et j'étais à bout de force. L'adrénaline qui m'avait donné un coup de fouet, se décomposait, me laissant ivre de fatigue."   Lun 5 Oct - 13:53





River & Aymeric
Il y a des chansons qui nous donnent envie de danser. D’autres qui nous donnent envie de chanter à tue-tête. Mais les meilleurs chansons sont celles qui nous ramènent à l’instant précis où on les a entendus pour la première fois, et qui à nouveau vous brisent le cœur.

Avoir hurler un bon coup m'a fait le plus grand bien. En même temps je n'ai fait que tourner en rond le temps qu'elle se réveille, alors tourner en rond pendant que tu es en colère ce n'est pas forcément conseillé. Il a donc fallu que la colère sorte, j'étais moi-même étonné de lui hurler dessus, la première fois depuis qu'on se connaît, même elle il me semble qu'elle n'a jamais hurler sur moi. Mais maintenant j'étais un peu plus calme, bon d'accord sa voix apaisante y est forcément pour quelque chose. Dans le fond elle a un côté positif sur moi et je sais que ça devrait me faire peur, mais j'y réfléchirais plus tard, là je vais juste me contenté de lui faire passer l'envie de recommencer. Je leva quelques secondes les yeux au ciel en l'entendant... « Parce que jusqu'ici tu pensais que j'avais toujours tord ? Parce que quand tu laisse ta voiture au garage et qu'une personne s'en occupe c'est que tout va bien ? Oh je sais bien que tu n'as pas réfléchi, tu n'avais même pas besoin de le dire. Je me fiche bien de la voiture, ce n'est clairement pas ma priorité. Ne t'inquiète pas pour moi, je connais ce circuit comme ma poche, je pourrais même le faire les yeux fermés et contrairement à une demoiselle, je n'agis pas sur un coup de tête en volant une voiture. » Dans le fond ça me rassurait de savoir qu'elle ne recommencerais pas, je crois que je ne supporterais pas de la revoir derrière un volant sur un circuit. Le fait qu'elle ne puisse pas encore se relever m'inquiétait je dois l'avouer, peut-être que l'hôpital est a envisager pour quelques radios. « C'est vrai, mais je sais que si tu m'aurais expliqué tes motivations ça m'aurait peut-être fait changer d'avis. Et pour information, je ne serais pas monter dans la voiture avec toi, j'aurais laisser un professionnel comme le gérant du circuit ou son fils. » Oui je me serais contenter d'attendre, je connais certes le circuit par coeur, mais j'aurais clairement laisser un professionnel la guider, car elle l'a parfaitement souligné ma peur l'aurait freiner. J'ai été lui chercher des glaçons que j'ai glisser dans un torchon avant de lui donner.  « De rien. Je ne te savais pas si frileuse. Peut-être que je devrais t'emmener à l'hôpital faire quelques radios. » Dis-je simplement en m'asseyant à ses côtés et replaçant une mèche de ses cheveux derrière son oreille.
code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 19/04/2015 Mon avatar est signé : Angel Dust et j'ai posté un total de : 201 Sinon, on m'appelle : Priss.

Age : 27
flowers



MessageSujet: Re: "Tout allait de mal en pis et j'étais à bout de force. L'adrénaline qui m'avait donné un coup de fouet, se décomposait, me laissant ivre de fatigue."   Lun 5 Oct - 14:23


I am the Maniac, I am the Ghoul, I am in the shadows



I'm not crazy hell no I'm not loony, I'm not insane, take a second, I heard it, I know it. Whispers say my name, calling for me. ⊹ Il s’était radoucit, mais il gardait encore cette distance si habituelle entre nous, j’avais envie pour une fois qu’il casse ce rituel imposé entre nous, et qu’il brise une nouvelle fois les barrières qu’il avait érigé entre nous. Je le vis lever les yeux à mes paroles, et un sourire taquin apparaissait sur mes lèvres à ses dires. Bien sûre qu’il n’avait pas toujours raison, et je lui avais prouvé plusieurs fois que son comportement n’était pas des plus adaptés avec les autres. Je me mordais de nouveau les lèvres et m’autorisait à le taquiner un peu.

« - Non pas toujours, mais parfois oui tu as tort. Ben ça existe les révisions avant d’utiliser le véhicule, ce n’était pas écrit qu’elle avait une fuite je ne sais où. Tu n’es pas tellement matérialiste dis donc, ça se trouve elle ne marchera plus jamais et tu m’en voudras toute ta vie ! »

Je souriais même si je savais d’avance qu’il ne m’en voudrait pas, des bolides de ce genre il peut s’en payer des milliers s’il le souhaite ! Il me disait qu’il le connaissait par cœur que je n’avais pas à m’en faire, et il était bien là le problème, c’était lui qui prenait le plus de risque. Je fronçais les sourcils et baissais les yeux, la voix raillant sous mes mots.

« - C’est justement toi qui risque le plus ta vie, c’est dans les routes que l’on connait par cœur qu’on y trouve souvent la mort. Tu as beau être réfléchit, mais c’est toi qui joue avec la mort fréquemment. »


J’espérais qu’un jour il calmerait le jeu et qu’il cesserait de mettre sa vie et son âme en danger. Mais ça il n’y avait que lui qui pouvait arranger ça et prendre conscience de ses actes. Je riais bien malgré moi à ses paroles. Jamais il n’aurait changé d’avis et il aurait encore moins laissé un inconnu me guider à un volant, il portait en lui une peur inimaginable et il n’aurait confiance en personne, je me mordais de nouveau la lèvre et le taquinais de nouveau.

« - Toi comme moi savons que quand il s’agit de te faire changer d’avis c’est mission impossible, la preuve pour nous. Et puis crois-tu réellement que tu aurais laissé ma vie entre les mains d’un autre que toi ? »

Le froid contre ma peau douloureuse me fit du bien, mais me déclenchais une série de frissons que je n’aimais guère. Je le vis briser la distance entre nous, et me sentit légèrement rougir quand il replaçait une mèche de cheveux derrière mon oreille. Mon regard se figeait dans le sien et je lui répondais tendrement.

« - J’aime l’hiver, la neige. Mais le froid me fait peur. Inutile, c’est juste que j’ai des vertiges quand je me lève, c’est le contre-coup je pense. »


.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 01/05/2015 Mon avatar est signé : Unicorn et j'ai posté un total de : 314 Sinon, on m'appelle : the pretty reckless pour vous servir

Age : 27
flowers



MessageSujet: Re: "Tout allait de mal en pis et j'étais à bout de force. L'adrénaline qui m'avait donné un coup de fouet, se décomposait, me laissant ivre de fatigue."   Lun 5 Oct - 17:00





River & Aymeric
Il y a des chansons qui nous donnent envie de danser. D’autres qui nous donnent envie de chanter à tue-tête. Mais les meilleurs chansons sont celles qui nous ramènent à l’instant précis où on les a entendus pour la première fois, et qui à nouveau vous brisent le cœur.

Intérieurement je menais toujours une lutte sans merci entre mon envie d'être près d'elle, mais également mon envie de respecté mon principe de ne jamais dépasser les limites avec les filles des amis de mes parents... Alors pourquoi ais-je cette sensation bizarre que j'ai déjà briser certaines limites que je m'étais franchi ? Après tout jusqu'à présent je n'avais jamais amené aucune fille ici, en même temps mon adresse est facilement trouvable, mais je savais que les amenés ici c'était leur donné de l'importance ou leur autorisé à revenir... Riv' n'est pas comme toutes les autres nous sommes amis non ?  « Personne n'est parfait Riv', personne... Je leur signalerais de l'indiquer en gros la prochaine fois. Une voiture ça se remplace, pas la vie de ma meilleure amie. » Et si je devais remplacer la voiture eh bien tant pis, ça n'a pas d'importance, j'en achèterais une autre, le même modèle, mais d'une autre couleur c'est tout... Il m'arrive de me demander comment elle a fait pour se faire une aussi grande place dans ma vie aussi vite... « Je sais ce que je risque River, j'en suis parfaitement conscient... Et ça fait longtemps que je n'ai plus peur des risques. » À quand remonte la dernière fois où j'ai eu peur sur le circuit alors que j'étais au volant ? Sûrement à la première fois où je me suis mis derrière le volant justement, mais après on m'a guidé, on m'a tout appris et à partir de la seconde fois où je me suis mis derrière le volant, j'ai ressenti l'adrénaline, la vitesse, mais aussi la sensation grisante de jouer avec la mort à chaque virage un peu serrer. Et je m'aperçu à ses paroles qu'elle avait entièrement raison... « Certes, mais j'aurais pu céder devant l'importance que ça avait pour toi d'essayer... Ne met pas tout dans le même panier veux-tu ? Tu veux quelque chose que je ne peux te donner parce que d'une j'ai un principe et je m'y tiens. Et de deux parce que les relations sérieuse ce n'est pas mon truc. Ils sont comme ma seconde famille, alors oui je t'aurais laisser entre leurs mains car je savais que tu ne courrais aucun danger. » Pourquoi faut-il qu'on en vienne toujours à ce sujet "nous" ? Je pensais qu'elle aurait fini par abandonner l'idée qu'il y est un jour un "nous", mais visiblement je me suis fourvoyer... Et je connais Simon et il me connait mieux que personne, il sait que l'amitié et la seule chose stable, alors je n'aurais eu aucun mal à lui confier River pour qu'il lui apprenne les bases. Et j'ai fini par briser cette distance intenable entre nous en allant m'asseoir près d'elle, presque par automatisme j'ai replacé une de ses mèches derrière son oreille, mais je m'aperçois que ce genre d'attention peut la faire espérer... « Qu'est-ce qui t'effraie tant que ça avec le froid ? Peut-être devrais-tu essayer de te reposer un peu. »
code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 19/04/2015 Mon avatar est signé : Angel Dust et j'ai posté un total de : 201 Sinon, on m'appelle : Priss.

Age : 27
flowers



MessageSujet: Re: "Tout allait de mal en pis et j'étais à bout de force. L'adrénaline qui m'avait donné un coup de fouet, se décomposait, me laissant ivre de fatigue."   Lun 5 Oct - 18:23


I am the Maniac, I am the Ghoul, I am in the shadows



I'm not crazy hell no I'm not loony, I'm not insane, take a second, I heard it, I know it. Whispers say my name, calling for me. ⊹ Il était là, à mes côtés et il semblait être bien. Il avait franchi une à une les barrières qu’il avait érigé sans réellement faire attention, mais moi je l’avais bien vu et remarqué. Son regard avait changé au fur et à mesure que nous passions du temps ensemble. Son regard se faisait plus doux, son contact plus nombreux et il s’autorisait à rire avec moi. Je déviais mon regard du sien de plus en plus électrisé par son rapprochement, et m’autorisait à scruter chaque détail de son salon. Tout en continuant notre discussion.

« - Bonne idée ! Une pancarte en rouge sur le pare-brise sera parfait ! Une vie ce n’est pas grand-chose, après tout il y a dix vies qui apparaissent chaque seconde dans le monde, qu’importe que la mienne prenne fin. »

Il me disait qu’il savait ce qu’il risquait, que la mort à chaque tournant ne lui posait plus de problème. Et je pouvais deviner à ses mots qu’il l’attendait peut-être même pour rejoindre un être cher… Une femme ? La déduction semblait être la bonne en vue de son comportement… Oh. Quelle tristesse si c’était le cas. Je riais légèrement et le bousculait un peu de l’épaule.

« - Tu n’es pas invincible et je sais que tu as peur de moi. Enfin quand je dis-moi c’est plus de la gente féminine, tu as peur qu’on te vole ton cœur et qu’on joue avec. Mouhahaha ! »


J’imitais le rire d’une sorcière puis riais, le dévorant du regard bien malgré moi. Je voulais rire un peu avec lui, pour le détendre et me détendre aussi. Puis il abordait le sujet qui le fâche au plus haut point, et je lui fis un sourire en coin à son détail sur notre « relation impossible qu’aucun de nous ne veux ». Qu’est-ce qu’il le faisait croire que je le voulais ? Je n’étais pas prête à m’offrir de nouveau à un homme et il le savait, du moins la raison il l’ignorait. J’haussais les épaules puis déviait mon regard du sien.

« - Je n’attends rien de toi Ric’, les hommes j’ai tiré un trait dessus. C’est fini tout ça, c’est toi qui croit que je veux quelque chose de toi. Tu sais le danger il est toujours là où on l’attend le moins. Quoi qu’il en soit ça ne se reproduira pas, tu n’as plus à t’en faire. »

Je lui fis un sourire, cachant mon rougissement comme je pouvais. Il était parfois très doux et attentionné comme l’inverse. Mais là il avait décidé d’être le bon Ric’. Je fronçais les sourcils à sa question puis lui avouait une pensée profonde, tout en reposant le sachet de glace sur sa table basse.

« - Le froid me fait penser à la mort. Après tous nos corps se refroidissent quand la vie nous quitte, et moi je ne veux pas qu’elle me quitte. Alors ça me fait peur… Peut-être. Veux-tu bien me raccompagner chez moi ? »


.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 01/05/2015 Mon avatar est signé : Unicorn et j'ai posté un total de : 314 Sinon, on m'appelle : the pretty reckless pour vous servir

Age : 27
flowers



MessageSujet: Re: "Tout allait de mal en pis et j'étais à bout de force. L'adrénaline qui m'avait donné un coup de fouet, se décomposait, me laissant ivre de fatigue."   Lun 5 Oct - 21:10





River & Aymeric
Il y a des chansons qui nous donnent envie de danser. D’autres qui nous donnent envie de chanter à tue-tête. Mais les meilleurs chansons sont celles qui nous ramènent à l’instant précis où on les a entendus pour la première fois, et qui à nouveau vous brisent le cœur.

Je le sens au plus profond de mon être que je suis entrain de brisé un principe auquel je tiens beaucoup. J'aurais du le savoir que je jouerais avec le feu à vouloir être son ami, mais en même temps vouloir plus alors que je me l'interdis, c'est juste horrible. Cette jeune femme est ma tentation et comme le dirait Oscar Wilde "le meilleur moyen de résister à la tentation c'est d'y céder"... La vie peut nous réserver parfois des surprises et visiblement ma surprise c'est River... Peut-être que c'est pour ça que nos parents on tenu à ce qu'on se rencontre elle et moi, parce qu'à peu de chose presque les mêmes... « Je leur soumettrais ton idée on verra ce qu'ils en pense, on ne sait jamais dès fois que d'autre personne est la même idée que toi. Je me fiche pas mal des autres, pour moi seule ta vie compte. » Dans un sens c'est pas si faux, sinon je ne me serais jamais jeté sur la route comme je l'ai fait un peu plus tôt... En moins de temps qu'il en faut pour le dire, elle c'est fait une place dans ma vie et elle estime que ça vie n'est pas importante, là je ne suis pas d'accord, mais encore une fois nos opinions seront différent, on ne sera jamais d'accord... « Je n'ai jamais pensé que je l'étais. Peut-être, je n'ai pas eu à y réfléchir jusqu'à présent. Mais au final qui n'a pas peur de ça à part les couples mariés depuis longtemps comme nos parents ? » Mais déjà pour voler mon coeur, il faudrait déjà que tombe amoureux et c'est au-dessus de mes forces. Au fond ce qu'elle a dit est en parti vrai, je n'ai pas peur qu'on me vole mon coeur, mon coeur est simplement anesthésié par la peur de souffrir à nouveau et j'ai peur de finir par faire souffrir la personne avec moi... Je sais qu'un jour je devrais lui dire pourquoi je suis devenue comme ça, bien qu'à mon avis elle sache que c'est à cause d'une femme, mais seulement pas aujourd'hui... « Faux. Je sais qu'il y a encore une petite partie de toi qui croie encore en l'amour. Je suis presque sûr qu'au fond tu es une grande romantique... Encore faux. Tu n'attends qu'une seule de moi depuis le début et tu n'arrivera pas à me faire croire le contraire, tes yeux parlent pour toi... Tu n'espère qu'une chose, que je franchise la ligne qui nous sépare, que je foute en l'air mon principe. Et si jamais tu veux que ça se reproduise par pitié évite de voler une voiture, appelle-moi à la place... » J'ai conscience qu'avec mes paroles je joue un jeu dangereux, mais ce n'est pas comme si je ne savais pas ce dont elle a envie depuis la fois où elle a franchi la porte de mon bureau... Mais dans un sens c'est vrai, ses yeux parlent pour elle, il ne faut pas non plus me prendre pour un imbécile, je vois parfaitement la manière dont elle me regarde par moment, ses petits rougissements qu'elle a lorsque je replace ne serait-ce qu'une mèche derrière son oreille... En règle général j'en fais abstraction, mais là je n'ai pas pu m'empêcher de le relevé pour lui montrer que je ne suis pas aveugle et que je fais attention à elle.  « Tu as encore de très belle chose à vivre Riv', donc ne pense pas à ce genre de chose. Il est hors de question que je te laisse toute seule, tu vas rester ici pour que je puisse garder un oeil sur toi. » Eh merde... Résister lorsqu'elle est loin il n'y a aucun problème je me plonge dans un bouquin ou un film, mais avec sa présence ça va être un peu plus dur... Fais chier.
code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 19/04/2015 Mon avatar est signé : Angel Dust et j'ai posté un total de : 201 Sinon, on m'appelle : Priss.

Age : 27
flowers



MessageSujet: Re: "Tout allait de mal en pis et j'étais à bout de force. L'adrénaline qui m'avait donné un coup de fouet, se décomposait, me laissant ivre de fatigue."   Lun 5 Oct - 21:41


I am the Maniac, I am the Ghoul, I am in the shadows



I'm not crazy hell no I'm not loony, I'm not insane, take a second, I heard it, I know it. Whispers say my name, calling for me. ⊹ Je sentais la ligne s’amoindrir à mesure que nos mots s’échangeaient. Son comportement changeait, le mien aussi et ça me faisait peur. Bien trop peur. Je ne voulais plus souffrir, et je savais qu’il le ferait, sans réellement le vouloir. En se punissant, il me punirait. Je devais tout arrêter maintenant, mais bon dieu que je n’en avais pas envie. Non non et non, je ne devais absolument pas retomber amoureuse d’un homme sans foi ni loi envers les femmes… River Adaline Marshall reprends toi bordel. Je me décalais un peu vers la gauche tant mes pensées étaient flous, et en voulant me décaler je ne faisais que me rapprocher sans m’en rendre compte. Je devenais folle amoureuse et je ne parvenais à me sortir de son jeu dangereux. Il se souciait pour ma vie alors qu’il ne me connaissait que depuis peu.

« - Ne te soucie pas pour moi, après tout on se connait que depuis peu. Je ne suis pas si importante crois-moi. »


Il ne devait pas s’attacher, et moi non plus, car on aurait mal. Tous les deux, s’attacher c’est souffrir. Après tout l’amour a une morsure dont ses blessures sont mortelles, lui comme moi ne survivront pas à la perte de l’un et l’autre. Alors quelle issue avions-nous ? Je passais ma langue sur mes lèvres mon regard fuyant le sien. Il sous-entendait que depuis que j’étais dans sa vie il avait réfléchit à ses agissements, et qu’il prenait de plus en plus conscience. J’avais l’intime conviction qu’il s’apprêtait à changer mais qu’un geste pourrait tout faire basculer.

« - Alors pense à moi la prochaine fois que tu prends le volant, et ne prends pas de risque. J’ignore ce qu’il se passerait si j’apprenais qu’il t’est arrivé malheur. Eux ont d’autres peurs, celle de perdre l’être aimé. Et c’est la pire des peurs. »


Puis ses paroles eurent l’effet d’un électrochoc, il m’avait deviné. Comme dans un livre ouvert. L’amour, le romantisme avaient fait partie de moi à l’époque, mais plus maintenant. Peut-être qu’une partie de moi l’est encore, mais je refusais qu’elle reprenne sa place, je ne voulais plus aimer, ni être aimer. Ça fait trop mal. Mon attitude était si voyante que ça ? Faut croire. Je riais de gêne, rougissant un peu.

« - Avant oui, j’étais celle que tu décris. Peut-être encore un peu dans le fond. Mais je ne veux plus aimer, ça fait trop mal. Et je ne veux plus avoir mal. Tu m’attires c’est indéniable, et dans le fond je voudrais que tu franchise ce mur que tu as érigé entre nous, mais … Je ne veux pas que tu me fasses du mal. Si c’est ton intention alors rebrousse chemin tout de suite. Je ne le supporterais pas. Mais promis, plus jamais je ne volerais de voiture si c’est ce que tu souhaites. »

Je déviais mon regard, ne souhaitant pas lui faire face suite à mes aveux, qui m’avaient mise mal à l’aise maintenant. Je souriais comme une idiote avant de pouffer de rire de ma stupidité, puis le regardait de nouveau pour essayer de comprendre la nature de ses agissements. Il souhaitait que je reste avec lui. Soit, de toute façon je n’étais pas en mesure de conduire. Je posais ma main sur mon buste endoloris.

« - Très bien, je reste puisque tu me l’ordonnes. Puis-je usé un peu plus de ta gentillesse et emprunter ta douche ? »

Mais il me revenait à l’esprit que j’avais du mal à me lever. Et j’ajoutais en levant mon index, rieuse.

« - Et aussi m’aider à y aller, parce que je pense que je vais tomber avant même d’avoir mis un pied devant l’autre ! »


.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 01/05/2015 Mon avatar est signé : Unicorn et j'ai posté un total de : 314 Sinon, on m'appelle : the pretty reckless pour vous servir

Age : 27
flowers



MessageSujet: Re: "Tout allait de mal en pis et j'étais à bout de force. L'adrénaline qui m'avait donné un coup de fouet, se décomposait, me laissant ivre de fatigue."   Lun 5 Oct - 23:04





River & Aymeric
Il y a des chansons qui nous donnent envie de danser. D’autres qui nous donnent envie de chanter à tue-tête. Mais les meilleurs chansons sont celles qui nous ramènent à l’instant précis où on les a entendus pour la première fois, et qui à nouveau vous brisent le cœur.

Je savais qu'il fallait que je résiste à cette envie de franchir la ligne ultime qui nous sépare, que je respecte ce putain de principe que je me suis fixé. Je lui ai promis de ne jamais la faire souffrir et je n'ai pas envie de manqué à ma parole, elle ne mérite pas ce que je fais subir aux autres filles... Et je savais que si je la fais souffrir je ne serais pas prêt de la revoir et l'idée m'est juste insupportable... Je suis entrain de me demander où est le gros connard que je lui ai décris lorsqu'elle est venue chercher des explications... Mes parents m'ont bien présenté une ou deux filles avant de me présenter River, mais je n'ai jamais revu aucune de ses demoiselles, River et la seule que j'ai eu envie de revoir... Peut-être tout simplement parce qu'elle a réussi a percer ma carapace, parce qu'elle n'est pas comme les autres, qu'elle est unique... « Tu n'es pas la première fille que mes parents m'ont présenté, il y en a eu deux autres avant toi et crois-moi ou non je n'ai plus aucun contact avec elles. Peut-être que si tu n'étais pas venue me voir pour avoir des explications, on ne se serait jamais revu je te l'accord, mais tu l'as fait... Cela fait presque cinq mois que l'on se connais River et tu as réussi à te faire une place dans ma vie, alors cesse de dire que tu n'es pas importante, parce que pour moi tu l'es. » Peut-être devrais-je simplement fermer ma gueule... Parce que je sais que si je continue, je vais forcément franchir la limite et il n'y aura plus de retour en arrière. Je dois simplement me concentrer sur cette limite à ne pas franchir, à mon fidèle principe et peut-être lui montrer autre chose de moi que cette homme doux, gentil et un peu trop guimauve à mon gout ses dernières minutes. Je n'ai pas pu m'empêcher d'hausser un sourcil en l'entendant m'énoncer sa requête... « L'adrénaline, frôler la mort, ça fait parti de mon quotidien Riv'... Je peux juste te promettre d'essayer... Je suis là et je ne compte pas te laisser tomber ok ? Tu sais, il m'arrive parfois de penser que je suis le fils qu'ils espéraient. » Je sais que bien des aspects, je déçois mes parents, avec mon mode de vie, vivre chaque jour comme si c'était le dernier, les courses de voitures aussi dangereuse... Je sais que c'est pour ça que ma mère m'a confié l'hôtel beaucoup plutôt qu'il ne l'aurait fallu, elle a pensé que ça m'aiderait à m'assagir, mais en réalité c'est tout le contraire, bon à l'exception que je bois beaucoup moins, sinon rien a changer... Et parce qu'ils m'avaient piégés le soir où ils m'ont fait rencontré Riv' je ne leur ai pas parlé pendant des semaines... Un autre fils aurait été plus réceptif à l'attention de ses parents, mais pas moi...  « Alors je te protégerais des mauvais garçons. Je sais River, je sais... À ton avis pourquoi je me suis instauré la règle de ne jamais aller plus loin avec les filles des amis de mes parents ? Je veux éviter de les faire souffrir. Je sais qui je suis et ce que je suis. Tu sais très bien que je n'ai pas la moindre envie de te faire souffrir Riv'. Je disais ça pour toi hein pour ne pas t'attiré d'ennuie avec les autres conducteur. » J'étais bien conscient de tout ce qu'elle m'énoncé, elle me l'a déjà dit une fois. Peut-être que finalement elle et moi nous ne sommes pas fait pour être amis... Alors au final qu'est-ce que nous sommes l'un pour l'autre ? Pourquoi il y a toujours des questions sans réponse, c'est agaçant à la fin... Oui bon, je sais qu'elle n'est pas prête de revoler une voiture, mais j'ai eu envie de la taquiner, mais je suis sûr que si jamais elle a le moindre problème je volerais à son secours comme je l'ai fait aujourd'hui... « La douche ? Hors de question, tu vas prendre un bain pour aider les muscles à se détendre. » Sans rire qu'est-ce qui m'a pris de lui ordonner de rester ? Au fond je sais que je n'aurais pas été tranquille de la savoir toute seule chez elle... Inquiétude quand tu nous tiens, tu es une véritable torture... « Et tu voulais prendre une douche c'est ça ? » Dis-je pour la taquiner, mais au fond je le pense. Je finis par me lever, lui prendre doucement sa main et passé son bras autour de ma nuque et je la mis debout, la maintenant tout de même contre moi pour éviter qu'elle ne tombe. Il fallait au moins qu'elle marche pour aider un peu ses muscles et il était hors de question que je la portes comme tout à l'heure, inconsciente ça va, mais réveiller et en pleine possession de ses moyens certainement pas... Et je la finis par la guider dans la salle de bain du rez de chaussez.
code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 19/04/2015 Mon avatar est signé : Angel Dust et j'ai posté un total de : 201 Sinon, on m'appelle : Priss.

Age : 27
flowers



MessageSujet: Re: "Tout allait de mal en pis et j'étais à bout de force. L'adrénaline qui m'avait donné un coup de fouet, se décomposait, me laissant ivre de fatigue."   Lun 5 Oct - 23:35


I am the Maniac, I am the Ghoul, I am in the shadows



I'm not crazy hell no I'm not loony, I'm not insane, take a second, I heard it, I know it. Whispers say my name, calling for me. ⊹ Il m’attirait, inexorablement. Comme un satellite autour de la terre, il me maintenait à une distance convenable. Pourtant tout dans son attitude prouvait que lui aussi souhaitait être plus que ça. Il arrivait à se créer une place importante dans ma vie, comme moi dans la sienne. Et là, avec ses explications, il me prouvait encore une énième fois que j’étais plus qu’une amie. Il se contredisait totalement, et il me donnait raison : l’amitié homme-femme n’existe pas. Je souriais à ses confidences.

« - Alors on a de la chance que je suis butée et têtue, sinon jamais nous aurions appris à nous connaître. Promis, je ne dirais plus de tels mots, tu viens de me prouver que j’avais tort. »

Il semblait tout aussi perdu que moi à ce moment précis, torturé à l’idée même de franchir la ligne interdite. Je pense qu’on joue à un jeu dangereux et que dans tous les cas la balance allait pencher : tout ou rien. Je fis un sourire en coin à ses mots, tout pouvait changer, même lui. Il suffisait juste d’y croire et de le vouloir. Il se dénigrait et je refusais qu’il le fasse. Il avait ses blessures, ses travers mais dans le fond c’est quelqu’un de bien.

« - Tu es quelqu’un de bien, et je suis sûre qu’ils sont fiers de toi. N’en doute pas, car moi je ne te laisserais pas en douter. »


Je relevais son visage vers le mien de la main droite, et rivait mon regard dans le sien, le défiant du regard, un doux sourire aux lèvres.

« - On a tous nos blessures, un passé qui nous définit, mais on peut choisir de changer ce qu’on est. Et qu’importe l’homme que tu veux montrer, je sais que dans le fond tu es un homme honnête, franc, bon et protecteur. Tu me l’as montré à mainte reprise et encore aujourd’hui en sauvant ma vie. Je le sais, je le vois, tu es quelqu’un de bien et je sais que tu me protégeras de tout le mal qu’on peut me faire. J’ai confiance en toi, à toi aussi de te faire confiance. »

Je lui fis un sourire puis lâchait son joli minois, pour rire de sa boutade. Je saisissais sa main, puis me cramponnait à sa nuque, osant faire quelques pas en sa compagnie. Ma tête tournait, mes jambes flanchaient mais je sentais sa main sur mes hanches, me maintenant contre lui. Une telle proximité était électrisante, mais il fallait à tout prix que je me retienne.

« - A vos ordres Monsieur Osborn. J’avoue que la douche n’est pas la meilleure idée, mais si je prends un bain tu peux être sûr que j’y reste des heures encore plus si … »

Je n’eus pas le temps de finir ma phrase que nous arrivions dans la salle de bain l’un contre l’autre, avec une baignoire énorme, un peu comme une mini piscine… Je crois que j’allais adorer ce bain en fait, je le regardais avec des yeux pétillant, un énorme sourire aux lèvres.

« - Alors là, soit sûr que je passe ma nuit dans l’eau avec une telle baignoire ! »

Je riais puis le lâchait osant quelques pas sans lui pour m’aider. Je n’étais pas très vaillante, un peu chancelante, les muscles endoloris, mais je terminais à destination sans chute. Je posais mes fesses sur le rebord de la baignoire géante, et ouvris l’eau chaude, savourant ce précieux liquide sur ma main.

.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 01/05/2015 Mon avatar est signé : Unicorn et j'ai posté un total de : 314 Sinon, on m'appelle : the pretty reckless pour vous servir

Age : 27
flowers



MessageSujet: Re: "Tout allait de mal en pis et j'étais à bout de force. L'adrénaline qui m'avait donné un coup de fouet, se décomposait, me laissant ivre de fatigue."   Mar 6 Oct - 0:41





River & Aymeric
Il y a des chansons qui nous donnent envie de danser. D’autres qui nous donnent envie de chanter à tue-tête. Mais les meilleurs chansons sont celles qui nous ramènent à l’instant précis où on les a entendus pour la première fois, et qui à nouveau vous brisent le cœur.

Je crois que si nos parents nous voyaient agir ainsi, ils se foutraient bien de notre tronche... Dans un sens ils n'auraient pas réellement tord, on se tourne autour sans réellement s'en rendre compte, enfin si je m'en rends bien compte, mais j'ai peur de franchir cette limite, car je sais au bout du compte qu'elle souffrira et ce n'est pas ce que je souhaite, je veux qu'elle soit heureuse, mais je sais que ça ne sera pas avec moi... J'ai déjà essayer de changer, d'être fidèle, mais ça n'a pas fonctionné, je ne veux pas lui faire vivre ça, elle ne le mérite pas... « Dis plutôt que ça t'agacé de voir que je t'ignorais et que tu t'es senti vexer. Mais oui, encore heureux que tu l'es. Il n'y a pas que moi que tu es importante, tu l'es également pour ta famille, mais également pour tes amis... » La limite allait être franchi, peu importe ma détermination à ne pas le faire, je le sentais dans chaque fibre de mon corps, c'est une évidence même. Je n'ai jamais ressenti une telle attraction pour une fille et dans le fond ça me fait peur de franchir la limite, je n'ai pas peur pour moi, simplement de lui faire du mal... « Oui ils sont peut-être fier de moi, mais même s'ils ne me le disent pas, je suis très observateur et je sais qu'ils souffrent rien qu'à l'idée de ne jamais me voir marier où même d'avoir des petits enfants... Tu sais combien de temps il m'a fallu pour le reparler normalement après le coup du dîner ? Un mois... Je les aimes et ça me fait mal de savoir qu'ils souffrent à cause de moi et de mon mode de vie. » Sans réellement réfléchir, je mis ma main contre la sienne doucement, car au fond ses paroles me touche car je sais qu'elle est sincère et que ça me fait du bien... « J'ai essayé de changer Riv, j'ai vraiment essayé... Mais je n'y suis pas arrivé, j'ai été infidèle dès le deuxième ou troisième soir. Tu as su contrairement à beaucoup d'autre à percer ma carapace et voir comment je suis en compagnie de mes amis et des personnes que j'aime. Vous n'êtes pas nombreux à voir cette facette de moi et généralement ce sont les personnes en qui j'ai une totale confiance. » Je l'avoue le moment aurait été parfait pour l'embrasser, mais elle c'est mit à rire de ma blague et je n'ai pas eu envie de l'arrêter, car ça m'a fait sourire de l'entendre rire.Et j'ai fini par l'aider à marcher en la maintenant contre moi, je trouvais ça tout de même bizarre qu'elle peine encore a marcher, mais je jure que si ça ne va pas mieux d'ici demain je l'emmène à l'hôpital de gré ou de force. « De toute manière je ne te laisse pas vraiment le choix. Restes-y le temps que tu voudras, après tout il est à peine 16h30. » Mais elle a fini par couper sa phrase en découvrant la salle de bain. Et en voyant son regard pétillant et ce sourire on aurait dit une petite fille qui vient de découvrir son cadeau de Noël et je trouves ça mignon et attendrissant... « Tant que tu te noies pas, mais tu finiras par avoir un peu froid non ? » Je l'ai laissé faire, étant tout de même à l’affût dès fois qu'il faudrait que je la rattrape, même si elle eut un peu de mal elle arriva jusqu'à la baignoire et s'assit sur le rebord. Je finis par lui sortir un gant et une grande serviette que je mis sur l'autre rebord de la baignoire. « Je vais te ramener un maillot et un bas de pyjama, je le déposerais sur la chaise près de la porte. Dernière question où sont les clés de ta voiture ? » Enfin je penses que le bas de pyjama sera un peu trop grand pour elle, enfin elle verra bien elle même si elle le mettra ou pas.
code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 19/04/2015 Mon avatar est signé : Angel Dust et j'ai posté un total de : 201 Sinon, on m'appelle : Priss.

Age : 27
flowers



MessageSujet: Re: "Tout allait de mal en pis et j'étais à bout de force. L'adrénaline qui m'avait donné un coup de fouet, se décomposait, me laissant ivre de fatigue."   Mer 7 Oct - 11:07


I am the Maniac, I am the Ghoul, I am in the shadows



I'm not crazy hell no I'm not loony, I'm not insane, take a second, I heard it, I know it. Whispers say my name, calling for me. ⊹ Cette attraction entre nous était étrange, grisante et elle me rappelait celle que j’avais eu au volant de la voiture. J’avais la sensation de jouer ma vie à cet instant précis, et que mon issu ne pouvait qu’être fatale. Soit il m’aime, soit il me rejette violemment, dans tous les cas ma vie allait changer. Je riais à ses paroles, il avait tout à fait raison. Il commençait à bien me connaître et maintenant il savait que je n’aimais pas qu’on me snobe de la sorte autant être cash et dire qu’on ne veut plus me revoir.

« - J’aime la franchise, le tout ou rien, et en effet je me sens vexé lorsqu’on m’ignore de la sorte. Je me sens comme… Indifférente. Et je n’aime pas ça. Je sais que je compte pour les autres, mais au fond, nous sommes tous éphémères. Je risque de faire bien trop de mal aux gens que j’aime le jour où… Autant limité la casse et en avoir le moins possible. »

Il disait qu’il n’était le fils que ses parents auraient voulus à cause de son mode de vie, mais tout ça se change et il devrait le savoir. Ce qu’il l’a fait pencher d’un côté peut le faire pencher de l’autre si les circonstances sont propices aux changements. Je me mordais la lèvre et lui répondait en souriant.

« - Ne jamais dire jamais. Tu ne sais pas de quoi demain est fait. Tu changeras un jour ou l’autre, pour l’instant tu n’as rien pour te faire changer de comportement. »

Puis il se confiait sur ses agissements et son comportement. Il mit sa paume contre la mienne, caressant ma main, le regard dans le vide durant sa confession. Il était d’une beauté à couper le souffler et je sentais mon cœur s’emballer. Je souriais tout en continuant de le dévorer du regard, essayant de l’écouter, de le comprendre au plus possible.

« - Tu as essayé, mais était-tu convaincu d’y arriver ? Avais-tu un quelconque lien affectif ? Je ne pense pas, car je pense qu’un homme qui aime réellement transcende ses mauvaises manières pour l’autre. En tout cas je suis ravie qu’enfin tu te confies à moi, je te promets en échange de ne jamais trahir ta confiance. »


Mon rire le fit sourire à son tour, et il me guidait tel un prince charmant vers sa salle de bain. Je sentais mes muscles endoloris, mais je savais que ça passerait. Il m’avouait qu’il ne me laissait pas tellement le choix de rester et que je pouvais rester autant que je voulais. Bien, mais je n’allais tout de même pas y passer ma vie. Je le regardais, le remerciant du regard de prendre soin de moi. Puis je fus en extase devant sa salle de bain qui avait beaucoup de charme. Je riais et le regardait.

« - T’en fais pas je suis bonne nageuse ! Et oui tu n’as pas tort, je sortirais à un moment où à un autre. Mais pas dans l’immédiat. »


Je lui fis un sourire banane sur mon rebord, l’eau chaude coulant sur ma main et dans le bain. Il posait une serviette et un gant sur le bord. Puis il me demandait mes clés. Je réfléchissais un instant puis les lui sortit de ma poche de veste de jogging.

« - Voilà Mr Osborn, c’est un pick-up mercedes, ça va te changer de tes bolides ! Et… Merci. Vraiment. »

Je lui fis un sourire reconnaissant puis le vit partir à la quête de ma voiture. Je me déshabillais et scrutais dans le miroir mon corps meurtris par la ceinture de sécurité. Beurk un hématome grand et large comme la ceinture m’attendait à la sortie. Oh pas grave j’en verrais d’autre. Je me glissais dans le bain en faisant attention à ne pas tomber, et une fois posée, je soupirais de bien-être. La porte s’entrouvait légèrement un pyjama faisant son apparition et se refermait. Ric’ était réellement attentionné. Et à partir de ce moment-là, je pris mon temps. Je sentais mes muscles se détendre un à un, et ça me faisait le plus grand bien. L’eau chaude, l’eau moussante étaient un vrai régal ! Je m’autorisais même à me laver les cheveux, je me sentais comme chez moi. Mais j’y mettais fin rapidement pour aller scruter l’univers de Ric’. Je me séchais rapidement, mon corps puis mes cheveux, et me glissais dans le pyjama, un peu grand, de Ric’. Tee shirt blanc, pantalon bleu, typique chez les hommes. Mes cheveux à peine sécher, l’eau perlait sur le tee shirt. J’ouvris la porte pour faire sortir l’évaporation, et je rangeais toutes mes affaires sur la chaise avant de partir en chasse d’un élément sur lui que j’ignorais.
Je marchais bien mieux désormais, mon mal était toujours là, mais il était plus supportable. Je marchais alors dans son salon, observant les photos de lui et de sa famille. Famille que je connaissais qu’un peu. J’espérais juste qu’il ne m’en voudrait pas d’entrer dans son intimité.

.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 01/05/2015 Mon avatar est signé : Unicorn et j'ai posté un total de : 314 Sinon, on m'appelle : the pretty reckless pour vous servir

Age : 27
flowers



MessageSujet: Re: "Tout allait de mal en pis et j'étais à bout de force. L'adrénaline qui m'avait donné un coup de fouet, se décomposait, me laissant ivre de fatigue."   Mer 7 Oct - 12:46





River & Aymeric
Il y a des chansons qui nous donnent envie de danser. D’autres qui nous donnent envie de chanter à tue-tête. Mais les meilleurs chansons sont celles qui nous ramènent à l’instant précis où on les a entendus pour la première fois, et qui à nouveau vous brisent le cœur.

Ce petit jeu dangereux finira par prendre fin à un moment ou à un autre, ce n'est qu'une question de jours, où peut-être même d'heures voir de minutes... Et il y avait pas trente-six issus possible, mais aucune de ses solutions n'est envisageable pour moi... C'est un cercle vicieux. Pourquoi elle me fait tourner autant la tête ? C'est une question qui restera sans réponse... « Ah bon ? Je n'avais vraiment remarqué. Indifférente ou ignoré ? C'est vrai nous sommes tous éphémères, mais c'est aussi pour ça qu'il faut profité au maximum de ce que peut nous offrir la vie. Riv' tu ne peux pas empêcher les gens de s'attacher à toi, personne ne le peut.. Mais je peux comprendre ton point de vue. » Ouais bon je la taquinais, bien entendu que j'ai remarqué qu'elle n'aimait pas ce genre d'attitude, j'en ai déjà fait les frais. Mais je pense chaque mot que j'ai dit, je ne suis pas le fils que mes parents auraient aimé avoir. Ils veulent ce que je ne peux leur donner, parce que je suis incapable d'aimer... Même moi, je ne pouvais pas vraiment empêcher les personne de s'attacher à moi et j'ai bien essayer pourtant... « Sans doute que tu as raison... » En fait je ne sais plus quoi penser, la seule chose que je sais c'est que je ne veux pas souffrir mes parents... Alors peut-être qu'un jour je finirais par leur donner ce qu'ils veulent, mais est-ce que je réussirais à me contenté de ce que j'aurais à ce moment là ? D'une vie de famille ?  « Je voulais vraiment y arriver, mais je me suis aperçu que les relations sérieuses ne sont pas faite pour moi... Je ne suis pas sûr de ce que tu avances, mais j'ai envie de croire que tu as raison, donc ce n'est pas prêt de m'arriver... J'avais besoin de dire a voix haute ce que je penses de moi-même et ça fait du bien... Merci a toi de m'avoir écouté et rassurer. Je sais, que tu ne me trahira pas, j'ai confiance en toi. » Finalement peut-être que la ligne serait franchi plus vite que je ne l'aurais penser. Oh bordel ce cercle vicieux j'en peux vraiment plus... Mais je l'ai guidé jusqu'à la salle de bain du bas, je doutes fortement qu'elle aurait réussi a monter les escaliers. J'eus un sourire amusé en l'entendant. « Quand tu seras en meilleure forme, je te ferais faire le tour de la villa, une pièce va te plaire dans ce cas. » Dans cette villa, j'ai plusieurs pièces, mais j'ai une piscine chauffer à l'extérieur et un jacuzzi dans l'une des pièces. Je lui ai sorti une serviette et un gant que j'ai déposer un peu plus loin et je lui ai demander ses clés de voiture.  « Ne t'en fais pas, je ne conduis pas que des petits bolides. Ne t'en fais pas pour ça, je n'aurais pas été tranquille en te sachant toute seule chez toi. » Je déposa un baiser sur le haut de sa tête et je l'ai laissé dans la salle de bain. J'ai été dans ma chambre lui chercher un haut et un bas de pyjama, ensemble que j'ai été déposé sur la chaise près de la porte dans la salle de bain. Non je n'ai pas regarder, cela ne m'a même pas traversé l'esprit en fait, j'avais un peu plus urgent à faire. Je savais qu'elle était en sécurité et qu'elle ne sortirais pas avant un moment, alors j'ai été à pied jusqu'au circuit, ce n'est qu'à dix petites minutes à pied. Je n'arrivais toujours pas à croire qu'elle puisse conduire un pick-up, elle me surprendra toujours. Derrière le volant du pick-up, alors que j'allais reprendre le chemin de la maison, Simon frappa à la vitre que j'ai abaissé. « Je sais que tu es pressé, mais il va falloir qu'on parle tous les deux et ne pense même pas à te défiler. » Il allait partir, mais il revint sur ses pas avec un sourire amusé sur le visage. « 'Ric peut-être devrais-tu pour une fois ne pas réfléchir et foncer. » J'ai haussé un sourcil et il est parti, j'en ai fait de même, je ne voulais pas que Riv' reste seule trop longtemps... Cinq minutes plus tard je garais son pick-up devant la maison. Les paroles de Simon tournant en boucle dans ma tête... Et dès que j'ai franchi les portes de la maison, que j'ai fermé à clé d'ailleurs, j'ai déposé les clés sur le meuble d'entrée. J'ai pris la direction du salon et je l'ai vu observant les photos de famille, intérieurement je suis bien content que tout mes souvenirs d'Abigail soit enfermé dans un garde meuble de la ville, lorsque j'ai déménagé pour venir vivre dans cette villa, je n'ai rien voulu garder... Et pour une fois, j'ai décidé de suivre les conseils de Simon, ne pas réfléchir et foncer, tant pis pour les conséquences j'y réfléchirais plus tard. Je n'ai eu à faire que quelques pas avant de glisser mes mains sur son visage et de capturer ses lèvres sauvagement...
code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 19/04/2015 Mon avatar est signé : Angel Dust et j'ai posté un total de : 201 Sinon, on m'appelle : Priss.

Age : 27
flowers



MessageSujet: Re: "Tout allait de mal en pis et j'étais à bout de force. L'adrénaline qui m'avait donné un coup de fouet, se décomposait, me laissant ivre de fatigue."   Mer 7 Oct - 22:55


I am the Maniac, I am the Ghoul, I am in the shadows



I'm not crazy hell no I'm not loony, I'm not insane, take a second, I heard it, I know it. Whispers say my name, calling for me. ⊹ On se tournait autour, on se taquinait et se cherchait, tant par la pensée que par le physique. Attiré l’un à l’autre, ça avait toujours été entre nous, mais encore plus maintenant que nous étions chez lui. Je lui fis une grimace à sa boutade sur mon comportement, puis à mon tour l’embêtait sur le sujet qui me gênait le plus chez lui : son côté volage.

« - Comme si tu le savais pas. Profiter de la vie, ne signifie pas forcément profiter des corps des autres. Je suis sûre qu’à la fin tu dois t’ennuyer en plus. Merci de me comprendre. »

Je lui tirais la langue, avant de rire et de continuer à caresser sa main durant ses confidences. Nous n’avions pas du tout une attitude amicale, et j’en faisais la constatation maintenant. On semblait plus complice et surtout on sentait l’attirance entre nous. Pire une sorte d’amour semblait régner. Tais-toi Riv’, il ne t’aime pas et toi non plus… Si seulement. Je lui fis un sourire, grimaçant intérieurement à ses mots, il ne souhaitait pas de relations sérieuses, mais ça je le savais. Mais n’empêche, quel gâchis. Je me mordais la lèvre puis le regardais tendrement.

« - Je pense qu’un jour tu sauras qu’elle est la bonne, et tu feras tout pour que ça marche. De rien, les amis sont faits pour ça non ? »


Je lui fis un sourire rassurant, et d’un pas aider me dirigeais dans la salle de bain pour me débarbouiller et reprendre du poil de la bête. Sa maison était magnifique, rien à voir comparé à ma ferme avec mon club. Il avait du goût et du style, très étrange pour un homme. Et j’avais hâte de voir la suite. Semblant sûr de mon état de santé, il prit mes clés et déposait un baiser sur mon front, signe de protection. Une grande première qui me fit rougir puissance quinze, ce qu’il ne vit pas et heureusement.
Il s’était éclipsé tout le temps de mon bain, et j’avais même eu le temps de fureter dans sa maison. Je me sentais bien mieux, mais mon buste me faisais toujours aussi mal, normal avec l’hématome que j’allais avoir. Mais ça restait gérable. Je restais alors fixé sur une de ses photos avec ses parents, où ils semblaient tous heureux. Je le savais fils unique comme moi, mais j’ignorais s’il avait vécu ce statut bien ou mal. Moi j’avais toujours eu du mal à m’y faire, et désormais la solitude me faisait peur. Mes animaux m’aidaient bien pour ça. Je fis un sourire, puis reposais la photo à sa place lorsque j’entendis la porte s’ouvrir. Je le vis rentrer et s’approcher de moi d’un pas décidé, et je ne m’étais pas attendu à la suite. Il prit mon visage dans ses mains et sans réfléchir il m’embrassait. Pas comme on embrasse quelqu’un tendrement, c’était sauvage, et instinctif. Sans retenue, il avait laissé tomber son principe, et je devais avouer qu’il embrassait drôlement bien. J’agrippais alors ses cheveux pour lui rendre, me mettant sur la pointe des pieds pour être à sa hauteur. Mais je mis fin à ce baiser pour respirer et sourire de son comportement tellement sauvage. Je le regardais alors, avant de me mordre la lèvre et de lui demander :

« - C’est en quel honneur ? »


.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 01/05/2015 Mon avatar est signé : Unicorn et j'ai posté un total de : 314 Sinon, on m'appelle : the pretty reckless pour vous servir

Age : 27
flowers



MessageSujet: Re: "Tout allait de mal en pis et j'étais à bout de force. L'adrénaline qui m'avait donné un coup de fouet, se décomposait, me laissant ivre de fatigue."   Mer 7 Oct - 23:51





River & Aymeric
Il y a des chansons qui nous donnent envie de danser. D’autres qui nous donnent envie de chanter à tue-tête. Mais les meilleurs chansons sont celles qui nous ramènent à l’instant précis où on les a entendus pour la première fois, et qui à nouveau vous brisent le cœur.

Encore heureux que personne n'était là pour voir ça... Et surtout pas Simon il s'amuserait à se moquer de moi... Tourner autour d'une jeune femme sans jamais réellement lui faire du rentre dedans... Pourquoi l'ais-je ramené ici ? Ah oui, elle était inconsciente et je n'aime pas les hôpitaux... J'eus un sourire amusé en l'entendant. « Si je ne peux même plus te taquiner. C'est une distraction comme une autre, mais je ne passe pas non plus mon temps a profité des corps des demoiselles, j'ai d'autres passions dans la vie. » Ouais je ne pouvais pas m'empêcher de dire ça sur un ton amusé, parce que c'est vrai, je ne passe pas toutes mes soirées à séduire des jeunes femmes et à profiter de leurs corps, comme elles du mien. Bizarrement je ne retira pas ma main de la sienne, j'aimais bien la sensation de sa peau douce sur la mienne. « Peut-être, mais ce n'est pas prêt d'arriver. Oui c'est vrai tu as raison. » Et j'ai aidé la demoiselle à marcher et à s'orienter à travers cette maison qu'elle ne connaît pas. Après lui avoir donner serviettes et gant, mais surtout après avoir déposer un baiser sur son front, je suis sorti de la salle de bain... Mais avant de partir chercher sa voiture, je lui ai déposé discrètement un haut et un bas de pyjama sur la chaise dans la salle de bain... Je comptais simplement faire un aller et retour le temps de récupérer sa voiture, mais Simon a réussi a me retenir durant quelques secondes et à réussi à semer encore plus le trouble dans mon esprit... Mais ce ne fut qu'une fois que j'eus franchi les portes de chez moi, que j'ai décidé de finalement suivre son conseil et de ne plus réfléchir... J'ai donc finalement franchi envoyer valser mon principe et j'ai été l'embrasser sauvagement encadrant son visage de mes mains. À aucun moment je n'ai envisagé le fait qu'elle puisse me repousser, j'eus presque envie de sourire en la sentant glisser ses doigts dans mes cheveux, mais après quelques secondes elle a mit fin au baiser, pour que nous puissions reprendre notre respiration. « Une envie... Une terrible envie... Et tu sais quoi ? J'en ai encore envie... »
code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 19/04/2015 Mon avatar est signé : Angel Dust et j'ai posté un total de : 201 Sinon, on m'appelle : Priss.

Age : 27
flowers



MessageSujet: Re: "Tout allait de mal en pis et j'étais à bout de force. L'adrénaline qui m'avait donné un coup de fouet, se décomposait, me laissant ivre de fatigue."   Jeu 8 Oct - 0:11


I am the Maniac, I am the Ghoul, I am in the shadows



I'm not crazy hell no I'm not loony, I'm not insane, take a second, I heard it, I know it. Whispers say my name, calling for me. ⊹ J’avais envie d’en savoir plus sur lui, j’avais envie de le connaître par cœur, et surtout j’avais envie de faire partie intégrante de sa vie. C’était déjà le cas, mais il y avait une part de lui que je ne savais pas et qu’il me cachait. Il avait un lourd secret et il refusait de me le dire. Une femme était derrière tout ça, et un jour je saurais ce qu’il s’est réellement passé pour qu’un si bel homme ait à ce point le cœur brisé. Il était rentré, et pour la première fois, il avait posé ses lèvres sur les miennes de manière sauvage mais empreint d’une délicatesse immuable. J’en avais rêvé d’un tel baiser, et mon cœur semblait vouloir se décrocher de ma poitrine quand il le poursuivit. Instinctivement je venais caresser ses cheveux, mais dû mettre fin à ce baiser pour que lui et moi puissions respirer. Je riais à ses paroles, puis pris une voix suave avant de me mordre la lèvre en le dévorant du regard.

« - A vos ordres Mr Osborn. »

Je passais ma langue sur mes lèvres puis m’approchait de nouveau de lui pour l’embrasser à mon tour. Après tout, il avait fait le premier pas, c’était à moi de faire le deuxième, et puis j’en mourrais d’envie aussi. On se tournait autour depuis bien trop longtemps, et pouvoir assouvir cette envie ardente qui brûlait en moi depuis des semaines faisait beaucoup de bien. Je l’embrassais d’abord délicatement, puis plus fougueusement. Mon cœur s’emballait à mesure que le baiser s’accentuait, et je pris même l’initiative de prendre une impulsion et sauter dans ses bras, mes jambes se nouant autour de sa taille. J’étais au plus près de lui et j’aimais ça, étrangement. Je n’avais pas peur des conséquences à cet instant précis comme si… je l’avais toujours attendu. Mes mains cadenassaient ses cheveux, sa nuque et pour la première fois depuis bien longtemps, je me laissais aller avec un homme et pas n’importe lequel.

.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 01/05/2015 Mon avatar est signé : Unicorn et j'ai posté un total de : 314 Sinon, on m'appelle : the pretty reckless pour vous servir

Age : 27
flowers



MessageSujet: Re: "Tout allait de mal en pis et j'étais à bout de force. L'adrénaline qui m'avait donné un coup de fouet, se décomposait, me laissant ivre de fatigue."   Jeu 8 Oct - 0:47





River & Aymeric
Il y a des chansons qui nous donnent envie de danser. D’autres qui nous donnent envie de chanter à tue-tête. Mais les meilleurs chansons sont celles qui nous ramènent à l’instant précis où on les a entendus pour la première fois, et qui à nouveau vous brisent le cœur.

Je sais qu'il y aurait des conséquences si je me laisse guider par mes envies, pourtant j'en crève d'envie et encore plus depuis quelques jours. Alors oui, dès que je suis rentré, je n'ai pas réellement réfléchi, j'ai mis mon cerveau sur off et j'ai cédé à mon envie en allant l'embrasser sauvagement. Les conséquences je m'en fous, j'y réfléchirais plus tard, beaucoup plus tard. La première chose que j'ai constater c'est qu'elle avait les lèvres douces. Oui j'ai cédé à mon envie, mais le pire c'est que j'ai envie de recommencé, encore et encore. Un sourire apparu sur mon visage, pas un sourire amusé, un vrai sourire en l'entendant. Puis elle a pris l'initiative du second baiser, bordel que c'était bon. J'ai alors fait glisser mes mains encore encadrant son visage, le long de son corps pour l'enlacer et la coller doucement contre moi. Je sentais petit à petit le baiser se faire de plus en plus fougueux et bon dieu que j'adorais ça, cela fait trop de jours, de semaines de frustration et ça ne demande qu'à se libérer. Lorsqu'elle me sauta dessus et noua ses jambes autour de ma taille, j'ai glissé mes mains sous ses cuisses pour la soutenir... « Riv' tu es sûr ? » Bordel je devrais vraiment me la fermer... Mais quitte a briser mes principes autant tous les briser en une seule fois. Et au fond de moi je crève d'envie de faire en sorte que ça soit inoubliable... Nom de dieu, je deviens un vrai sentimental...
code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 19/04/2015 Mon avatar est signé : Angel Dust et j'ai posté un total de : 201 Sinon, on m'appelle : Priss.

Age : 27
flowers



MessageSujet: Re: "Tout allait de mal en pis et j'étais à bout de force. L'adrénaline qui m'avait donné un coup de fouet, se décomposait, me laissant ivre de fatigue."   Jeu 8 Oct - 10:53


I am the Maniac, I am the Ghoul, I am in the shadows



I'm not crazy hell no I'm not loony, I'm not insane, take a second, I heard it, I know it. Whispers say my name, calling for me. ⊹ Je m’étais menti. Depuis tout ce temps, je le désirais réellement. Et dès le premier soir. Certes je ne voulais plus souffrir, je ne voulais plus laisser aucun homme rentré dans ma vie, mais Ric’ était différent. Il transcendait toutes les lois que je m’étais imposé sans sourciller, juste en un regard. Il me faisait le désirer, et vouloir le connaître plus en profondeur. Et bien malgré moi il avait pris une énorme place dans ma vie. J’avais toujours eu des pensées contraires à son égard : « Ne t’attache pas, mais apprends à le connaître. Ne l’aime pas, mais apprécie le. ». Et je savais avec ce baiser que j’avais toujours fait le contraire de ce que je voulais faire, et que dans le fond : j’aimais Ric’. Pour ce qu’il est et ce qu’il dégage. La seule chose qui pouvait nous séparés c’était son mode de vie, qui allait me briser le cœur. Il avait franchi sa limite, et il n’y avait plus moyen de repartir en arrière. J’allais souffrir c’était désormais sûr. Mais je réfléchirais à ça bien plus tard.
Il souhaitait m’embrasser de nouveau et je m’exécutais pour son plus grand plaisir et plus grand sourire. Ses mains, son contact était aussi doux que le miel. Il caressait d’abord mon visage puis mon corps tendrement, me serrant contre lui, alors que je posais mes lèvres sur les siennes. Une impulsion et j’étais bien plus grande que lui, encore plus contre lui. Ses mains soutenaient mes cuisses durant notre embrassade, et il s’écartait pour me demander si j’étais sûre de ce que je voulais faire avec lui… Et oui, mon cœur et mon corps étaient prêt à se donner à lui. Je me mordais la lèvre, caressait son visage avec douceur puis lui murmurait.

« - Oui. J’en suis sûre Aymerick. Je suis tout à toi. »

Je lui fis un sourire en coin puis posait de nouveau mes lèvres sur les siennes, histoire de goûter de nouveau à ses lèvres sucrées et tendres.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 01/05/2015 Mon avatar est signé : Unicorn et j'ai posté un total de : 314 Sinon, on m'appelle : the pretty reckless pour vous servir

Age : 27
flowers



MessageSujet: Re: "Tout allait de mal en pis et j'étais à bout de force. L'adrénaline qui m'avait donné un coup de fouet, se décomposait, me laissant ivre de fatigue."   Jeu 8 Oct - 13:50





River & Aymeric
Il y a des chansons qui nous donnent envie de danser. D’autres qui nous donnent envie de chanter à tue-tête. Mais les meilleurs chansons sont celles qui nous ramènent à l’instant précis où on les a entendus pour la première fois, et qui à nouveau vous brisent le cœur.

Je transgressais un à un les foutus principes que j'ai pu m'imposer. Le principe de ne jamais ramener de fille chez moi, mais River n'est pas n'importe qu'elle fille, elle est ma meilleure amie et n'est-ce pas normal d'amener chez soi sa meilleure amie ? Peut-être pas quand on sait que nous sommes sur le point de craquer... Il y a également ce foutu principe de ne jamais sortir avec une fille que mes parents puissent me faire rencontrer, mais encore une fois ce principe je le transgresse... Mais Simon a raison, il est temps d'arrêté de réfléchir et de me laisser aller, puis il est temps aussi que j'arrête de me mentir à moi-même et d'admettre qu'elle me plaît beaucoup plus que je ne le laissais paraître jusqu'ici. Alors oui, j'ai cédé à mon envie et bon dieu que ça fait du bien pour une fois de ne pas réfléchir et de se laisser simplement aller. Le seul soucis c'est que j'ai une terrible envie de recommencer... Le second baiser ? Elle en a pris l'initiative, j'ai déjà franchi les limites que je m'étais fixé, il n'y avait pratiquement plus rien qui me retenait, sauf la peur de la faire souffrir. Mais maintenant plus de retour en arrière et surtout pas après qu'elle est noué ses jambes autour de ma taille, mais pour la soutenir, j'ai tout de même glisser mes mains sous ses cuisses. Mais j'ai tout de même eu un brin de conscience, léger, mais il a tout de même fait surface afin de lui demander si elle était sûr. Plus personne ne m'appel ainsi, tout le monde sait que je ne l'aime pas ce prénom et pourtant, à cet instant même il m'électrise parce qu'il sort de la bouche de River... Et dès que ses lèvres furent de nouveau sur les miennes, je ne réfléchi plus à rien d'autre qu'à elle... Et malgré le fait que nous étions en pleine séance d'embrassade pour le moins fougueux, je nous guida vers ma chambre à l'étage.
code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

you're in savannah


gardens
J'ai posé mes valises le : 19/04/2015 Mon avatar est signé : Angel Dust et j'ai posté un total de : 201 Sinon, on m'appelle : Priss.

Age : 27
flowers



MessageSujet: Re: "Tout allait de mal en pis et j'étais à bout de force. L'adrénaline qui m'avait donné un coup de fouet, se décomposait, me laissant ivre de fatigue."   Mer 14 Oct - 11:45


I am the Maniac, I am the Ghoul, I am in the shadows



I'm not crazy hell no I'm not loony, I'm not insane, take a second, I heard it, I know it. Whispers say my name, calling for me. ⊹ Il avait franchi son propre interdit, cinq mois après notre rendez-vous calculé par nos parents. Il aurait pu le faire bien avant, voire bien après, mais il avait choisi ce moment, celui où il m’avait fait rentrer dans son intimité, dans son chez-lui après un moment de peur. Etait-il vulnérable à cet instant précis, tentait-il de me dire quelque chose ? Je sentais que j’étais unique à ses yeux, du fait de son contact doux et tendre. Et je sentais aussi que j’étais une des rares femmes à pénétrer ici. Que cachait-il ? Un passé lourd de sens sans doute. En tout cas, il ne tiquait pas lorsque j’employais son prénom complet, pourtant je savais qu’il ne l’aimait pas, mais je sentis sa peau sous mes doigts frissonner quand je l’utilisais, et il ne me rendit que mieux mes baisers. Nous portant tous deux vers sa chambre.

Je ne m’étais pas donné un homme depuis plus de trois ans, et me sentir franchir le cap me faisais bizarre, comme une première fois. Mais je sentais surtout que Ric’ était incapable de me faire du mal, du moins pas volontairement, et que j’allais sans doute passer la meilleure nuit de ma vie. Il me posait délicatement sur le lit, scellait mon corps entier de baisers délicats, puis m’offris les portes du paradis dans une douceur et une tendresse incroyable.

Je rouvris les yeux quelques heures après, la nuit avait pointé son nez. Je tentais de distingué les formes qui m’entourais et c’était plus simple avec la lumière à mon côté, et sentit la peau de Ric’ sous mes doigts. J’étais allongée contre lui, la main sur son torse et je pouvais entendre sa respiration calme, tempéré signe qu’il dormait encore. Je levais mon regard vers son visage, et souriais comme une nunuche amoureuse. Il semblait si bien, si apaisé, un enfant qui dort. J’aurais voulu ne pas le bouger mais j’avais une furieuse envie d’aller me soulager et de manger aussi, si bien que je retirais délicatement sa main autour de moi, sortais des draps (totalement nue) et courrais silencieusement dans sa salle de bain pour faire mes affaires. Une fois fini, j’enfilais une chemise qui trainait par-là, je me passais de l’eau sur le visage, ne regrettant pas du tout ce qu’il venait de se passer, puis descendait les escaliers délicatement direction sa cuisine. Je me mettais sur la pointe des pieds pour fouiller un placard, et tombait pile poil sur celui des gâteaux, il ne m’en voudrait surement pas que je me serve ainsi, accompagné d’un verre d’eau, et je sentis enfin mon estomac se calmer et cesser ce boucan qu’il faisait.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
you're in savannah


gardens
flowers



MessageSujet: Re: "Tout allait de mal en pis et j'étais à bout de force. L'adrénaline qui m'avait donné un coup de fouet, se décomposait, me laissant ivre de fatigue."   

Revenir en haut Aller en bas
 

"Tout allait de mal en pis et j'étais à bout de force. L'adrénaline qui m'avait donné un coup de fouet, se décomposait, me laissant ivre de fatigue."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» "Tout allait de mal en pis et j'étais à bout de force. L'adrénaline qui m'avait donné un coup de fouet, se décomposait, me laissant ivre de fatigue."
» DESCENT - A Journey in the Dark (un voyage dans les ténèbres, quoi)
» Stop tout !!!
» LBP2 retardé car tout le monde ne peut pas connecter sa PS3
» Tekilah...Pandawater plus tout frais

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TURN TO STONE ::  :: OUT OF SAVANNAH-